Luc de Visme
Ingenieur en retraite, conseiller consulaire au Danemark, membre de l'Assemblée des Francais de l'Etranger
Abonné·e de Mediapart

15 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 janv. 2020

La liberté - chronique fin decembre 2017 - toujours actuelle

Tout se déplace, tout change sans arrêt à une telle allure qu’on pourrait parler de tempête, de cyclone emportant tout sur son passage. On suit n’importe quel mouvement par crainte de ne pouvoir survivre. Les valeurs que nous avons connues comme fondement de notre monde sont remises en question sans arrêt.

Luc de Visme
Ingenieur en retraite, conseiller consulaire au Danemark, membre de l'Assemblée des Francais de l'Etranger
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 La Liberté

(af Luc de Visme, conseiller consulaire au Danemark)

C’est ce qui m’amène à revenir sur les valeurs essentielles de notre société en commençant par la liberté.

La liberté, n’est plus ce qu’elle était. Depuis des décades, nous acceptons sans protester la définition de la liberté de la Droite : liberté de se débarrasser des contraintes quelles qu’elles soient. Contraintes imposées par des dictatures dans des pays lointains. On s’est lancé dans la guerre pour libérer l’Irak, l’Afghanistan, la Libye de ses dictateurs. Qu’ a-t-on gagné à la place pour ces peuples, pas leur liberté. Ils retrouvent de nouvelles contraintes, de nouveaux désastres et ne pensent qu’à s’enfuir. C’est toute notre politique étrangère qui a été influencée par ce faux concept de liberté. Mais plus proche de nous, nous nous sommes gavés de la conception de liberté de la Droite qui consiste à se débarrasser de l’Etat, des impôts. Les entreprises doivent être plus flexibles, il faut avoir la liberté de mettre les employés dans la rue si c’est dans l’intérêt des actionnaires. Et pour les chômeurs peut-on parler de liberté ? Ils ont la liberté de chercher un nouveau travail. Mais s’il n’y en a pas ? C’est comme si la liberté des plus riches, de la petite minorité qui possède la grande majorité des richesses de la terre de conserver leurs privilèges, de toujours posséder plus, c’était notre seule liberté, notre seule possibilité. Peut-on parler de liberté du mendiant assis sur le trottoir dans le froid et la pluie et qui demande notre aide ? Est-il libre de se relever, de trouver des revenus ? La liberté qui domine en ce moment, C’est la liberté négative. Il n’y a pas de réelle liberté sans un minimum de ressources et de possibilités matérielles. Il n’y a pas de liberté sans un minimum d’égalité dans notre société, sans un minimum de solidarité.

L’élection de Trump aux USA a réintroduit la notion la plus cynique de liberté : la liberté de se retirer sur soi-même derrière de hauts murs, de refuser l’accès du territoire à tout étranger. La liberté de nier complètement les évidences climatiques qui nous mènent à une catastrophe inévitable. La liberté de Trump, c’est la liberté de se moquer complètement du reste du monde. Mais cette liberté-là elle ne profite même pas à la majorité des américains. Elle ne profite qu’à une élite de ceux qui ont financé son élection. Avec ce langage-là de se débarrasser des impôts, de continuer à polluer la planète, d’annuler les possibilités de se couvrir contre les maladies, les risques sanitaires, Trump a « trompé » finalement une majorité de ses propres électeurs venant des classes moyennes des  états américains. Les USA qu’on a toujours présentés comme le champion des libertés, liberté d’entreprise entre autres, ils sont devenus tout l’inverse. Ils sont le champion des inégalités, de l’égoïsme au point que de nombreux scientifiques qui ont fait leur succès songent à quitter les Etats Unis, en particulier les chercheurs de l’environnement.

La Gauche devrait réinventer la liberté telle qu’elle a été créée par la Révolution. Il faut créer une nouvelle ère, qui permettra de développer un nouveau concept de liberté qui ne se limitera pas uniquement à défendre les intérêts d’une petite minorité mais qui garantira à l’ensemble des hommes des droits fondamentaux, l’accès aux ressources sans polluer le reste de la planète et de façon générale un système politique de répartition des ressources plus juste donnant à chacun la possibilité de réaliser ses propres rêves. Cela suppose que ce nouveau concept de liberté soit concentré sur des échanges internationaux renouvelés donnant aux pays producteurs autant de chance d’en profiter que les anciens pays colonisateurs. Et cela suppose également que l’on renforce et mette au centre de toute politique le concept de liberté positive qui garantit à tous les pays et à tous les individus des droits fondamentaux d’égalité et de solidarité réciproque. Il n’y a pas de liberté sans égalité des chances pour tous.

Pour terminer une mise en garde contre la tendance actuelle à tout désorganiser sous prétexte de fausse liberté  dans ce qu’on appelle faussement l’économie de partage comme par exemple les excès de Uber et du service de location Airbnb. Par l’intermédiaire d’une application de smartphone ne profitant qu’à son inventeur, Uber  remet en question tout un secteur des taxis qui est raisonnablement régulé depuis longtemps. Liberté, ça ne veut pas dire tout casser. Ça c’est la liberté que Trump a exploitée en se moquant des régulations et du reste du monde. Même chose pour le service Airbnb même si cette entreprise essaye de demander à ses membres de payer les impôts qu’ils doivent.  Les forces libres du marché international ont étranglé l’idée de départ d’Airbnb qui était de donner la possibilité à une famille de louer son appartement ou sa maison tout en partant une semaine en vacances. Maintenant ce sont des compagnies immobilières qui y basent leurs profits en étant propriétaires de logements qu’ils louent en permanence à différents locataires. Cela vide les villes de logements disponibles. Les prix immobiliers augmentent. Les étudiants ou locataires de faibles revenus ne trouvent plus rien. Certaines municipalités comme celle de Berlin ou de Copenhague ont limité ces excès, mais que feront les autres pays. Là aussi c’est la preuve qu’il n’y a pas de liberté sans contrôle et il n’y a plus de liberté sans un minimum de droits. La dérégulation, ce n’est pas la liberté.

Sources :

  1. Leila Stockmarr: https://politiken.dk/debat/debatindlaeg/art6268697/Der-er-et-akut-behov-for-en-samlende-humanistisk-og-aktivistisk-udenrigspolitik
  2. Per Michael Jespersen, Politiken : https://politiken.dk/debat/klummer/art6269028/%C2%BBAirbnb-er-en-fremragende-dele%C3%B8konomisk-id%C3%A9.-Men-det-er-synd-politikerne-ikke-t%C3%B8r-passe-p%C3%A5-den%C2%AB

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Le maire écologiste de Grenoble fait voter l’autorisation du burkini sous les invectives
Lundi soir, malgré les pressions et après un conseil municipal interminable, Éric Piolle a fait adopter, sur le fil, un changement du règlement intérieur des piscines municipales. Les militantes qui se sont battues pour pouvoir porter le burkini reviennent, pour Mediapart, sur la genèse de leur combat. 
par Pauline Graulle et David Perrotin
Journal
Libertés fondamentales : Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal
À Bobigny, les manœuvres de l’académie pour priver des enseignants d’un stage antiraciste
La direction académique de Seine-Saint-Denis a été condamnée en 2020 pour avoir refusé des congés formations à des professeurs, au prétexte de « désaccords idéologiques » avec Sud éducation. D’après nos informations, elle a retoqué de nouvelles demandes en tentant de dissimuler, cette fois, ses motivations politiques. Raté.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd
Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart