lucile longre
photographe et écrivain
Abonné·e de Mediapart

130 Billets

6 Éditions

Billet de blog 2 mai 2020

photographie et langage de l'invisible

Dans ce troisième article théorique sur la photo, après « Le vide et le blanc » et « De la lumière comme proto-objet », je souhaiterais approfondir les relations entre la photographie et le vide, de même qu’avec la lumière et le souffle.

lucile longre
photographe et écrivain
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Rose, 22 avril 2020 © Lucile Longre

« Les beautés sont apparues de l’invisible pour t’inviter »

Djalal od Dîn Rumi, Odes mystiques.

Dans ce troisième article théorique sur la photo, après « Le vide et le blanc[1] » et « De la lumière comme proto-objet[2] », je souhaiterais approfondir les relations entre la photographie et le vide, de même qu’avec la lumière et le souffle.

Mon hypothèse, pour cette troisième étape de ma théorisation photographique, est la suivante :

-La photographie est le langage non du visible, mais de l’invisible, elle est le langage de la lumière, qui, appuyée sur le Vide taoïste et le Souffle primordial, nous met en relation avec les sources de la vie et de l’univers elles- mêmes.

En effet, comme je l’ai déjà énoncé dans mon premier article théorique, « Le vide et le blanc », en m’inspirant de la pensée du poète et calligraphe François Cheng, « le Vide est une des sources principales de la pensée et de la peinture chinoise » :

« Le Tao d’origine engendre l’Un

L’Un engendre le Deux

Le Deux engendre le Trois

Le Trois produit les dix mille êtres

Les dix mille êtres s’adossent au Yin

Et embrassent le Yang

L’harmonie naît au souffle du Vide médian. »

De ce passage, nous pouvons donner, en simplifiant beaucoup, l’explication suivante. Le Tao d’origine est conçu comme le Vide suprême d’où émane l’Un qui n’est autre que le Souffle primordial. Celui-ci engendre le Deux, incarné par les deux souffles vitaux que sont le Yin et le Yang. Le Yang, en tant que force active, et le Yin, en tant que douceur réceptive, par leur interaction, régissent les multiples souffles vitaux dont les Dix mille êtres du monde crée sont animés. Toutefois, entre le Deux et les Dix mille êtres prend place le Trois.

« Le Trois, dans l’optique taoïste, représente la combinaison des souffles vitaux Yin et Yang et du Vide médian dont parle la dernière ligne du texte cité. Ce Vide médian, un souffle lui-même, procède du Vide originel, dont il tire son pouvoir. Il est nécessaire au fonctionnement harmonieux du couple Yin-Yang : c’est lui qui attire et entraîne les deux souffles vitaux dans le processus du devenir réciproque (…) »

François Cheng, Vide et plein, le langage pictural chinois, Paris, Seuil, 1991, p. 59-60.

On voit déjà dans cet extrait combien les notions de « vide » et de « souffle » sont mêlées, et j’ai montré, dans mon article sur le vide en photographie et aussi sur le souffle en photographie[3], combien ces deux notions sont en importante dans l’art de la prise de vue photographique 

 : « On voit donc ici combien la notion de Souffle est à la racine de toute création et de toute créativité, et combien, que ce soit en calligraphie comme en photographie, il importe de bien saisir l’essence de cette notion. En chinois on parlera de Chi, ou souffles vitaux : « D’après la cosmologie chinoise, l’univers créé procède du Souffle primordial et des souffles vitaux qui en dérivent. D’où l’importance, en art comme dans la vie, de restituer ces souffles. « Animer les souffles harmoniques », canon formulé par Hsieh Ho au début du VIème siècle, est devenu la règle d’or de la peinture chinoise[4] » (François Cheng, Souffle-esprit, Textes théoriques sur l’art pictural chinois, Points- Seuil, 2006, p. 155.)

La photographie s’appuie donc sur le « Vide suprême » et le « Souffle primordial » pour produire un langage de la lumière, capable de nous restituer l’image de l’invisible, de nous rendre visible l’invisible, par cette « peau de lumière » qui est son essence, concept que j’emprunte au psychanalyste Guy Lavallée 

: » Voici ma proposition : le premier « enveloppement » psychique du bébé est d’essence hallucinatoire, il est constitué non seulement d’indistinction dedans-dehors mais aussi d’indistinction entre les différents registres sensoriels. Au fantasme de peau commune à la mère et à l’enfant, tel que le soutient Anzieu, j’ajouterai que la consensualité hallucinatoire positive du touché corporel et de la lumière visuelle étant, en ces temps originels, à son apogée, il se construirait une illusion de « peau visuelle » commune à la mère et à l’enfant. Une peau de lumière diaphane, d’essence hallucinatoire, envelopperait le champ visuel du bébé[5]. » (Guy Lavallée, L’Enveloppe Visuelle du moi, Paris, Dunod, 1999, p.38.).

Par cette peau de lumière, la lumière étant - avant le langage parlé et la constitution d’une pensée réflexive et d’un psychisme différenciant sujet et objet, un proto-objet – la photographie nous permet de communiquer avec nous–mêmes et avec le reste du monde, nous met en relation avec les sources profondes de la vie sur terre et dans l’univers, de même qu’avec les origines de notre vie même.

L’art photographique, appuyé sur le Vide et le Souffle, et parlant le langage de la lumière, nous révèle l’invisible, l’autre côté du miroir, celui des choses cachées depuis le commencement du monde. Prendre une photo nous met en contact avec des forces profondément vitales, celles qui ont présidé à la naissance de l’univers et à notre naissance, en tant qu’individu.

Prendre une photo, c’est participer du souffle du monde, appuyé sur le vide primordial, et rendre visible l’invisible, par cette peau de lumière qui est un langage universel entre tous les êtres et sources de vie dans l’univers.

[1] https://imagesetimageurs.com/2016/01/30/le-vide-et-le-blanc-contributions-a-une-theorie-generale-de-la-photographie/

[2] https://imagesetimageurs.com/2019/02/26/de-la-lumiere-comme-proto-objet/

[3] https://imagesetimageurs.com/2016/08/09/de-limportance-du-souffle-en-photographie/

[4] https://imagesetimageurs.com/2016/08/09/de-limportance-du-souffle-en-photographie/

[5] https://imagesetimageurs.com/2016/01/30/le-vide-et-le-blanc-contributions-a-une-theorie-generale-de-la-photographie/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l’extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l’éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal
Législatives : comment le RN cible le rassemblement des gauches
Mediapart a pu consulter les documents fournis aux candidats du parti d’extrême droite pour les législatives. Ils montrent que le parti fait manifestement peu confiance à ses troupes sur le terrain. Ils s'en prennent à la coalition de gauche Nupes, rebaptisée « extrême gauche pro-islamiste ».
par Lucie Delaporte
Journal
Le travail sexuel, angle mort de la Nupes pour les législatives
Le sujet n'a jamais fait consensus à gauche. Le programme de la Nupes est marqué par les positions abolitionnistes, majoritaires dans les partis. Plusieurs acteurs de terrain s'insurgent. 
par James Gregoire

La sélection du Club

Billet de blog
Faire de l’hospitalité un droit fondamental
Dans un livre qui fera date, la juriste Marie Laure Morin propose de faire de l’hospitalité un droit fondamental afin de construire un droit des migrations qui rompe, enfin, avec des législations répressives qui violent les droits humains et menacent l’État de droit. J’ai volontiers accepté d’en écrire la préface.
par Edwy Plenel
Billet de blog
Couple binational : le parcours du combattant
Si on m’avait dit auparavant, qu’en 2021 je serais mariée, j’aurais éclaté de rire ! Pourtant, par amour, on est capable de tout.
par Amoureux Au ban public
Billet de blog
A quoi sommes-nous sensibles ?
La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Ils sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision.
par Bruno Lonchampt
Billet de blog
Accès au droit des étrangers : régularisons l’administration !
Des élus de la République, des responsables associatifs, des professionnels du droit et autorités administratives intervenant dans le 20e arrondissement, et à Paris, sonnent la sonnette d'alarme. La prise de rendez-vous dématérialisée auprès des préfectures en vue de déposer des demandes de titres de séjour est devenue quasi impossible. « La déshumanisation et le dévoiement des services publics sont à leur comble ! » 
par Les invités de Mediapart