louisebihan
Autrice indépendante
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 nov. 2022

louisebihan
Autrice indépendante
Abonné·e de Mediapart

« Qu'il(s) retournent en Afrique » : le RN se perd dans sa stratégie de communication

Depuis la sortie profondément raciste du député RN Grégoire de Fournas à l'encontre du député LFI Carlos Martens Bilongo hier, la sanction « la plus sévère » est exigée contre le député RN par la gauche comme par la majorité présidentielle. Le RN, lui, défend bec et ongles celui qui, sans le vouloir, a rappelé le « vrai visage » de son parti. Il ne s'agit plus tant de s'offusquer que de prendre la mesure de ce que nous sommes en train de vivre. La phrase de Grégoire de Fournas n'est pas un dérapage, c'est un signe d'alerte. 

louisebihan
Autrice indépendante
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le moins qu'on puisse dire, c'est que la séquence a fait du bruit. Et pour cause.

Lors de la séance de questions au gouvernement (exceptionnellement tenue ce jeudi en raison du jour férié de la Toussaint), le député LFI Carlos Martens Bilongo alertait le gouvernement sur la situation des migrant-es secouru-es par le bateau Ocean Viking d'une ONG allemande, SOS Humanity. Mais le jeune député de la 8e circonscription du Val d'Oise n'a pas pu finir sa question. Au même moment, le député RN (5e circonscription de Gironde) s'exclame : "Qu'il retourne en Afrique !". La phrase a été attestée par le compte-rendu de séance, finalisé ce matin.

Extrait du compte-rendu de la séance de Jeudi 3 novembre 2022, publié sur le site de l'Assemblée Nationale.

Exclamations de toutes part, et la présidente de l'Assemblée Nationale Yaël Braun-Pivet de déclarer une suspension de séance, puis sa levée pure et simple quelques minutes plus tard.

Sur les plateaux télés, dans la presse, Grégoire de Fournas a assuré toute la soirée d'hier sa défense : Le "qu'il" dans sa phrase ne désignerait pas le député, mais le bateau auquel ce dernier faisait référence. Mais qu'importe. De leur côté, la gauche se range entière derrière son protégé et appelle à un rassemblement (aujourd'hui à 13 heures) à côté de l'Assemblée Nationale. La majorité présidentielle, elle, affirme qu'elle "ne siégera pas" tant que "la sanction la plus sévère" ne sera pas prononcée à l'encontre du député RN. L'extrême-droite, elle, continue à dénoncer en bloc une "manipulation honteuse" de la gauche pour discréditer son programme. Le bureau de l'Assemblée Nationale se réunit aujourd'hui à 14h30 pour décider de la sanction contre le député.

Manipulation ou pas, Grégoire de Fournas agit dans la tourmente. Comme cela a été relevé par de nombreux utilisateurs, ce dernier a très rapidement supprimé ses posts à connotation raciste. Simple manipulation de la gauche, donc ? Ou "dérapage" de trop ?

Exemple d'un post du député Grégoire de Fournas relevé par le journaliste Pierre Plottu / Capture d'écran Twitter

En off, le Rassemblement National semble enrager, et pour cause. Le parti qui depuis des années cherche à gagner sa respectabilité (et qui y parvient) joue un double jeu : radical en interne, mais plus policé en public, en se défendant comme "la seule alternative" au gouvernement. Le vote d'extrême-droite, honteux jusqu'au début des années 2010, devient un acte de contestation revendiqué. Et pour que ça marche, il faut que ça file droit, quitte à évincer illico presto les trop grandes gueules. Et cette stratégie, elle fonctionne. Elle fonctionne même très bien au vu des résultats du Rassemblement National aux dernières présidentielles, et à ses 89 député-es dans la nouvelle législature (du jamais vu). L'opposition de gauche accuse la majorité présidentielle d'avoir pactisé avec le Rassemblement National pour l'obtention de plusieurs postes clés au sein de l'Assemblée, ce que Renaissance dément. Pour autant, la majorité a voté en faveur de ses deux candidat-es à la vice-présidence du palais Bourbon (Sébastien Chenu et Hélène Laporte).

Aujourd'hui, Renaissance s'insurge du comportement de l'extrême-droite, suite aux propos de Grégoire de Fournas. Il aurait peut-être fallu s'y prendre avant. On se souvient des séquences pendant l'entre-deux tours des législatives où la majorité présidentielle appelait à des consignes de votes au "cas par cas" dans les duels NUPES/RN, malgré un revirement de la part d’Élisabeth Borne qui appelait à ne pas donner "une seule voix à l'extrême-droite" d'une conviction bien fébrile. Dans la 5e circonscription de Gironde, la candidate Ensemble Karine Nouette Gaulain n'avait explicitement pas donné de consigne de vote pour le duel qui opposait Grégoire de Fournas à Olivier Maneiro (LFI-NUPES).

Egalement, il y a quelques semaines, Yaël Braun-Pivet rappelait à l'ordre la députée Renaissance de Paris Astrid Panosyan-Bouvet qui avait dénoncé en séance "l'ADN xénophobe vieux de 50 ans" du Rassemblement national, provoquant l'ire de l'opposition de gauche.

Ces quelques exemples ne sont pas anodins, ils reflètent bien l'ambiance dans laquelle on baigne. Aujourd'hui, le RN apparait comme une alternative crédible, et ses scores de plus en plus haut à chaque élection laissent présager une victoire future à l'élection présidentielle. La faute à qui, à quoi ? Si le Rassemblement National est si présidentiable, c'est bien parce qu'il bénéficie de la sympathie de la droite et du centre. Mais aussi d'une partie de la gauche, qui même si elle tente de s'en détacher aujourd'hui, ne s'est pas gênée d'appliquer une partie du programme de l'extrême-droite. Le quinquennat Hollande en a laissé des traces : durcissement des politiques migratoires, programme économique néo-libéral...

Le programme de la majorité présidentielle en matière d'immigration semble s'accorder avec les velléités xénophobes du Rassemblement National, quitte à provoquer des remous au sein de son propre camp. Et les dernières sorties de Gérald Darmanin et Emmanuel Macron sur les délinquants étrangers, ou la non-exécution des OQTF semblent s'inscrire dans cette continuité. Récupérer le programme de l'extrême-droite pour tenter de l'affaiblir à son propre compte, c'est une vieille rengaine. Mais ici, le vieil adage du père Le Pen semble, malheureusement, plus que jamais vérifiable : "Les gens préfèrent l'original à la copie".

Et il est à craindre que la sortie du député de la 5e circonscription de Gironde ne changent que peu de choses à l'affaire. Car ce qui va compter ici, ça ne sera pas tant la faculté du RN à rattraper une telle sortie, que la réaction politique plus générale des oppositions. Une telle affaire a peu de risques de faire vaciller le parti d'extrême-droite alors que les propos tenus par le député restent, au fond, en accord avec son programme. Et ça, le parti le reconnait très bien.

Il ne s'agit plus tant de s'offusquer que de prendre la mesure de ce que nous sommes en train de vivre. La phrase de Grégoire de Fournas n'est pas un dérapage, c'est un signe d'alerte. La majorité peut bien s'offusquer, si elle n'agit pas, elle ne fait que tendre le bâton pour se faire battre. Idem du côté de l'opposition de gauche. Il ne suffit pas de porter un projet de société alternatif au néo-libéralisme, aussi crédible qu'il soit. Il faut aussi se donner les moyens de le mettre en pratique, et de rattraper des années d'errances, de trahisons et de compromissions funestes.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
Affaire « Paul Bismuth » : Sarkozy prend ses distances avec les autres prévenus
L’ancien président conteste avoir commis la moindre infraction, malgré des enregistrements diffusés par la cour d’appel de Paris indiquant le contraire. À l’entendre, il n’était « pas passionné de procédure pénale », à l’inverse de Thierry Herzog, son ami avocat, et de l’ex-magistrat Gilbert Azibert.
par Michel Deléan
Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Prof harcelée par l’extrême droite : « Maintenant, il faut une protection policière pour réfléchir sur la fraternité ? »
Sophie Djigo, enseignante de philosophie en classe préparatoire à Valenciennes, a été la cible d’une campagne en ligne parce qu’elle organisait une sortie pédagogique auprès d’une association d’aide aux migrants à Calais. Dans un entretien à Mediapart, elle demande à l’Éducation nationale de « protéger les collègues ».
par Célia Mebroukine

La sélection du Club

Billet de blog
Dominique Blanc porte haut « La douleur » de Marguerite Duras
L’actrice dit vouloir jouer encore et encore ce spectacle, « jusqu’ au bout ». Elle a raison. Ce qu’elle fait, seule en scène, est indescriptible. Thierry Thieû Niang l’accompagne dans ce texte extrême de Marguerite Duras créé sous le direction de Patrice Chéreau il y a bientôt dix ans.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Avec Francesca Woodman et Vivian Maier, « Traverser l’invisible »
Chacune à sa façon, les deux photographes, comme l'écrit Marion Grébert, « ont mené leur existence en échappant à la moindre possibilité d’être saisies. »
par Jean-Claude Leroy
Billet de blog
Sans couronne se relever
Au cours de sa formation théâtrale, Suzanne de Baecque répond à un travail d’immersion en s’inscrivant au concours de Miss Poitou-Charentes. Avec Raphaëlle Rousseau pour complice, elle narre son expérience à partir des coulisses, observant ses concurrentes, les racontant pour mieux donner naissance à « Tenir debout », docu-fiction entre rire et larmes, premier spectacle magnifique.
par guillaume lasserre
Billet de blog
L’art nous empêche-t-il de construire un monde meilleur ?
L'art peut-il être un outil politique pour surmonter les crises environnementales et sociales que nos sociétés traversent ? A-t-il vraiment le pouvoir de créer de nouveaux récits pour amener une mutation profonde et nécessaire ? Non. Car dans un monde profondément individualiste, l'art est fondamentalement du côté des forces réactionnaires.
par Sébastien Piquemal