Louise Fessard
Journaliste
Journaliste à Mediapart

80 Billets

3 Éditions

Billet de blog 27 févr. 2015

Les «connards» de Marsactu, en cessation de paiement, ne baissent pas les bras

C’est Jean-Noël Guérini qui doit se frotter les mains ce 27 février. Lors de ses vœux 2015 à la presse, le sénateur et président du Conseil général des Bouches-du-Rhône avait traité de «connards » deux journaliste du site d’information Marsactu

Louise Fessard
Journaliste
Journaliste à Mediapart
© 

C’est Jean-Noël Guérini qui doit se frotter les mains ce 27 février. Lors de ses vœux 2015 à la presse, le sénateur et président du Conseil général des Bouches-du-Rhône avait traité de «connards » deux journaliste du site d’information Marsactu qui lui demandaient des explications sur l’absence de transparence des publicités institutionnelles du département. Raj Médias, la société éditrice de Marsactu et de la lettre économique Marséco, s'est déclarée vendredi 27 février 2015 en cessation de paiements. Après La Marseillaise et le Ravi, placés en redressement judiciaire fin novembre 2014, c’est au tour du site d’information d’aller taper à la porte du tribunal de commerce de Marseille.

Pierre Boucaud, son fondateur et principal actionnaire, compte présenter mercredi 4 mars devant le tribunal de commerce «un projet de continuation dans un premier temps exclusivement basé sur Marséco», une lettre économique numérique sur abonnement. La rédaction de Marsactu a de son côté lancé un appel à «la (re)création d’un média numérique indépendant à Marseille».

© 

Après cinq ans d’existence, ce pureplayer gratuit, basé sur la publicité, cherche toujours son modèle économique, malgré un chiffre d’affaires en progression (de 80 000 euros en 2012 à environ 200 000 euros en 2014) et des pertes en baisse (passées de 225 000 euros à 140 000 euros en 2014). «Il n’y a aucun doute qu’il y a un vrai besoin et une audience, dit Pierre Boucaud. Le  numérique a tué le monopole de la presse régionale. Mais il reste à écrire le modèle économique. J’ai fait une erreur en partant sur du 100% publicitaire.»

Depuis plusieurs mois, le site cherchait à évoluer vers une offre payante. Lancée en juin 2014, la lettre hebdomadaire Marséco a engrangé une centaine d’abonnés en seulement quelque mois (principalement des grandes entreprises locales, des collectivités locales et des services publics). Pour la mettre en ligne, le site avait reçu 130 000 euros du fonds créé par Google au titre des bénéfices publicitaires qu'il réalise en se contentant de référencer les titres de presse.

En dépit de ces «résultats encourageants», les nouvelles recettes de Marséco ont tout juste permis en 2014 de compenser la perte de plusieurs gros contrats publicitaires. La rédaction travaillait également à une version payante de Marsactu. «Un modèle uniquement payant comme Mediapart, serait trop risqué à Marseille, alors nous réfléchissions à un modèle mixte», explique Pierre Boucaud. Mais le projet nécessitait de nouveaux investissements -«environ 150 000 euros»- et le tour de table n’a pu être bouclé à temps.

Le site d’information, avec lequel Mediapart a publié plusieurs enquêtes en partenariat, s’est taillé une véritable place dans le paysage éditorial marseillais, atteignant les 200 000 visiteurs uniques mensuels. Sur de nombreux sujets (financement politique, urbanisme, logement, environnement, culture, etc.), ses journalistes exercent un rôle de décryptage et de vigie démocratique salutaire. Cette cessation de paiement repose donc de façon aiguë la question du financement d’une presse locale indépendante.

Incisif et poil-à-gratter des potentats locaux, Marsactu n’a jamais bénéficié d’aucune subvention ou publicité institutionnelle des collectivités publiques marseillaises, «sauf 4000 euros au total versés par le conseil général des Bouches-du-Rhône et le conseil régional Paca pour un salon de l’agriculture», précise son patron. Au sein du Spiil (Syndicat de la presse indépendante d’information en ligne), l’entrepreneur s’est notamment battu -en vain- pour que la «presse tout-en-ligne» ne soit plus exclue des annonces officielles, source importante de revenus pour la presse papier.

© 

«Je ne demande pas d’aide spécifique, juste d’être traité de la même façons que les autres titres, revendique Pierre Boucaud. Il n’est pas normal que La Provence reçoive 500 000 euros de publicité du Conseil général et Marsactu zéro.» Courant 2014, des encarts du Conseil général dirigé par l’ex PS Jean-Noël Guérini ont en effet fait leur réapparition dans le quotidien régional racheté par Bernard Tapie, au moment où le journaliste d’investigation Fred Guilledoux, qui suivait les affaires judiciaires dudit Guérini, était mis au placard.

Interpellé par un journaliste de Marsactu lors de ses vœux à la presse sur le manque de transparence du département dans la gestion de ses financements à la presse, Jean-Noël Guérini a répondu : «Mais je fais ce que je veux comme je veux». Avant donc de lâcher à l'encontre des journalistes un «connards », relevé par L’Express. «A Marseille, les politiques sont les plus gros annonceurs et ont un pouvoir accru, car il y a peu d’investisseurs et ceux qui ont de l’argent hésitent à les contrarier», regrette Pierre Boucaud.

La rédaction de Marsactu, qui ne baisse pas les bras, a lancé vendredi un appel à «la (re)création d’un média numérique indépendant à Marseille». «Cette situation souligne l’importance du soutien des lecteurs, de la construction d’un lien différent, à l’image des expériences de Scop ou du statut d’entreprise solidaire de presse en cours d’adoption au Parlement», soulignent les journalistes, dans leur communiqué. Raj Média emploie 7 salariés dont 4 journalistes. Seuls deux salariés seront concernés par le projet de reprise de la lettre Marséco, les autres risquant le licenciement économique. «Nous sommes fiers d’avoir porté pendant 5 ans l’exigence d’un journalisme d’enquête et de décryptage qui a comptabilisé 10 millions de visites dans cette ville et au-­delà, écrivent les journalistes. Cela montre qu’il y a un appétit dans cette ville pour une manière d’informer différente.» Avant d’appeler à «réinventer les conditions d’existence d’un média libre et indépendant à l’échelon local».Vous pouvez les contacter à l'adresse contact@marsmedias.fr

© 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte
Journal — Fil d'actualités
L’Ukraine demande plus d’armes et de sanctions contre Moscou après des frappes sur Kiev
Le gouvernement ukrainien a réclamé dimanche plus d’armes et de sanctions contre Moscou aux pays du G7, réunis en sommet en Bavière (Allemagne), à la suite de nouvelles frappes russes survenues à l’aube sur un quartier proche du centre de Kiev.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart