A Marseille, Alternatiba entre en désobéissance civique contre Gaudin

«Changeons le système, pas le climat.» C’est le slogan du tour de France à vélo d’Alternatiba, parti le 5 juin 2015 de Bayonne pour mettre en lumière les initiatives citoyennes contre le réchauffement climatique. Partout sur le passage de ces joyeux tandems (dans environ 70 villes) se dressent des villages alternatifs, sur le modèle du festival qui avait rassemblé 12 000 personnes en octobre 2013 à Bayonne. Partout, sauf à Marseille où Jean-Claude Gaudin, le maire (Républicain) de la deuxième ville de France, s’est distingué mercredi 17 juin en refusant la tenue  dans son beau centre-ville du village Alternatib'Aïoli prévu les 27 et 28 juin.

«Changeons le système, pas le climat.» C’est le slogan du tour de France à vélo d’Alternatiba, parti le 5 juin 2015 de Bayonne pour mettre en lumière les initiatives citoyennes contre le réchauffement climatique. Partout sur le passage de ces joyeux tandems (dans environ 70 villes) se dressent des villages alternatifs, sur le modèle du festival qui avait rassemblé 12 000 personnes en octobre 2013 à Bayonne. Partout, sauf à Marseille où Jean-Claude Gaudin, le maire (Républicain) de la deuxième ville de France, s’est distingué mercredi 17 juin en refusant la tenue  dans son beau centre-ville du village Alternatib'Aïoli prévu les 27 et 28 juin.

Et ce alors que les services techniques de la mairie, avec lesquels l’association Alternatiba Marseille travaille depuis mai 2015, avaient donné un avis favorable. Eric, un des membres d’Alternatiba Marseille. assure que la Ville était au courant de leurs projets depuis janvier 2015. «Mais il est clair que la société civile n’est selon Jean-Claude Gaudin pas un acteur à prendre compte», s’exclame-t-il en rappelant que quelque «200 bénévoles et 120 artistes préparent depuis six mois cet événement».

Extrait d'un document interne de la direction de la communication et des relations publiques de Marseille, daté du 17 juin 2015. Extrait d'un document interne de la direction de la communication et des relations publiques de Marseille, daté du 17 juin 2015.
Le 4 juin, dans son allocution d’ouverture de la Med Cop 21, le maire de Marseille assurait, dans un vibrant appel, de son «engagement pour la mise en œuvre, au niveau local, d'un accord ambitieux». «Si les collectivités territoriales sont au cœur de la lutte contre le changement climatique,c'est parce qu'elles sont les premières à en subir les effets !, s’enflammait Jean-Claude Gaudin. C’est pourquoi nous collectivités méditerranéennes, sommes les mieux placées pour imaginer les modes de vie et de consommation du futur.»

«Nous ne comprenons pas cette décision du cabinet du maire  qui n’est pas motivée, d’autant plus que Marseille est une des villes les plus polluées de France, notamment en particules fines et qu'il s'agit de proposer des solutions positives», s’étonne une autre membre de l’association marseillaise. La structure avait d’abord souhaité installer son village en haut de la Canebière, en bloquant la circulation, puis devant le refus de la mairie le 5 juin, avait in extremis déposé deux nouvelles demandes au parc Longchamps et sur le parvis de l’Hôtel de ville, face au Vieux-port. Nouvel échec le 17 juin, malgré l’avis favorable des services techniques. L’association s’est heurtée à un même refus pour l’organisation mercredi 24 juin du concert de HK et les Saltimbanks sur le parvis de l’Hôtel de ville.

Contactée ce vendredi midi, la mairie de Marseille n’a pas donné suite pour l’instant. Bruno Gilles, le maire (Républicain) des 4 et 5èmes arrondissements, et Robert Assante, adjoint de Jean-Claude Gaudin (Nouveau centre) en charge des questions d’environnement, ont eux répondu à nos confères du mensuel le Ravi qu’ils n’étaient même pas au courant du passage d'Alternatiba à Marseille…

Après une assemblée générale ayant réuni «une centaine de personnes» mercredi 18 juin, l’association Alternatiba Marseille a décidé de se désengager de l’organisation et de passer le relais à la coordination européenne Alternatiba. «Mais on va quand même le faire en mode déconnant», rassure Pascal. Le concert de HK mercredi 24 juin, tout comme le village alternatif, le weekend suivant seront délocalisés cour Julien, malgré l’interdiction de la mairie. Le tour arrivera lui mercredi 24 juin à l’Estaque (Marseille) à midi, d’où redémarrera à 15h30 une vélorution vers le centre-ville, qui se transformera en «Cyclo Scuba Parade» à 18 heures au Vieux Port. Amenez vos palmes et tubas, ce ne sera pas de trop pour pratiquer l'écologie à Marseille !

L’association a également lancé un appel aux dons pour éponger les frais déjà engagés (concert, quatre salariés au Smic depuis trois mois, affiches, prospectus , commandes de bières, etc.). «Nous avions engagé environ 18 000 euros sur la base du premier avais favroable des services pour l’espace Bargemon et d’une subvention du conseil régional dans les tuyaux», explique Pascal, d’Alternatiba Marseille.

Lire aussi : A Marseille, Alternatiba se maintient et brave l'interdiction du maire Jean-Claude Gaudin !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.