Des taupes infiltrées dans l'équipe Macron ont pistonné une députée LR

Le tract de campagne de la macroniste Sylvie Le Hir comportait une petite phrase bizarre, propre à renvoyer les électeurs du Haut-Doubs vers sa concurrente Annie Genevard, poids lourd du parti de Fillon

La petite phrase bizarre en question, c'est

« Donner la priorité à l'école publique »

elle ne fait pas partie de la profession de foi de Sylvie Le Hir, étant donné qu'elle est dans la rubrique « Nos engagements nationaux », du document

Cette petite phrase rappelle le fameux slogan « Ecole publique, fonds publics », et les vieilles histoires de guerre scolaire, dont le dernier épisode marquant remonte à la guerre scolaire de 1983

Le public a montré depuis longtemps qu'il ne veut plus de cette guéguerre, parce que les vrais problèmes sont ailleurs.

Donc, dans une lecture rapide du document, de toute évidence, la phrase: « priorité donnée à l'école publique » faisait tilt, surtout auprès d'un public acquis depuis toujours à la droite. Elle amenait à s'abstenir un pourcentage important des électeurs qui auraient voté pour Sylvie Le Hir, et à voter pour Annie Genevard des électeurs qui, sinon, auraient voté pour Sylvie Le Hir ou se seraient abstenus

 

A – Bizarre, bizarre. Ce relent de guerre scolaire est exactement à l'opposé de la recherche systématique de l'entente nationale, qui est le principe de base de l'engagement politique d'Emmanuel Macron

Ce caractère bizarre est confirmé par les articles donnés par Google. On n'y retrouve strictement rien allant dans le sens de la guerre scolaire suggérée par le tract.

Pour preuve, voir par exemple l'article intitulé : « Macron éducation - 10 Propositions Aide et Action. Découvrez nos propositions sur l'éducation adressées aux candidats »

L'initiative de cette trahison délibérée du message de Macron n'a pas d'autre explication que celle qui saute aux yeux et qu'on a déjà évoquée : son objectif était de faire gagner Annie Genevard en coulant Sylvie Le Hir, candidate de La République En Marche

Le résultat obtenu ne manque pas de conforter l'image de poids lourd de la politique d'Annie Genevard, d'en faire celle dont les capacités personnelles lui auraient  permis de résister à la déferlante macroniste.

On va voir comment elle a mis de son côté quelques unes des armes lourdes du machiavélisme et de la malhonnêteté intellectuelle

 

B – Une autre ruse est déjà démasquée dans l'article intitulé :

« Un record de quatre mensonges en quatre lignes, signé Annie Genevard, députée filloniste »

- version développée, dans les blogs de Mediapart,

- résumé pdf sur une page

En bref :

Premier mensonge : la députée LR "oublie" de dire que la calamité de la réforme des rythmes scolaires a démarré à la rentrée 2008, à l'initiative de Nicolas Sarkozy qui supprimait les cours du samedi matin. C'est le point de départ d'une série de mensonges en cascade qui servent à se couvrir les uns les autres

2ème mensonge : concernant  « l'annonce des 60.000 postes créés dans l'Education Nationale », Annie Genevard "oublie" de dire qu'il s'agit essentiellement de l'annulation de la décision de 2011, prise par Nicolas Sarkozy, de supprimer 15.000 postes d'enseignants par an pendant cinq an.

Voir à ce sujet: "La géniale fausse pétition de SOS-Education", pdf, une page

3ème mensonge : quand elle déclare que la « refondation de l'école » annoncée par le ministre socialiste Vincent Peillon a été un fiasco, elle oublie soigneusement de dire que ce fiasco est dû à ceux que Carole Barjon appelle « les assassins de l'école », assassins de l'école qui ont eux-mêmes la complicité secrète pleine et entière de l'appareil dirigeant du parti « Les Républicains »

Après avoir avancé le principe de la refondation de l'école, Vincent Peillon a été mis rapidement hors-jeu par la pression des syndicats d'enseignants. Leur complicité secrète avec le clan Sarkozy, Genevard, Fillon, Baroin constituait une menace et un chantage implicite évident pour François Hollande

Le 4ème mensonge est dans la manière dont Annie Genevard a protesté contre la réforme imposée à la rentrée 2016 par Najat Vallaud-Belkacem :

- la protestation en elle-même sert à faire croire à des électeurs désinformés qu'elle combat courageusement leur adversaire pédago-marxiste,

- la très grande gentillesse de cette protestation sert à ménager l'adversaire en question, avec lequel elle ne va pas manquer de s'entendre parfaitement, une fois élue, dans le cadre d'un appareil politique global qui se moque royalement de ses électeurs lorsqu'il s'agit de partager le gâteau du pouvoir, façon Fillon

 

C - Cette technique de la protestation matuvu super gentille est une spécialité d'Annie Genevard pour illusionner son public

Voir l'article intitulé :

« La protestation matuvu super gentille: une technique géniale pour tromper le public »

Il montre des sujets très variés pour lesquels notre députée a réussi à faire croire qu'elle combattait courageusement chaque fois un adversaire donné ou un dysfonctionnement donné, alors que chaque fois elle en était totalement complice

En bref :

1°) le premier sujet, donc, c'est, comme on vient de le voir, la réforme imposée à la rentrée 2016 par Najat Vallaud-Belkacem

2°) deuxième morceau de bravoure ayant contribué à la réélection de notre députée : sa protestation très gentille contre la mise en place du mot « prédicat » dans l'enseignement de la grammaire. Le prédicat désigne l'ensemble  [verbe + complément d'objet direct]. Les mots "verbe" et "complément d'objet direct" disparaissent des programmes scolaires jusqu'au niveau de la classe de sixième incluse

3°) un troisième exploit médiatique concerne, plus largement, la gestion de la langue française. Notre poids lourd de la politique bénéficie pour cela de la chape de plomb des médias, qui cachent au public quantité de vérités gênantes sur ce sujet, avec, entre autres, ce qui suit, c'est à dire l'adoption de "la" réforme de l'orthographe, annoncée par Najat Vallaud-Belkacem à la rentrée 2016

4°) sa croisade contre l'adoption de « la » réforme de l'orthographe

Annie Genevard a profité de l'annonce incongrue de la ministre pour faire sa pub. Ses articles n'ont été qu'un coup d'épée dans l'eau parce que la réforme en question était dejà adoptée depuis au moins 2005. Les médias ont fait de l'enfumage pour cacher le fait qu'il s'agissait de la réforme de 1990, dite réforme Rocard  et que ceux qui l'ont concoctée l'ont ratée en parfaite connaissance de cause. Les appareils politiques et les médias ont été d'accord pour cacher au public le fait que l'initiative de la ministre servait à justifier la facture du renouvellement des manuels scolaires, du niveau du CP à celui de la classe de troisième

5°) ajouter encore sa croisade contre les communautarismes, c'est à dire en fait contre l'enseignement de l'arabe et du turc dans nos écoles.

Bizarre, bizarre : il a fallu vingt ans à Annie Genevard pour qu'elle révèle que, parmi les profs de turcs envoyés dans sa ville par la Turquie, pas un seul ne parlait français. Ce refus d'apprendre la langue française n'a pas interpelé celle qui se présente comme la chevalière de la défense de la langue française

Sinon, elle aurait vu que, entre l'écriture phonétique du turc imposée par Atatürk vers 1930, et la gestion crapuleuse de la langue française dont elle est  une farouche partisane, y a pas photo

Ajouter que le seul résultat concret de sa démarche, c'est de réaliser l'union sacrée des musulmans de France, contre la France: comme Cinquième Colonne, les conquérants de Daech ou d'Al Qaïda ne pouvaient pas espérer mieux

Ne cherchez pas plus loin pourquoi la France s'est trouvée soudain face à un terrorisme qu'elle n'avait pas vu venir

6°) l'intervention contre le mariage pour tous : encore un exemple de protestation matuvu super gentille

Voir dans l'article développé esquissé ici comment Annie Genevard en a tiré un double bénéfice électoral

Cet avantage était obtenu grâce à la complicité des médias de la pensée unique, qui ont pris soin d'ignorer totalement l'anachronisme de cette bataille sur le plan politique

 

D - Conclusions

D'autres ruses ont été ou seront démasquées dans d'autres articles, tel que, par exemple : « La technique du téléphone arabe dans un public complice et limité ». Mais on peut déjà tirer ici trois premières conclusions :

1°) ceux qui ont dénaturé le message d'Emmanuel Macron pour faire croire qu'il allait relancer la guerre scolaire sont certainement faciles à démasquer et ils doivent l'être

Remarque: une autre tromperie propagée par le même clan a consisté à faire croire que les propriétaires ayant fini de rembourser l'emprunt pour l'achat d'un appartement ou d'une maison allaient devoir continuer de payer des mensualités équivalentes sous forme d'impôts

2°) Si les médias faisaient honnêtement leur boulot, notre poids lourd de la politique n'aurait eu aucune chance d'être réélue

3°) Ces médias qui ne font pas correctement leur boulot sont désormais talonnés par la guérilla de l'information, qui les force à relayer quelques alertes s'ils veulent rester crédibles.

La plus remarquable d'entre elle a été celle de l'affaire Fillon, qui a été une chance formidable pour la France. Avec François Fillon comme président et Annie Genevard comme ministre de l'Education Nationale, on pouvait être sûr d'aller à brève échéance vers une explosion comparable à celle de mai 68, avec des conséquences infiniment plus graves

Il faut donc savoir gré à François Fillon d'avoir limité ses dégâts à l'anéantissement de son parti et de ne pas être allé jusqu'à l'anéantissement de la France. Il faut aussi savoir gré à Annie Genevard d'avoir montré, dix huit mois avant les élections, l'effrayante nullité de son projet pour l'école

Ortograf-FR doc g313-h06-E fin juin 2017 Annie Genevard pistonnée par des taupes infiltrées dans l'équipe adverse(E)

 

Voir aussi :

a) "L'affaire Pénélope n'est rien à côté du reste"

A ceux qui s'obstinent à gober la propagande filloniste, on va montrer ici qu'ils méritent la réponse : « heureux les naïfs ! Leurs enfants paieront ! »

 

b) « Guerre scolaire de 1983-84 : la bataille triangulaire des dindons »

- résumé, une page

- développé, dans les blogs de Mediapart

Voir notamment le paragraphe D :

"D - Après le soubresaut de 1968, les opérations de sabotage du système éducatif français ont repris de plus belle

a) vers 1975, on a adopté en catimini l'API, « alphabet phonétique international », un outil fait pour être en panne

Théoriquement, il servait à faire connaître la prononciation normale des mots français, mais le mauvais choix de ses lettres le rend inutilisable par le grand public

Pire encore,  l'inventaire de ses sons constitutifs normaux de notre langue, de ses « phonèmes », n'a même pas été fait correctement

L'objectif véritable de l'adoption de l'API, c'était de barrer la route à une écriture phonétique du français choisie le plus judicieusement possible, qui, elle aurait ouvert tout grand le chemin très facile de l'indispensable réforme de l'orthographe"

c) « IVIN, …, JUIN, …., …. : quatre manières d'écrire le mot « JUIN » : très drôle ! »

d) « Bataille des alphabets : alphabet-U contre API : la comparaison qui accuse »

e) « Orthographe: la vieille voiture et les charlatans »,  version actualisée 2013

f) « Interdiction de l'API demandée pour nos écoles, lycées, collèges »

g) « Dyslexie à cause de l'API : la preuve d'un sabotage en bande organisée est dans l'enfumage qui le cache »

h) « Histoire interdite de l'alphabet français »

"L'ignorance des français pour l'histoire de leur langue fait partie de la gigantesque manipulation qui nous fait gober l'orthographe la plus bête du monde"

i) « Incompétence, incurie, suffisance et corruption dans la gestion de la langue française », 6 pages



Ortograf-FR doc g313-h06-E fin juin 2017 Annie Genevard pistonnée par des taupes infiltrées dans l'équipe adverse(E) 
.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.