Luc Bentz
Continue à essayer de comprendre le monde et, à défaut, de lui trouver un sens.
Abonné·e de Mediapart

72 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 juil. 2020

Un pôle éducatif bancal

Cité pour le ministère de l'Intérieur mais finalement écarté de celui-ci, Jean-Michel Blanquer semble avoir obtenu un lot de consolation en passant de «l'Éducation nationale et de la Jeunesse» (gouvernement Philippe) à «l'Éducation nationale, la Jeunesse et les Sports» (gouvernement Castex) et en montant protocolairement du 8e rang au 3e dans la hiérarchie ministérielle. Oui, mais...

Luc Bentz
Continue à essayer de comprendre le monde et, à défaut, de lui trouver un sens.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mon ami Claude Lelièvre avait écrit, le 5 juillet 2020, un billet intitulé «Le fabuleux Blanquer: une grenouille en «pôle position»? Des précédents?», qu'il a d'ailleurs logiquement complété, après la constitution du gouvernement Castex, par un autre article («Blanquer, la Jeunesse et les Sports. Quel précédent? Quels enjeux?», 11/07/20). Je viens d'ajouter un second commentaire au premier billet de Claude Lelièvre, qui évoque la logique de «pôle». On sait qu'Emmanuel Macron y songeait (structurer le Gouvernement en grands pôles) et que les choses ne se sont pas faites: la place déjà chiche, laissée au nouveau Premier ministre, eût été davantage exigüe encore si sa marge d'abitrage était quasiment anéantie entre un hyperprésident et quelques grands caciques.

Exeunt les pôles, à cela près que Bruno Le Maire se retrouve pratiquement dans cette situation en voyant rattacher le budget à l'Économie (mais Olivier Dussopt est content sans doute de passer d'un secrétariat d'État à la Fonction publique à un ministère délégué important, puisqu'il devient responsable du Budget)... et que Jean-Michel Blanquer connaît une extension de son périmètre qui, après avoir été élargi à la Jeunesse, s'étend aux Sports). Regardons-y pourtant de plus près, à commencer par ce qui manque à ce «grand ministère éducatif». Mais je vous incite préalablement à lire les deux billets de Claude Lelièvre dont les liens précèdent.

Jean-Michel Blanquer, le 29 août 2018. © D'après Jérémy Barande, Flicker via Wikimedia Commons. Licence CC-BY-SA 2.0 (adaptation par Luc Bentz)

Les jeux sont faits et Blanquer est devenu ministre de l'Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports. Extension ? Extension bancale à tout le moins car ses prédécesseurs ayant élargi le portefeuille éducatif étaient aussi chargés de l'enseignement supérieur (la première disjonction fut celle du secrétariat d'État autonome sous Giscard, initialement confié à Soisson mais qu'Alice Saunier-Séïté, ancienne communiste reconvertie, marqua de son empreinte.

Or l'enseignement supérieur reste à part, Frédérique Vidal étant maintenue comme ministre de plein exercice à l'Enseignement supérieur, la Recherche et l'Innovation, quand Roxana Maracineanu — qui n'était que ministre «des Sports», mais ministre de plein exercice — voit son portefeuille s'élargir («Jeunesse et Sports», à l'ancienne) tandis que son rang protocolaire descend au niveau des ministres délégués (ce qui lui garantit plus d'autonomie qu'un simple secrétariat d'État.

Il eût été logique, dans une approche «polaire» d'un grand ministère éducatif, un grand ministère des savoirs de toute nature cristallisés ou en construction, que l'Enseignement supérieur et la Recherche revinssent dans son giron. Cela n'aurait pas empêché qu'un ministère délégué fût doté d'une assez large autonomie et même de liaisons interministérielles (innovation) avec le grand ministère de l'économie de Bruno Le Maire, mais du moins l'architecture aurait-elle été plus justifiée.

Il y a dans cette affaire-là une part de bricolage et de considérations peu fonctionnelles, entre le fait d'apporter à Jean-Michel Blanquer un baume consolateur (puisqu'il est resté à l'extérieur de l'Intérieur), tout en réglant en pratique le cas du transfert de Gabriel Attal au porte-parolat du Gouvernement. Ce qu'on constate, c'est que la ministre de la Jeunesse et des Sports est une ex-sportive de haut niveau et que, comme on l'a constaté maintes fois depuis 1945, les Sports vont bouffer la politique de jeunesse, réduite au fond à la mise en place du coûteux, inégalitaire et inefficace «service national universel».

Ce qu'on a fait à Roxana Maracineanu n'a pas été imposé à Frédérique Vidal. Cette fracture entre le champ scolaire et le champ universitaire est pourtant dommageable en un temps où la mise en place même de Parcours sup démontre l'existence d'un continuum bac—3/bac+3, d'autant plus que les formations technologiques supérieures ne sont pas toutes universitaires (STS) tout en relevant d'une cotutelle puisqu'elles s'inscrivent dans des enseignements de type lycée, même si ce ne sont plus des enseignements secondaires prolongés.

Au fond, c'est un bricolage d'affichage et de prise en compte des ego comme des réseaux d'influence des uns et des autres. C'est quand même très vieux monde, non ?

Luc Bentz

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai