Lucas Alves Murillo
Rédacteur en chef adjoint du site Le Corner et collaborateur de RetroNews, le site de presse de la Bibliothèque nationale de France. Tout ceci après une formation académique en histoire et deux années de recherche sur le sport colonial français.
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

1 Éditions

Billet de blog 28 janv. 2020

Violence d'une république

Il n'est aucunement nécessaire que de présenter Robert Badinter. Celui que l'histoire retient comme le principal instigateur de l'abrogation de la peine de mort dans notre pays a véhément rappelé son opposition à toute violence au sein de la République française. Quelqu'en soit la cause et la personne politique visée. Cette parole, bien que noble, peut paraître éloignée des réalités.

Lucas Alves Murillo
Rédacteur en chef adjoint du site Le Corner et collaborateur de RetroNews, le site de presse de la Bibliothèque nationale de France. Tout ceci après une formation académique en histoire et deux années de recherche sur le sport colonial français.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les mots sont forts et ne peuvent souffrir d'aucune suspicion. Sur le plateau de C à Vous et face au journaliste Patrick Cohen, l'ancien garde des Sceaux (1981-1986) n'a pas hésité à condamner toute forme de violence, refusant le terme de « folklore » et toute clémence. Quoi de plus cohérent pour cet ancien homme d'Etat, respecté et respectable. Cependant, les images mis en avant sur le plateau en question (la tête d'Emmanuel Macron au bout d'une pique) et la ferme condamnation de l'invité du jour semblent témoigner d'un décalage certain, si ce n'est général, vis-à-vis des violences qui peuvent traverser une société.

Le caractère légitime de la violence dans telle ou telle situation est difficile à établir. Le prêtre brésilien Hélder Pessoa Câmara a dressé une typologie de la violence. Celle-ci se décline sous trois aspects : « Il y a trois sortes de violence. La première, mère de toutes les autres, est la violence institutionnelle, celle qui légalise et perpétue les dominations, les oppressions et les exploitations, celle qui écrase et lamine des millions d’hommes dans ses rouages silencieux et bien huilés. La seconde est la violence révolutionnaire, qui naît de la volonté d’abolir la première. La troisième est la violence répressive, qui a pour objet d’étouffer la seconde en se faisant l’auxiliaire et la complice de la première violence, celle qui engendre toutes les autres ».

Pour sa part, Max Weber, l'homme que les lycéens apprennent à connaître chaque année, théorisa « le monopole de la violence physique » dans les mains de l'Etat moderne. Pour Machiavel, dés le XVIème siècle, il existe trois moyens pour arriver au pouvoir ; l'habileté, l'argent et... la violence. Dans notre contexte franco-français, la sacralisation de l'Etat central et jacobin renforce un peu plus le caractère dépolitisé de sa violence. Cette distance permet l'avènement d'affaires policières et étatiques (comme celle concernant l'Elysée et Alexandre Benalla) qui font le lit de la méfiance, de la surenchère et de l'incompréhension. La condamnation de Robert Badinter, qui est le fruit d'une histoire et d'un contexte, est limité par l'absence d'une autre condamnation, celle de la violence sociale, qui semble la plus répressive et la moins discutée en hauts lieux.

Pour ce qui est de la répression de la violence, Pessoa Câmara disait à propos de sa typologie : « Il n’y a pas de pire hypocrisie de n’appeler violence que la seconde, en feignant d’oublier la première, qui la fait naître, et la troisième qui la tue ». L'objet de l'argumentaire n'est pas de trouver coûte que coûte une justification à la violence (quelque soit son auteur), comme si celle-ci était un outil naturel de régulation de la société, mais de montrer que, parfois, les causes d'un mal arrivent à se faire oublier. Certains semblent dépassés par leur propre contexte, les mots de Jacques-Bénigne Bossuet résument notre paradoxe ; « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes ». 

Le débat n'est pas tant la légitimité de la violence, mais celui de sa compréhension. Tout peut sembler justifiable, l'enjeu est de savoir si tout peut se comprendre. Ignorer les causes de la violence, c'est manquer de légitimité dans la condamnation, manquer d'une telle légitimité c'est devenir inaudible, devenir inaudible c'est marquer une possible fracture entre institutions et citoyens.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
En Seine-Maritime, Alma Dufour veut concilier « fin du monde et fin du mois »
C’est l’un des slogans des « gilets jaunes » comme du mouvement climat. La militante écologiste, qui assume cette double filiation, se lance sous les couleurs de l’union de la gauche sur ce territoire perfusé à l’industrie lourde, qui ne lui est pas acquis.
par Mathilde Goanec
Journal — Sports
Ligue des champions : la France gagne le trophée de l’incompétence
La finale de la compétition européenne de football, samedi à Saint-Denis, a été émaillée de nombreux incidents. Des centaines de supporters de Liverpool ont été nassés, bloqués à l’entrée du stade, puis gazés par les forces de l’ordre. Une faillite des pouvoirs publics français qui ponctue de longues années d’un maintien de l’ordre répressif et inadapté, souvent violent.
par Ilyes Ramdani
Journal — Europe
En Italie, Aboubakar Soumahoro porte la voix des ouvriers agricoles et autres « invisibles »
L’activiste d’origine ivoirienne, débarqué en Italie à l’âge de 19 ans, défend les ouvriers agricoles migrants et dénonce le racisme prégnant dans la classe politique transalpine. De là à basculer dans la politique traditionnelle, en vue des prochaines élections ? Rencontre à Rome. 
par Ludovic Lamant
Journal — Moyen-Orient
Le pouvoir iranien en voie de talibanisation
La hausse exponentielle des prix pousse à la révolte les villes du sud et de l’ouest de l’Iran. Une contestation que les forces sécuritaires ne parviennent pas à arrêter, tandis que le régime s’emploie à mettre en place une politique de ségrégation à l’égard des femmes.
par Jean-Pierre Perrin

La sélection du Club

Billet de blog
« La puissance des mères », extrait du livre de Fatima Ouassak
A l'occasion de la fête des mères, et de son braquage par le Front de mères pour faire de cette journée à l'origine réactionnaire une célébration de nos luttes et de nos victoires, extrait du livre « La Puissance des mères, pour un nouveau sujet révolutionnaire » de Fatima Ouassak. Il s'agit de la conclusion, manifeste écologiste, féministe et antiraciste, lue par Audrey Vernon.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Mères célibataires, les grandes oubliées
Mes parents ont divorcé quand j'avais 8 ans. Une histoire assez classique : une crise de la quarantaine assez poussée de la part du père. Son objectif à partir de ce moment fut simple : être le moins investi possible dans la vie de ses enfants. Ma mère s'est donc retrouvée seule avec deux enfants à charge, sans aucune famille à proximité.
par ORSINOS
Billet d’édition
Ma grand-mère, fille mère
Les récits familiaux reprennent dans l'édition «Nos ancêtres les gauloises». Celui-ci nous est proposé par un contributeur qui tient à rester anonyme. Son histoire, entre mémoire et fiction, explore un secret de famille où la vie des bonnes «engrossées» par leur patron rencontre celle des soldats de la Guerre de 14...
par ELISE THIEBAUT
Billet de blog
Pourquoi la fête des Mères est l’arnaque du siècle
À l’origine la Fête des Mères a donc été inventé pour visibiliser le travail domestique gratuit porté par les femmes. En effet, Anna Jarvis avait créé la Fête des Mères comme une journée de lutte pour la reconnaissance du travail domestique et éducatif gratuit ! Aujourd'hui personne n'est dupe sur les intérêts de cette fête et pourtant...
par Léane Alestra