lucile longre
photographe et écrivain
Abonné·e de Mediapart

130 Billets

6 Éditions

Billet de blog 18 juil. 2017

l'Orient au coeur, essai de généalogie littéraire 2

Lorsque l’on cherche d’où vient la vocation d’écrire, on se met en quête de figures tutélaires et de grands ancêtres. Cet article va donc étudier mes inspirations littéraires, en particulier pour ce qui concerne l’Orient, et spécialement la Chine et le Japon.

lucile longre
photographe et écrivain
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’Orient au cœur, essai de généalogie littéraire 2.

Lorsque l’on cherche d’où vient la vocation d’écrire, on se met en quête  de figures tutélaires et de grands ancêtres. Cet article va donc étudier mes inspirations littéraires, en particulier pour ce qui concerne l’Orient, et spécialement la Chine et le Japon.

J’ai toujours aimé écrire et j’écris des textes, des poèmes, quasiment depuis que je sais écrire, depuis l’âge de 7 ou 8 ans. Cette précocité de ma vocation, qui m’a causé quelques désagréments alors que j’étais d’âge scolaire, s’est poursuivie de mes 7 ans à mes 15 ans, date à la quelle j’ai cessé d’écrire de la poésie. La  charge de travail en classe s’alourdissant de plus en plus, et moi- même ayant sans doute cessé de croire en mon talent poétique, ou n’en éprouvant plus la nécessité interne, je n’ai repris la plume que vers 35 ans, alors que beaucoup de choses dans ma vie  avaient changé.

A l’âge de 35 ans, la nécessité d’écrire est revenue, une nécessité vitale, urgente, où j’avais l’impression que ma vie pouvait dépendre de ces quelques mots jetés sur le papier, où plutôt sur l’ordinateur (je n’écris que sur l’ordinateur, sur le papier, je n’arrive à rien et mon inspiration se fige et se bloque).

Je crois que je peux dire, qu’à l’époque, l’écriture m’a sauvé ou du moins qu’elle a été un facteur primordial et essentiel de ma renaissance. A présent, et depuis quelques années, j’ai un rapport plus apaisé à l’écriture et j’ai aussi diversifié ma production littéraire, romans, essai, articles divers …

Pour ce qui concerne mon œuvre poétique à proprement parler, j’ai déjà tenté de dresser un portrait de mes influences littéraires en matière de poésie amoureuse[1]. A présent, je souhaiterais parler de mes inspirations extrême-orientales, japonaises et chinoises surtout, pour ce qui concerne mon écriture poétique.

Le Japon et la Chine sont venus vraiment dans ma vie, vers l’âge de 30 ans, alors que j’étais en plein désarroi intérieur et en pleine recherche d’une nouvelle façon de vivre, de penser et d’espérer. Au fond de la nuit où je me débattais, il y avait un rêve d’Orient, un désir d’Orient, et particulièrement d’Extrême-Orient, et je me suis mise activement à rechercher tout ce qui parlait de cette région du monde, et tout spécialement du Japon.

J’ai commencé à m’intéresser au cinéma japonais, notamment au cinéma d’animation (les studios Ghibli), ainsi qu’à l’art du Japon et de la Chine, à leur littérature et à leur mode de vie. Le mode de vie japonais traditionnel, particulièrement, par son esprit de calme et de dépouillement, son caractère méditatif m’attira beaucoup, moi qui vivais une véritable tempête intérieure.

Je me passionnais aussi pour les arts martiaux (passion qui n’a pas cessée depuis et m’a inspiré toute une série d’articles et toute une théorie où je lie arts martiaux et photographie[2]), et faute d’avoir une santé suffisante pour pouvoir les pratiquer, j’appris beaucoup sur eux par les livres et les vidéos que je pus voir sur le net.  Et  ce que je retirais de cette étude, comme  de celles de toutes les voies japonaises (calligraphie, thé…), que j’étudiais également, modifia considérablement et définitivement mes manières de ressentir et d’agir, mon mode de pensée et ma façon d’écrire.

Pour moi, il y eut vraiment un avant et un après la rencontre avec les civilisations d’Extrême- Orient.

Pour ce qui regarde ma production poétique, au fur et à mesure que je prenais connaissance de la poésie chinoise et japonaise, je prenais aussi conscience de la nécessité de faire évoluer mon écriture, qui était jusque là assez ample et lyrique, avec de longs poèmes et une écriture assez profuse.

J’avais envie de changement, d’une écriture plus resserrée, plus dense, plus essentielle, où chaque mot devait être pensé longuement. Je désirais plus de concision dans l’expression, un côté beaucoup plus méditatif et contemplatif, qui correspondait beaucoup mieux à ma nouvelle manière d’être.

Je restais bien deux ou trois ans sans écrire ou quasiment, le temps que la métamorphose, que le chemin intérieur se fasse, et si cela me sembla long parfois et où je crus à de nombreuses reprises mon inspiration et mon talent poétique envolés, je me rends compte à quel point cette attente fut nécessaire et heureuse.

Cette attente m’appris la patience, et le fait que prendre son temps pour aboutir à un meilleur résultat n’était pas une mauvaise chose. C’est en particulier une chose que je retire de l’étude de la calligraphie japonaise, que je pratiquais quelques mois à Paris (j’aurais bien voulu continuer cette étude, mais cela ne fut pas malheureusement possible).

Durant ces quelques cours que je suivis avec un maitre japonais, il nous fit comprendre la nécessité tout d’abord de bien méditer avant d’entreprendre une calligraphie ( chaque cours commençait d’abord par 20 mn de méditation), et ensuite, il nous appris le goût du bon geste, en nous faisant refaire encore et encore la calligraphie en cours tant que nous n’aurions pas le geste qu’il faut et donc le cheminement intérieur qui va avec. Il y a quelque chose de profondément apaisant dans l’exercice de la calligraphie japonaise (et chinoise aussi, mais je ne l’ai pas pratiquée), on se concentre sur son geste, uniquement sur cela, on se recentre en soi même, dans une sorte de transe presque hypnotique, mais infiniment calmante, en tout cas dans mon expérience.

Et c’est cette attitude interne de méditation et de concentration apprise en calligraphie que je voulais transposer dans mon art poétique et dans ma vie toute entière. Cela prit du temps, comme toute chose que l’on veut installer sur des bases solides, mais petit à petit, cela se fit, et progressivement, je me remis à écrire d’une façon qui me satisfasse  beaucoup mieux  et plus complètement.

L’influence de cet apprentissage se fit sentir dans toute mon existence, et dans ma pratique photographique également, qui se veut avant être une contemplation et une méditation  dans et sur la nature qui nous entoure.

Ainsi, ma rencontre avec l’Extrême-Orient fut une rencontre vitale, de celle qui transforme une vie entière, de celle qui sauve  et enchante à jamais une existence. Aussi, je peux véritablement dire que, pour toujours, j’ai l’Orient au cœur.

Pour ceux qui voudraient lire mes poèmes, ils peuvent  se rendre sur cette page Facebook, où je poste des poèmes accompagnés de photos de temps en temps[3], ainsi que sur ce site (qui sera remis à jour bientôt)  [4].

[1] https://lejardindepensees.com/2017/07/18/la-poesie-amoureuse-dorient-et-doccident-essai-de-genealogie-litteraire/

[2] https://imagesetimageurs.com/category/reflexions-photographiques/

[3] https://www.facebook.com/LucileLongre/

[4] http://eowin69.free.fr/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’impunité et la lâcheté des puissants
Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.
par Lénaïg Bredoux
Journal — International
Le variant Omicron, identifié en Afrique australe, déjà repéré en Europe
La communauté scientifique est en alerte depuis l’identification d’un nouveau variant au Botswana. Les premiers séquençages en Afrique du Sud font craindre une propagation à grande vitesse. L’Organisation mondiale de la santé vient de le classer parmi les variants préoccupants et l’a baptisé Omicron.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — International
Paris et Rome s’accordent à moindres frais pour tenter de peser dans l’après-Merkel
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila

La sélection du Club

Billet de blog
Migrants : du naufrage aux larmes de crocodile
Qu’elles sèchent vite, les larmes de crocodile ! De plus en plus vite, car il y en a de moins en moins, de larmes. Même de crocodile. Et surtout pour les réfugiés. Vous vous rappelez la photo du petit corps d’Aylan, 3 ans, rejeté sur une plage de Bodrum en 2015 ? Nous oublierons tout aussi vite le naufrage qui a tué 27 migrants dans La Manche, mercredi. Place au Black Friday !
par Cuenod
Billet de blog
L'Europe-forteresse creuse sa tombe dans le faux abri de ses fantasmes d'invasion
L'épisode dramatique à la frontière Pologne/Biélorussie confirme une fois de plus la fausse sécurité d'une Europe-forteresse qui se croit en sécurité en payant pour refouler et bloquer migrants et réfugiés, ignorant ses fondements, ses valeurs, son histoire. La contre-offensive massive à rebours des renoncements successifs matraqués en certitudes au coin du bon sens est une nécessité vitale.
par Georges-André
Billet de blog
À l'indignation, monsieur Darmanin, a succédé la rage
Au lendemain du drame qui a coûté la vie à 27 personnes dans la Manche, Michaël Neuman, directeur d'études au Centre de réflexion sur l'action et les savoir humanitaires de la fondation MSF, dénonce les responsabilités de l'État français et du ministre de l'Intérieur.
par Médecins sans frontières
Billet de blog
Ça suffit ! Pour un accueil inconditionnel des exilé.es
Allons-nous continuer à compter les morts innocents et à force de lâcheté, d’hypocrisie et de totale inhumanité, à nous faire contaminer par un imaginaire rance de repli sur soi qui finira par tout.es nous entraîner dans l’abîme ? Non, il faut commencer par rétablir les faits avant que de tout changer en matière de politique migratoire et de droit des étrangers.
par Benjamin Joyeux