Un organigramme d'orientation scolaire fait pour asservir les français

.Un organigramme d'orientation scolaire fait pour asservir les françaisA – « Fait pour asservir » : le sens des mots 

.

Un organigramme d'orientation scolaire fait pour asservir les français


A – « Fait pour asservir » : le sens des mots

 

Le mot « asservir » se justifie par :

- le fait qu'une forte proportion des jeunes arrivant dans la vie active n'arrive pas à y trouver un emploi,

- le fait que des cadres obligés de se reconvertir pour une raison ou pour une autre doivent repartir à zéro, autrement dit sans aucun atout spécifique, dans ce qui n'est pas leur métier initial,

- le déficit d'initiatives économiques là où les possibilités ne manquent pourtant pas,

Le procès d'intention contenu dans l'expression « fait pour asservir » affirme que tous ces ennuis ne sont pas du tout l'effet du hasard, mais bel et bien le résultat de calculs pervers et de coucheries secrètes entre les princes de Machiavel de l'affairisme et les décideurs de la politique éducative.

 

Ce procès d'intention, cette accusation se justifie par : 1°) le refus du modèle finlandais dans la politique éducative française, 2°) Le fait que les choix fondamentaux en matière de politique éducative échappent à tout débat public, 3°) le recoupement avec d'autres intentions peu avouables démasquées dans le cadre de l'opération Ortograf

 

1°) En ce qui concerne le refus du contre-exemple finlandais et son ignorance systématique dans un débat sur l'éducation qui est par ailleurs complètement manipulé, voir:

a) le site « robertfinlande »

"L’EDUCATION EN FINLANDE : LES SECRETS D’UNE ETONNANTE REUSSITE"  « Chaque élève est important » par Paul Robert, Principal du collège Nelson Mandela de Clarensac (Gard)

http://www.meirieu.com/ECHANGES/robertfinlande.pdf

b) un résumé d'une page intitulé: « Les excellentes raisons de l'excellence finlandaise » une page,

http://www.alfograf.net/ortograf/images/tract/d520-810-1p-cercle-vertueu-finland-tra.pdf

c) l'article intitulé: « L'enseignement "à la carte" en Finlande ... et en France » (A - L'utopie est une réalité en

Finlande       B - Le contre-exemple français       C - Censure et chape de plomb pour éviter les bonnes explications) une page également

http://www.alfograf.net/ortograf/images/tract/paj-153-806-1p-enseignement-a-la-carte-en-finlande-tract.pdf

 

 

2°) Le procès d'intention visant ceux qui ont mis en place et ceux qui maintiennent en place l'organigramme actuel de l'orientation scolaire se justifie également par le fait que les choix fondamentaux en matière de politique éducative échappent à tout débat public, alors qu'ils n'en font pas moins l'objet de calculs pas forcément avouables de la part des autorités qui les décident

Voir :

« Depuis trois siècles, l'école est faite pour laisser le champ libre aux affairistes voyous » « Les calculs secrets d'une politique éducative ne coïncident pas forcément avec les arguments que l'école met en avant pour faire sa publicité »

http://alrg.free.fr/politikograf/format-a4/paj-256-805-2a4-champ-libre-affairistes-voyous-tract.pdf

« Montalembert, 1850 : l'Eglise au secours de la paix sociale »

http://www.alfograf.net/ortograf/images/tract/paj-443-805-1p-montalembert-eglise-paix-sociale-tract.pdf

« Mai 68 : la propagande officielle vous cache l'essentiel »

http://www.alfograf.net/ortograf/images/tract/f275-c04-1p-mai-68-propagande-officielle-tract.pdf

« Echec scolaire : le bout de journal qui sentait la morue »

http://blogs.mediapart.fr/blog/louis-rougnon-glasson/260413/echec-scolaire-le-bout-de-journal-qui-sentait-la-morue

« Grève du février 2013 : quand un mensonge des médias cache une coucherie des syndicats »

http://blogs.mediapart.fr/blog/louis-rougnon-glasson/130213/greve-du-12-fevrier-2013-quand-un-mensonge-des-medias-cache-une-coucherie-des-syndicats

 Cet article est résumé sur un mini-tract d'une demie page intitulé :

« Mensonges éhontés des médias sur la semaine scolaire, début 2013 »

http://www.alfograf.net/ortograf/images/tract/f463-d05-a5x2-mensonj-ehonte-medias-semaine-scol-tract.pdf

 

3°) Les intentions peu avouables de l'organigramme d'orientation scolaire français sont confirmées par celles également inavouables  démasquées à l'occasion de l'opération Ortograf, et dont les ruses géniales sont analysées dans l'abondante panoplie Ortograf-FR.

Les autorités compétentes ont toujours eu en main toutes les données permettant de réussir impeccablement l'indispensable réforme de l'orthographe. Mais elles ne risquaient pas de le faire, justement parce que les difficultés inutiles et l'échec scolaire sont elles aussi un des moyens les plus sûrs d'asservir les individus

 

B - Pourtant, les défauts de notre organigramme d'orientation scolaire crèvent les yeux

Les deux techniques d'asservissement des classes moyennes et populaires françaises qui sévissent au niveau de l'organigramme d'orientation scolaire sont : 1°) le tronc commun hypertrophié 2°) la monospécialisation étroite en fin d'étude. Leurs effets négatifs sur les individus sont évidents :

 

1°) le tronc commun hypertrophié qui produit des jeunes possédant des cultures identiques, donc sans créneaux valorisants spécifiques, lorsqu'ils arrivent sur le marché du travail ou lorsqu'ils y reviennent parce que l'offre d'emploi correspondant à leur spécialisation est bouchée

Nos perroquets-réponse-à-tout expliquent alors que le tronc commun doit en principe être prolongé par des études plus spécialisées préparant à la vie active.

La question qui se pose alors, c'est celle d'une véritable exploitation intellectuelle, trahie par la célèbre considération : « Quitte à former des SDF, autant qu'ils soient très cultivés », et par le chiffre phénoménal de jeunes quittant le système scolaire sans diplôme

A côté de cet argument culturel que la propagande officielle fait mousser plus que de raison, on risque au contraire d'entendre bien davantage les points de vue suivants, une fois que le débat sur l'éducation sera enfin libéré de son flicage et de ses obstructions:

Dès l'âge de 12 à 13 ans, les élèves ont déjà des choix personnels assez marqués en matière de culture et de perspectives professionnelles. En niant cette réalité, sous le prétexte fallacieux de la défense de l'égalité des chances, nos décideurs condamnent en fin de compte la quasi-totalité des élèves à subir sur une partie plus ou moins grande de leur emploi du temps des disciplines qu'ils n'ont pas choisies

Ainsi contraints à des activités qui ne les intéressent pas et dont ils ne voient pas l'utilité, les jeunes concernés cherchent naturellement une compensation dans une ambiance de chahut et dans la déstabilisation des profs. D'où une dégradation catastrophique, progressive et parfaitement prévisible des conditions de travail des enseignants

L'appareil du Mammouth profite alors de cette situation pour diviser les profs de la base avec le prétexte de la pédagogie, suivant la fameuse règle de Machiavel « diviser pour régner ». Dans ce discours, il y a des profs pédagogues et d'autres qui ne le sont pas, et on en remet une couche sur les besoins de formation pédagogique,  alors que cette réponse est à coté de la plaque

Une très grande et secrète délectation syndicale est alors dans l'argument de la « promotion au mérite » par lequel les gouvernements de droite trompent leur propre électorat.

Ladite promotion au mérite est en réalité un cadeau des politiciens de  l'autre camp aux syndicats et à la nomenklatura, pour conforter leur pouvoir dans une intention commune d'asservir encore davantage les enseignants de la base

Dans les divisions ainsi mises en place entre les enseignants, dans la somme des difficultés dans lesquelles ils se débattent, les décideurs apportent généreusement de quoi les consoler : cest l'abandon des exigences, la démagogie, le nivèlement par le bas, les examens bradés, bref, une super occasion de démanteler le service public d'éducation, devenue nécessaire compte tenu de l'urgence qui s'impose jour après jour et qu'on n'a pas vu venir.

 

 

2°) la monospécialisation étroite en fin d'études enferme chaque diplômé dans l'étroit créneau du marché de l'emploi qui correspond à sa spécialisation, ce qui lui interdit toute possibilité de manoeuvre, à moins de faire un retour en arrière et de perdre ainsi l'atout spécifique que constitue sa spécialisation.

A cette méthode consistant à livrer ainsi pieds et poings liés sur le marché du travail, chaque jeune qui n'a pas recours au piston, il faut ajouter par ailleurs le handicap d'une contre-éducation due à la démagogie que l'école a dû se mettre à pratiquer à haute dose, pour survivre tant bien que mal au jour le jour.

On a vu que le chemin de l'enfer était pavé avec les vraies-fausses bonnes intentions du tronc commun hypertrophié. A celles-ci, il faut encore ajouter celles de la promotion sociale qui serait soi-disant apportée par la maitrise de l'orthographe et celles de la promotion sociale qui serait apportée par des programmes abstraits que même les plus décadents de l'Ancien Régime auraient farouchement rejetés

A l'occasion de l'abandon de l'école de Jules Ferry, de ses problèmes de certificat d'études, de ses croquis de sciences, dignes des activités roturières, une formidable opération de poudre aux yeux a fait miroiter une promotion sociale censée être apportée par les maths modernes, les réformes miraculeuses, les aventures pédagogiques les plus folles.

En quelque sorte, la promotion sociale en question ambitionnait de donner à chaque jeune les ailes de l'albatros, le célèbre oiseau des mers que ses ailes de géant empêchent de marcher. Le fort taux de chômage des jeunes montre que le résultat obtenu serait plutôt symbolisé par des oiseaux ne sachant ni marcher ni voler.

 

C – On est passé d'un organigramme arborescent à un autre alors que le passage à l'enseignement à la carte est incontournable

L'organigramme actuel de l'orientation scolaire est le résultat de retouches successives l'ayant fait passer

- d'une arborescence naturelle avec des premières ramifications précoces, la première bifurcation touchant des enfants âgés de douze ans, dont la majorité était dirigée vers le certificat d'études et une minorité vers des études longues

- à une arborescence proche de celle d'un arbre en boule, avec un tronc commun hypertrophié suivi d'aiguillages qui, en principe, se succèdent rapidement. Mais, là encore, la tendance est à l'allongement des études, ce qui pose une fois de plus la question d'une éventuelle exploitation intellectuelle n'aboutissant trop souvent qu'au chômage et à la déstructuration des individus

 

L'arborescencede départ officialisait de façon trop voyante une division de la société en castes. Après que cette division ait été en elle-même longtemps bien supportée dans une France essentiellement rurale, cette organisation devait impérativement être remplacée pour de nombreuses raisons liées à la révolution de façons de vivre, à partir des années 1955 à 1970.

 

Si le débat à son sommet avait alors été honnête, notre Education Nationale aurait dû logiquement adopter à une politique éducative analogue à celle de la Finlande, où il n'est plus guère question de schéma arborescent, mais au contraire d'enseignement à la carte

Si ce débat était rigoureusement logique, l'Education Nationale prendrait l'orientation nécessaire pour adopter ce principe d'un enseignement à la carte, mais les préoccupations sont ailleurs.

 

Et l'honnêteté n'est pas au rendez-vous, comme il est montré dans les documents déjà cités:

« Mensonges éhontés des médias sur la semaine scolaire, début 2013 »  et:

"Grève fu 12 février 2013: quand un menonge des médias cache une coucherie des syndicats"

 

Grâce à son enseignement à la carte qui supprime les filières et la hiérarchisation des disciplines et des activités, la politique éducative finlandaise évite l'engorgement des orientations dans des scolarisations sans débouchés, mais aussi les tensions sociales stériles telle que celle qui apparait dans le tract intitulé: "Marchands d'orthographe, fabricants de haine"

http://www.alfograf.net/ortograf/ images/tract/d580-904-1p-marchans-d-orto-haine-tract.pdf

Moyennant quelques précautions élémentaires, le modèle finlandais apporte à chaque élève un bagage équilibré et dynamisant, comportant des compétences individuelles réparties dans les différents domaines : littéraire, artistique, pratique, scientifique, technique

 

Noter que l'exploit intellectuel, réel ou trafiqué, qui est encore mis en avant comme gage de sérieux auprès du grand public en France, a commencé de s'évanouir sous la pression des réalités. Voir

1°) « Le baccalauréat, baudruche nationale » disparu momentanément d'internet

2°) « Le bac à douze ans et le professeur Singe »,  "Les secrètes connivences entre un élitisme réservé à quelques uns et un anti-élitisme appliqué à la multitude"

http://ortograf.blogs.nouvelobs.com/archive/2011/06/18/le-bac-a-12-ans-et-le-professeur-singe1.html

et :

http://forums.france2.fr/france2/Education/professeur-singe-12-sujet_10884_1.htm

 

3°) « Ecole : la meilleure moëlle n'est pas forcément dans l'os le plus dur »

http://forums.france2.fr/france2/Education/ecole-meilleure-toujours-sujet_8224_1.htm

 

D – Conclusions

L'asservissement des français par le biais de l'organigramme d'orientation scolaire se situe bien dans le cadre des compromis bancals entre les deux idéologies qui règlent le jeu politique français.

On retrouve ici la leçon qui aurait dû être tirée à l'occasion de la chute du Mur de Berlin, mais qui ne risquait pas de l'être : pour asservir les masses populaires, on ne trouvera jamais rien de plus efficace que des gens se faisant passer pour leurs défenseurs.

Autrement dit, dans une des deux coalitions politiques, on a raté le bon choix de la démocratie directe, et dans l'autre, celui de l'autogestion

Ortograf-FR  doc f461 - d05   mai 2013

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.