lucile longre
photographe et écrivain
Abonné·e de Mediapart

130 Billets

6 Éditions

Billet de blog 10 janv. 2021

je suis un rêve d'étoiles

J’aime à me réveiller la nuit, lorsque tout le monde dort et que tout est calme et tranquille. Dans l’obscurité et le calme nocturne, je me sens apaisée, l’esprit et l’âme sereins.

lucile longre
photographe et écrivain
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

coucher de lune, 27 octobre 2020 © Lucile Longre

J’aime à me réveiller la nuit, lorsque tout le monde dort et que tout est calme et tranquille. Dans l’obscurité et le calme nocturne, je me sens apaisée, l’esprit et l’âme sereins.

La nuit, je m’y sens à l’abri et en sécurité, je me love dans la pénombre et le silence comme un jeune chat se blottit contre la fourrure de sa mère, la nuit est pour moi comme un refuge, une tanière, comme les bras d’une mère pour un petit enfant. Dans l’espace et le calme nocturne, je me sens enfin apaisée, loin du tumulte des jours et des fracas de mon histoire passée, et, lentement, tout doucement, je renoue un à un les fils de mon existence et je renais peu à peu à la vie et a la sérénité.

Au mitan de la nuit, je suis souvent réveillée et je descends dans la salle à manger, où je m’installe sur mon fauteuil relax, face à la fenêtre et au jardin en contrebas. Et là, je m’immerge dans la contemplation du ciel, que j’aperçois au travers des fenêtres, et ma vie prend alors un tout autre sens.

Que le ciel soit dégagé et plein d’étoiles ou bien nuageux et sans visibilité, sa vue me fait toujours un grand effet, et m’apaise et me calme. Face à l’immensité du ciel nocturne, où je devine étoiles, nébuleuses et galaxies, je me sens tout à coup dégagée de tout souci, mon âme s’allège et mon esprit s’éclaire, et je me sens enfin en accord avec moi-même et avec l univers.

Je pourrais passer des heures ainsi, à contempler la voûte céleste, enfin réconciliée avec moi-même et avec la galaxie, et les étoiles, que je vois depuis ma fenêtre, me semblent autant d’amies qui me saluent des confins de l’espace.

Je rêve souvent que je suis au sommet d’une montagne ou d’une haute colline, loin des rumeurs de la ville et de la pollution lumineuse urbaine, et que je contemple un ciel pur et limpide, où brillent des milliers d’étoiles et où je devine toutes sortes de nébuleuses et d’amas galactiques. Et là, face à cette immensité céleste, je me sens enfin renaître, l’esprit enfin vierge de toute crainte et de toute peur, et l’âme toute entière remplie d’une joie profonde et d’une félicité à nulle autre pareille. Je ne suis plus simplement moi, bornée à ma petite existence d’être humain, aux sens émoussés et à l’intelligence limitée, je me sens pareille aux étoiles et aux constellations, je m’étends aux dimensions de la voûte céleste et fais corps avec le cosmos. Et alors, je ne fais plus qu’un avec les galaxies et avec l’univers, et mon âme, enfin apaisée, s’unit avec ce qui est à l’origine de la vie et de notre Terre, je flotte dans l’espace, libre et heureuse, en compagnie de mes sœurs, les étoiles.

Et ce rêve, que je fais chaque nuit, en contemplant le ciel depuis ma fenêtre, m’aide à vivre, jour après jour, car je sais que, dès que l’obscurité tombe, un monde entier s’ouvre à moi et qu’il m’appartient, comme je lui appartiens.

Je suis de l’étoffe dont on fait les rêves.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal — Extrême droite
L’extrême droite et ses complicités tacites
Au lendemain de l’agression de journalistes et de militants antiracistes au meeting d’Éric Zemmour, les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme. Au pouvoir comme dans l’opposition, certains ne luttent plus contre l’extrême droite : ils composent avec elle.
par Ellen Salvi
Journal
Sylia (SOS Racisme) : « On n’avait pas anticipé la violence de la réaction de la salle »
Ce soir, retour sur le meeting d’Éric Zemmour à Villepinte avec notre reportage et notre invitée, Sylia, militante de SOS Racisme. De la violence dehors, de la violence dedans, et de nouvelles preuves que le candidat de l’extrême droite est bien, aussi, le candidat de l’ultradroite. Retour également sur les enquêtes « Congo hold-up » avec nos journalistes, Justine Brabant et Yann Philippin.
par à l’air libre
Journal — Social
La souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa