Coronavirus: quand la folie des consommateurs épuise les employés de supermarché

Des rayons de pâtes, de conserves, de papiers toilettes pris d'assaut... Dès le lendemain de l'allocution du chef de l'Etat, beaucoup de Français se sont rués partout en France dans les supermarchés. En Seine-Maritime, des employés de grandes surfaces témoignent sur leurs journées intensives et appellent au bon sens et à la responsabilité des citoyens.

Les rayons de plusieurs supermarchés se vident, pas à cause d'une pénurie mais de la ruée des clients qui font des stocks. © DR Les rayons de plusieurs supermarchés se vident, pas à cause d'une pénurie mais de la ruée des clients qui font des stocks. © DR

"Je suis épuisée. A se jeter comme ça sur les produits, les gens n'imaginent pas la charge de travail qu'ils nous imposent." 

Ce samedi 14 mars 2020, il est 20 h 30 lorsque Cécilia, 31 ans, quitte son job. La jeune femme travaille depuis un an dans un hypermarché. Chaque jour, elle remplit les rayons de cette grande surface, située à Dieppe (Seine-Maritime). "Les employés tournent sur les différents rayons. Des fois, je suis au rayon fruits et légumes. D'autres fois au rayon biscuits et confiseries", explique-t-elle. Ce jour-là, Cécilia est en charge du rayon conserves. L'employée redoute cette journée car la veille, les consommateurs ont pris d'assaut son hypermarché, vidant les rayons de pâtes, de conserves et même de papiers toilettes. 

Pendant des heures, la jeune femme effectue des allers et retours entre la réserve et son rayon. "Je n'ai jamais fait autant d'aller-retour en une journée depuis que je travaille ici", rapporte-t-elle. "Mon travail est multiplié par deux." Même discours auprès de Tanguy, l'un de ses collègues. "C'est la première fois qu'il n'y a plus de papier toilette. On a pour consigne de ne jamais laisser de trous sur les étalages. Mais ça part tellement vide aujourd'hui qu'on n'a pas le temps de les remplir complètement." 

La crainte d'un confinement 

Depuis l'allocution télévisée d'Emmanuel Macron, jeudi 12 mars 2020, les supermarchés et hypermarchés sont pris d'assaut par les consommateurs. Beaucoup d'entre eux craignent un confinement généralisé comme en Italie pour lutter contre le Covid-19 mais aussi de pénuries sur l'ensemble du territoire. Les sites de courses en ligne (Drives) sont quant à eux saturés. De nombreux produits sont indisponibles comme les pâtes. 

Le comportement de ces consommateurs ressemblent à de la psychose. "J'ai pris n'importe quoi. Il y a le choix, mais il y a tellement de monde que j'ai pris des choses sans réfléchir", confirme au journal Sud Ouest, une femme sur le parking d'un hypermarché.

Pourtant, il n'est pas faute de rappeler que les patrons de la grande distribution assurent depuis des jours qu'il n'y aurait pas de pénurie en raison de l'état des stocks disponibles.

A la fin de la journée, Cécilia confie avoir mal au dos, à la nuque, aux bras contrairement à d'habitude. "A force de porter des conserves, de lever les bras, je me sens tendue", souffle-t-elle.

Respecter ces travailleurs

L'ensemble des employés interrogés se disent "fatigués" et "choqués". "C'est incompréhensible ce qu'il se passe, lance Kevin, 24 ans. Les gens font des stocks d'eau, alors qu'on a de l'eau potable. Sérieux, on n'est pas en guerre." Sa collègue ajoute : "Quand est-ce que les gens vont comprendre qu'il n'y aura pas de pénurie et qu'ils n'ont pas besoin de faire des réserves ?"  

Ces travailleurs appellent donc au bon sens et à la responsabilité des citoyens. "Il n'y aura pas de ruptures, alors respectez les personnes qui se décarcassent en magasins."

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.