M6r, et les paradoxes de l'auto-organisation (2/2)

Cette note fait suite à une première note sur l'auto-organisation où j'explique entre autre pourquoi nous en sommes venus à l'idée d'une assemblée représentative du M6R afin de lancer son auto-organisation.

Pourquoi est-il impossible qu'une auto-organisation émerge de façon absolument spontanée ?

L'organisation de l'organisation de l'organisation,… de l'organisation désorganisée

Il pourrait sembler plus simple qu'une organisation se dessine toute seule à partir des contributions des signataires, que les gens tombent spontanément d'accord ou se convainquent mutuellement sur la plateforme de discussion Nous le Peuple (que jabrégerai en NLP par la suite), et qu'un projet tout prêt et accepté par tous émerge de lui-même et se fasse accepté, comme ça, pouf ! Comme par magie !

Sauf que… tout le monde peut comprendre rapidement que ça ne se passe pas comme cela. L'inertie, déjà, est notre pire ennemie : on attend, et on voit. Sauf que si tout le monde attend et voit… rien ne se passe.

Des petits groupes ont émergé pour proposer… de s'organiser pour s'organiser. Ils ont proposé des choses intéressantes, mais rarement abouties, ou accompagnées des moyens techniques et concrets de mettre en place ce qu'ils proposaient. Car c'est super d'avoir un projet bien ficelé sur le papier, mais si on ne sait pas le faire, ça ne sert à rien. Ou si on sait le faire mais d'ici 6 mois de travail, idem. Et comme expliqué précédemment, nous ne connaissons ni de grand-mère milliardaire avec des sous de côté, ni n'avons la société Bygmalion à notre service pour avancer. Et c’est tant mieux ! Car cela veut dire que nous sommes indépendants mais qu’il faut faire avec les moyens du bord.

On peut déplorer la limitation de nos moyens, humains (pour filer un coup de main, par ici), et financiers (pour améliorer les finances du m6r, c'est par ici), chercher activement à y remédier, mais pour le moment, c'est comme ça. Il paraît plus utile de faire avec, que de passer des heures et des heures à déplorer notre imperfection. Construire, c’est poser des pierres pour la suite, même s’il faut les ré-agencer ensuite pour parfaire l’ouvrage. Donc quand l’objectif commun est partagé collectivement, il est important d’avancer, en écoutant tous les points de vue, mais sans se laisser paralyser par une multiplication de débats stériles qui ne peuvent aboutir. Or, la situation exige d’avancer et d’essayer des solutions, qui ne sont pas a priori définitives de toute façon : on essaie et on voit ce que ça donne avant d'aviser. C'est bien d'anticiper, de discuter en amont, mais au bout d'un moment, il faut prendre un pari et se lancer ! Donc nous parions sur l'intelligence collective.

10849015_424996994317235_8445337912831970030_o.png

La représentativité des discussions sur Nous le Peuple

Plusieurs problèmes se posent pour que cette fameuse auto-organisation arrive d'elle-même : d'abord, les discussions sur NLP ne sont pas représentatives de l'ensemble des signataires. La plateforme de discussion compte 8749 inscrits au moment où j’écris, pour 73 353 signataires, donc, à la louche, un peu plus de 10 %. Même les députés PS sont mieux élus que cela en pourcentage de votants par rapport aux inscrits... Et les participants auxdites discussions, une vingtaine à chaque fois, au plus (par exemple ici, ou , ou encore , groupe qui rassemble les articles à ce propos). Ces initiatives sont très utiles, et témoignent de la grande maturité politique des participants, mais ne peuvent aboutir à elles toutes seules.

Sans compter que l'immense majorité des signataires ne participe absolument pas aux discussions : les statistiques (Voir PJ) montrent que les personnes qui se connectent une fois sur la plateforme (donc juste pour voir comment ça marche), sont plus nombreuses (13 669), que celles qui se connectent entre 9 et 200 fois et + (12 732), donc un peu plus motivés, et les acharnés qui se connectent quotidiennement (200 fois et plus) sont seulement 1690.

Pourquoi cela ? NLP est une petite nouvelle, elle a moins de deux mois (joli bébé !) et gazouille déjà beaucoup, mais il faut lui laisser le temps de grandir ! La plateforme laisse beaucoup de place pour l'amélioration, les développeurs y travaillent d’arrache-pied tous les jours (et les nuits !), et ce n'est pas la peine de rappeler la même chose pour la énième fois – les suggestions nouvelles, de préférences réalisables, sont toujours les bienvenues :-) mais inutile de céder à limpatience, ça ne fera pas avancer les choses plus vite, ou plutôt ça les ralentira, le temps de répondre aux courriers déjà reçus en de nombreux exemplaires…. Tenez d'ailleurs ils ont fait une page pour qu'on puisse suivre l'évolution du réseau, par ici.

On peut aussi avancer comme cause le manque de temps, tout le monde n'a pas 3h devant lui le soir pour participer à forum sur internet, ou n'a pas internet chez lui tout court.

m6r%2017.png?23d570


Ou encore la qualité des discussions, ceux qui participent sont souvent des habitués des discussions politiques, citoyens investis, dans un parti politique ou non, et proposent souvent des choses qui supposent souvent une connaissance fine des enjeux, des connaissances en droit, en économie, en histoire, en théorie politique. Malgré l'effort de pédagogie fait par chacun, un néophyte est en droit de ses sentir dépassé par la teneur des discussions.

Ou encore, on peut se demander à quoi sert la plateforme, si ce n'est à faire part de ses convictions et indignations dans son coin ou à construire des rêves, à débattre avec des gens pour refaire le monde, essayer de se convaincre. En soi, tout cela est utile, ça fait vachement du bien de pouvoir avancer des idées en étant pris au sérieux, de voir qu'on n'est pas tout seul, de connaître de nouvelles idées. Socialement, ce travail est utile. Politiquement, il reste à en donner une traduction, et on ne peut en rester à une plateforme de discussion, aussi utile soit-elle.

Quelle qu'en soit la cause, les discussions sur NLP sont le fait d'une minorité de signataires, et personne n'a de moyen de savoir si elles sont politiquement représentatives de l'ensemble. On ne peut pas exclure l'hypothèse d'une minorité très motivée qui fasse pencher la balance dans un sens ou dans un autre, ou de gens plus mobilisés et actifs que les autres, donnant une impression déformée d'ensemble, et qui ne serait pas la même si tout le monde participait également. Or, on sait que ces phénomènes ont lieu sur internet, et il serait irresponsable de ne pas en tenir compte.

m6r%208.png?23d570

La diversité des propositions, la richesse du «joyeux foutoir»

En outre, les initiatives prises partent dans tous les sens (chacun dans le sien), ce qui ne veut pas dire que aucun n'est intéressant, au contraire, mais qu'il va être difficile de faire la synthèse entre des aspirations différentes des gens qui viennent au m6r comme ils sont, avec leur idées, leurs présupposés. Ça me paraît difficile d'embaucher François Hollande pour faire une synthèse dont il a le secret...

Certains défendent l’élection seule, d’autres uniquement le tirage au sort, et d’autres encore ne veulent entendre parler ni de l'un, ou de l’autre. Il y a aussi ceux qui sont favorables à un régime mixte, ceux qui pensent que la priorité est de définir un programme, ceux qui sont là juste pour critiquer quelque soit la proposition, d'où qu'elle vienne, (heureusement, ils sont rares) ceux qui n'ont pas trop d'avis mais écoutent tout le monde, ceux qui pensent qu'il faut d'abord s'organiser localement, ceux qui pensent qu'il faut d'abord atteindre les 100 000 signatures, ceux qui pensent qu'il est urgent d'attendre, ceux qui pensent que de tout façon on est foutus, ceux qui sont d'accord quoi qu'on décide, car l'action est première, etc (et j'en ai sans doute oubliés).

m6r-6sens.jpg?23d570

L'auto-organisation, c'est pas de la tarte !

L'auto-organisation ne vient pas du comité d'initiative, ce n'est pas son rôle (voir ma précédente note de blog).

L'auto-organisation ne vient pas non plus de NLP, même si chacun de nous aimerait bien que ce soit le cas, ça paraît impossible qu'une proposition recueille le consensus. Comme je l'ai expliqué brièvement par , toute proposition fait nécessairement dissension, rien ne peut contenter universellement.

L'auto-organisation ne vient pas non plus d'un manuel de révolution ou de construction d’un mouvement citoyen, parce que ben, ça n'existe po…

L'auto-organisation ne peut venir que du mouvement lui-même, dans ses composantes et sa diversité. D'ACCORD, ça on l'a dit depuis le début, mais comment faire ?! Lidée est d’essayer de construire les outils dans l’immédiat pour pouvoir d’avancer collectivement, en acceptant que rien n’est définitif, n’est parfait, ni ne peut être parfait. Il s'agit donc seulement de donner une impulsion initiale pour l'auto-organisation, suffisante pour lui donner les moyens de se réaliser, mais qui ne préjuge pas du contenu exact qui va en résulter.

dec3.jpg?23d570

Discuter des modalités des modalités des modalités de la prise de décision, ou la régression à l'infini

On pourrait proposer comme méthode d'ouvrir une discussion sur NLP (rappel : NLP = Nous le Peuple, pour les lecteurs égarés), où on proposerait explicitement de déterminer les modalités d'un vote, par exemple sur un communiqué de presse, ou ensuite sur des décisions, de fond ou de forme. Mais les puristes (moi la première) vont sauter au plafond en disant, mais quoi ? Mais qui a la légitimité pour décréter venant « d'en haut » qu'un sujet est plus important qu'un autre ? Qu'on peut maintenant voter, alors que les autres sujets ne sont pas décisifs, comment ça se fait, c'est du mépris du peuple, c'est un complot, c'est une trahison, c'est la mort du m6r, voilà, ça y est, j'le savais, j'vous l'avais bien dit, ils sont passés du côté du système, etc. (nan, je déconne, personne n'en est à ce point, mais voilà ce que pourrait donner en gros le fameux raisonnement en marabout'd'ficell'de ch'val de course – si ça vous intéresse regardez par là p. 19 et le reste aussi c'est super intelligent et facile à comprendre). Et, pour le début du raisonnement, ils auront parfaitement raison ! Sauf que, quoi que qui que ce soit propose (ouf, quelle allitération !), ce sera sujet à ce type de critiques.

Si on propose d'ouvrir des discussions pour décider des modalités d'un vote décisif, il faudrait décider préalablement des modalités de la première discussion, ce qui entraînerait immanquablement des discussions sur les modalités de la seconde discussion, et ainsi de suite à l'infini. Ça s'appelle une « régression à l'infini », c'est vieux comme le monde, Aristote en parle déjà dans sa Métaphysique, bouquin qui a été rédigé au IVème siècle avant notre ère.

Et à supposer que cela soit possible, 1) ça prendrait des plombes ! Or, comme expliqué précédemment, la situation urge pas mal, et tout le monde est impatient. 2) On n'a pas les moyens techniques et humains pour organiser une chose pareille, à moins de s'épuiser à la tâche, ce qui n'est tout de même pas le but (rappel : pour aider aux tâches techniques, c'est toujours par ici)

Donc on va pas faire les marioles, la seule solution qui, depuis Aristote, a été trouvée pour résoudre un problème de régression à l'infini, c'est de trancher quelque part, façon Alexandre le Grand s'il le faut (pour un récit de cet épisode marrant, voir par là – pardon pour les références centrées sur la Grèce, mais apparemment c'est à la mode, donc on s'adapte !) Et si quelqu'un est plus malin que tout le monde depuis Aristote, qu'il le fasse savoir et propose sa solution :-)

Pour le moment, trêve de métaphysique donc et cap sur la désignation d’une assemblée représentative, première étape d’une suite qu’il reste à construire.

assemblee-representative-du-m6r-750x375.png?23d570

Une assemblée représentative, pour quoi faire ? Comment la désigner ?

Une assemblée qui sera plus légitime que n'importe quoi d'autre pour décider

Il a donc été proposé de revenir au point de départ, c'est-à-dire les 76 367 (punaise, le compteur avance aujourd'hui!), pour en tirer de quoi s'auto-organiser de façon la plus légitime possible, sachant qu'il est impossible d'avoir une discussion avec un nombre pareil, mais qu'il faut quand même décider quelque chose sous peine d'être coincés.

C'est-à-dire de refiler le bébé à une assemblée créée de toute pièces, et qui sera chargée de définir les modalités d'organisation, et puis tout ce qu'elle voudra bien décider par la suite.

D'accord, cette solution n'est pas parfaite, on pourrait dire que gnagnagna, qu'il aurait fallu en parler avant, en discuter, que cette assemblée sera pas vraiment représentative politiquement, ou géographiquement, ou socialement ou chais pas quoi, que c'est une tentative de prise de pouvoir par les martiens (oui, parfaitement, les martiens) qui vont influencer les votes, etc.

Bon, et sinon, considérant TOUT ce que j'ai dit avant, quelqu'un a une meilleure méthode pour avancer maintenant, après 6 mois d’existence du M6R ?

 10808164_10205244140085444_2055499426_n.jpg?23d570

La tripartition désignation/ tirage au sort / élection

Mais d’où ça sort c't'idée là ?! Car à première vue, c'est plutôt curieux. L’idée est d’avancer, comme nous l’avons dit, et de prendre le temps nécessaire des votes et des échanges sur les modalités au sein de cette assemblée et dans la suite du mouvement. Et il a bien fallu trouver une solution.

Donc là, c’est la synthèse du mur citoyen qui a permis d’avancer, pour voir ce qu'il en ressortait + tout ce qu'on a lu depuis mais qu'on n'a pas eu le temps de synthétiser. Et il fallait faire en sorte d'avoir tout le monde qui soit représenté.

- Le fameux « comité d'initiative », oui, il ne faut pas l'oublier, il va disparaître vu qu'il y aura une assemblée représentative, mais en même temps on peut pas faire comme s'il n'existait pas à l'heure actuelle, après s’être appuyé leur notoriété, ça serait ingrat de notre part de les zapper sans autre forme de procès. Alors ils vont se débrouiller pour trouver des gens représentatifs d’eux-mêmes.

- Les tirés au sort (TAS pour les intimes), pour eux, ça sera lalgorithme aléatoire qui en décidera ainsi. Gageons que ça donnera une bonne représentation statistique des signataires, par la loi des grands nombres et tout le tralala (oui, on en apprend des choses sur le mur citoyen, je vous y renvoie pour plus de détails, je suis pas spécialiste). Et puisque le sujet fait tellement débat (je vous renvoie au mur citoyen pour les longues prises de bec argumentées), qu’on essaie et qu’on voie enfin ce que cela donne !

- Enfin, ceux qui vont se contenter d'être élus par leurs égaux, on s'est dit que ça serait plus malin de faire des circonscriptions régionales pour éviter d'en avoir les 3/4 de région parisienne (par région, j'entends les régions avant charcutage de notre cher Manuel Valls), de d'instaurer une parité homme/femme pour éviter d'avoir 70 % d'hommes et 30 % de femmes pour des raisons qui échappent à l'entendement humain.

Et après, BIM, magie, tchouf !, adieu la désignation par tripartition, et vive l'assemblée représentative : une tête, une voix !

Ça sera aussi une excellente occasion de voir si les prédictions catastrophistes issues des longs écharpages sur le mur citoyen et sur NLP, venant à égalité des adversaires résolus des élections et du TAS allaient se réaliser ou pas ; de préférence, avant la Constituante, la vraie.

dec2.jpg?23d570

Donc cela a été proposé tel quel, avec l'aimable assistance médiatique du JDD, combiné avec un pitit calendrier (entre le 20 février et le 18 mars) histoire que ça ne traîne pas encore des mois et des mois.

Si vous auriez préféré qu'on s'y prenne autrement, il ne vous reste plus qu'à candidater pour changer l'organisation du m6r. Si vous êtes content-e, vous pouvez toujours candidater pour participer à l'organisation du m6r. Si vous êtes super content-e que le m6r avance, et bien candidatez toujours !!! Nous disons toujours que le peuple est parfaitement capable de s'occuper lui-même de ses affaires, il est donc a fortiori capable de s'occuper d'organiser un mouvement politique. Maintenant, il faut se jeter à l'eau! Même si – surtout si – on n'a pas l'habitude de décider, de prendre la parole en public, d'avoir des débats politiques : le m6r est justement fait pour cela ! Autant s'entraîner entre nous avant d'être jetés dans l'arène médiatique. Bref : pour faire vivre le m6r, et qu'il se donne la meilleure organisation possible, soyez candidat-e-s !

D'ici là, signez et faites signer pour pouvoir être tirés au sort ! Et inscrivez-vous pour voter !

Alors, une seule chose à faire >>>> M6R.FR !!! <<<<<<

 10799738_10205244139205422_1767641444_n.jpg?23d570

(PS : pour les discussions techniques, contre-propositions, arguments en tous genres, engueulades rituelles, rendez-vous sur NLP, on va peut-être pas trop squatter Médiapart non plus)

Après relecture et autres affaires en cours réglées le compteur à signatures a passé la barre des 77 000 ! Et les inscriptions sur NLP ont dépassé les 9 000 ! On avance toujours !

 

Prochain épisode : je vous expliquerai les modalités exactes des votes qu'on est en train de mettre en place, d'ici à ce que nos informaticiens préférés aient pu terminer cet outil.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.