Luc de Visme
Ingenieur en retraite, conseiller consulaire au Danemark, membre de l'Assemblée des Francais de l'Etranger
Abonné·e de Mediapart

15 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 janv. 2021

Aide généreuse de l'Etat danois pour l'Enseignement supérieur (SU)

Le programme de bourses et prêts de l'État danois pour l'éducation et la formation (SU) procure une aide financière à chaque jeune étudiant de citoyenneté danoise et ayant plus de 18 ans. En 2020, le SU s'élève au maximum à DKK 6.321 (environ 850 €) par mois avant impôts pour ceux qui ne vivent plus chez leurs parents.

Luc de Visme
Ingenieur en retraite, conseiller consulaire au Danemark, membre de l'Assemblée des Francais de l'Etranger
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pour ceux qui vivent chez leurs parents, l’aide est réduite en fonction des revenus de la famille. Elle pourra être comprise entre 270 et 500€ en fonction des dits revenus.

Aide pour les étudiants

Conditions pour obtenir l’AEE (Statens Uddannelsesstøtte - SU):

  • Il faut être inscrit et activement participer à un enseignement reconnu pour l’AEE. Le système est basé sur un ”carnet de 70 tickets max.” chacun d’un mois de bourse. Chaque type d’enseignement (enseignement supérieur, écoles techniques, écoles normales, etc.) donne droit à un nombre de tickets équivalent au nombre de mois d’enseignement normalisé. Remarquer qu’il n’y a pas de limite d’âge supérieure pour toucher l’AEE, tant qu’on n’a pas épuisé son compte de tickets. Cela donne la possibilité de retourner à l’université en cas de changement d’orientation professionnelle.
  • Il faut participer activement à son enseignement. Il ne suffit pas d’être inscrit.
  • Il faut soi-même faire une demande de bourse AEE en ligne et la refaire si on change d’orientation en cours de route.
  • Il faut avoir minimum 18 ans pour les études si on suit un enseignement professionnel.
  • Il ne faut pas avoir de trop gros revenus à côté des études. En moyenne, on peut gagner jusqu’à 2700€ par mois avant d’avoir à rembourser une partie de sa bourse d’Etat.
  • Il ne faut pas recevoir une autre aide publique (état, commune, etc.)
  • Il faut avoir la nationalité danoise – Si on a une autre nationalité, on a la possibilité de toucher l’AEE si on peut être reconnu comme ayant les mêmes droits que les citoyens de nationalité danoise.
  • Il faut soi-même remplir les conditions pour recevoir l’aide et en même temps l’institution où on fait ses études doit aussi être reconnue par l’état.

On n’a pas droit à l’aide AEE si on est autodidacte.

En quelque sorte, un système relativement généreux qui permet au Danemark d’avoir un soutien sérieux à ses étudiants.

Sources (en anglais) https://www.su.dk/english/

Luc de Visme
conseiller consulaire au Danemark

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Violences sexuelles

À la Une de Mediapart

Journal — International
Pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — Culture-Idées
Autour des spectacles « Mère », « The Notebook » et « Istiqlal »
L’émission culturelle hebdomadaire de Mediapart est consacrée aujourd’hui aux mises en scène de Wajdi Mouawad (« Mère »), du collectif Forced Entertainment (« The Notebook ») et de Tamara al-Saadi (« Istiqlal »).
par Joseph Confavreux
Journal — France
Gauches : comment reprendre la main pour 2022 ?
Échaudées par les tentatives ratées de « triangulation » dans leurs propres rangs, et encouragées par l’actualité, les gauches recentrent leur discours sur le social. Mais se faire entendre reste une gageure dans un paysage médiatico-politique saturé par les thématiques identitaires.
par Mathilde Goanec et Pauline Graulle
Journal — France
Présidentielle : cette deuxième ligne qui prépare l’après
« Refondation », « Front populaire écologique », « Bloc arc-en-ciel »… Au sein des partis de gauche, des personnalités s’activent pour éviter les logiques de division présidentielle. Pour elles, la reconstruction de la gauche commence maintenant, pour ne pas disparaître. 
par Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay
Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement