Luljaze
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 févr. 2015

Assemblée représentative du M6R, mode d'emploi

Luljaze
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Comment se déroule la désignation des délégués ?

Tenir compte de tous les points de vue n’est pas chose aisée donc il a bien fallu se creuser les cervelles pour trouver les modalités les plus adéquates au M6R. Je ne reviens pas sur ce qui a motivé la tripartition, j'en ai amplement parlé par là.

Rappel : les élections dont il s'agit sont les élections de l'assemblée représentative du m6r : comme annoncé par là, précisé ici et (je vous y renvoie pour les détails), il ne s'agit pas de commencer la constituante, mais de désigner une assemblée représentative du mouvement qui sera chargée de son auto-organisation. C'est donc une étape cruciale dans la construction de notre mouvement. Comme je le disais déjà, rien n’est définitif et cette assemblée est justement là pour enclencher un processus pour que le M6R décide lui-même de la suite qu’il veut donner à son action.

Le comité d'initiative

Les 50 délégués seront issus du comité d’initiative qui ont lancé le mouvement. Certains seront membres de droit pour cette première assemblée : les artistes (comiques, écrivains, musiciens, acteurs, cinéastes, etc.) ou les universitaires (juristes, historiens, économistes, historiens, philosophes) apporteront leur approche et leurs idées pour construire le mouvement dans l’intérêt général de la lutte commune pour la 6è République. D’autres ont participé au comité d’initiative en tant que membres d’une association ou d’une organisation politique : ceux-là pourront donc logiquement proposer de se faire remplacer dans l’assemblée, s’ils ne souhaitent pas à y participer. Le tout, dans le respect des proportions du comité initial !

Les tirés au sort

Le principe est simple, un algorithme aléatoire désigne au sort 50 personnes parmi l’ensemble des signataires. Il faut que les personnes tirées au sort soient volontaires pour accepter leur désignation, et se jugent en mesure de le faire (notamment du point de vue financier, de leur temps disponible et de la volonté de s’impliquer dans l’auto-organisation du mouvement, etc.).

Sachant que le M6R est composé de personnes voulant en finir avec la dérive oligarchique de la 5ème République, on peut raisonnablement supposer que la plupart de signataires ne roulent pas sur l'or, ne sont pas rentiers, et ont une activité quotidienne qui ne permet pas de se rendre disponible n’importe quel jour.

Donc il faut envisager que les tirés au sort puissent, pour des raisons dont ils sont seuls juges, refuser leur élection et passer leur tour. Il est donc prévu de commencer le tirage au sort dès le 23 février. Les tirés au sort auront 4 jours pour accepter. Ils reçoivent un mail de relance entre la première notification de leur désignation, et la remise en jeu de leur poste. À l'issue du premier « tour » de tirage au sort, les postes des personnes qui ont refusé ou n'ont pas répondu sont réattribués au tirage au sort, et ainsi de suite jusqu'à épuisement (les heureux élus recevront tout ceci en détail par mail avec la notification de leur désignation). Ce processus permettra de garantir 50 personnes acceptant leur élection.

Les élections

Pourquoi des circonscriptions ?

Une assemblée d'environ 200 membres, assez grande pour qu'on puisse avoir de la diversité de points de vue, des diversités géographiques et sociologiques. Mais pas trop importante pour qu'on ait toujours la capacité technique et financière de réunir tout le monde et d'organiser des débats dans de bonnes conditions. Donc 1/2 d'élus, ça fait une centaine à dispatcher.

On pourrait faire un vote global, où chacun voterait pour 100 candidats, quelle que soit leur origine géographique, mais ça poserait plusieurs problèmes. Déjà, comme le M6R est un mouvement qui passe d'abord par internet, on se connaît pas, ou assez peu. Et le but du jeu n'est pas d'élire juste les gens déjà connus parce que politiques, et si les autres on les connaît pas, c'est du tirage au sort un peu amélioré (ou empiré, c'est selon). D'autre part on peut difficilement demander de lire 450 professions de foi pour en retenir que 100 (comment choisir?). A ce compte là, autant ne pas organiser d'élections du tout.

Il faut donc pouvoir organiser des élections qui aient un sens politique, et non l'habituelle mascarade de la 5ème république ; le tout avec les moyens du bord, bien entendu. En lisant l'ensemble des propositions du mur citoyen (synthèse ici) et les propositions les plus votées sur NLP (rappel : NLP = Nous le Peuple), on se rend compte qu'il y a une grande diversité des propositions. Certaines peuvent être regroupées et partent de principes communs, d'autres sont absolument contradictoires et ne pourront pas être faites en même temps. Il faut donc se donner les moyens de trancher, et les moyens politiques, c'est-à-dire que l'assemblée délibérative représente politiquement, et pas seulement statistiquement, les signataires. Ce que l'élection permet de choisir, c'est une orientation politique à travers un programme, une profession de foi, une personne.

Ainsi le vote par circonscription régionales (régions actuelles) permet de répondre à ces enjeux. Mais donner le même nombre de sièges par région ne tiendrait pas compte de la répartition réelle des signataires dans les régions (note 1, fin de texte). Sans compter que 2*26 = 52 et non pas 100. Les postes restants ont donc été répartis à la proportionnelles du nombres de signataires par région, ce qui donne :

Alsace: 4

Aquitaine : 6

Auvergne : 2

Basse-Normandie : 2

Bourgogne : 4

Bretagne : 4

Centre : 4

Champagne-Ardenne : 2

Corse : 2

Franche-Comté : 4

Haute Normandie : 4

Île-de-France : 12

Languedoc-Roussillon : 6

Limousin : 2

Lorraine : 4

Midi-Pyrénées : 6

Nord-Pas-de-Calais : 4

Pays de la Loire : 4

Picardie : 4

Poitou-Charentes : 4

Provence-Alpes-Côte d'Azur :8

Rhône-Alpes : 8

Outre mer atlantique : 2

Outre mer pacifique : 2

Outre mer indien : 2

Étranger : 2

TOTAL : 108

Cas particuliers

Alors gros casse-tête pour les DOM (Guadeloupe, Guyane, Martinique, Mayotte, Réunion). Ce sont des départements et régions à part entière, certes éloignés géographiquement, mais certainement pas de seconde zone. Irréaliste et injustifiable de faire une seule circonscription pour l'ensemble. D'un autre côté, si on faisait une circonscription par DOM, ça donnerait beaucoup plus d'importance aux signataires des DOM qu'à ceux du Limousin (par exemple), plus nombreux mais moins représentés. Il fallait veiller à ce que chaque délégué élu représente à peu près le même nombre de gens. En outre, les prochains élus doivent être conscients des enjeux que rencontrent le M6R proche de son lieu de vie : ainsi les DOM ont été regroupés par grandes aires géographiques, s’appuyant notamment sur les trois océans des zones ultramarines françaises.

Restent les signataires non-résidents en France (et il y en a ! Du Brésil à la Russie !), ils ne sont pas les plus nombreux, mais pas négligeables pour autant, ils auront donc des délégués comme tout le monde afin de prendre en compte les problématiques propres au M6R dans d’autres pays, notamment pour les Français de l’étranger.

La parité

Pourquoi la parité homme/femme dans les élections ? Parce qu'il y en a marre des assemblées délibératives quasi exclusivement masculines ! On peut le regretter, mais factuellement, il suffit d'aller dans n'importe quelle assemblée délibérative, même les assemblées citoyennes, pour constater que les femmes sont minoritaires. Pour avoir une représentation réelle, il faut que l'assemblée ressemble un minimum à la population qu'elle est censée représenter. Donc à l'arrivée il y aura autant d'hommes que de femmes dans l'assemblée représentative.

Les candidats sont donc sollicités pour renseigner leur genre. La première manière de lutter contre le patriarcat, c’est de reconnaître son existence et les voies insidieuses qu’il utilise pour reproduire la domination du genre masculin, en distillant notamment l’idée révoltante que les femmes ne seraient pas légitimes. Donc, les filles, montrons un peu de quoi nous sommes capables, et soyons candidates ! (même martine s'y met, regardez comme elle s'applique !)

La phase de candidature (21 février – 6 mars)

Alors pour les heureux élus au sort, ils recevront un mail et répondront s’ils ont intéressés et disponibles pour être associés aux futurs travaux de l’assemblée représentative. Ce qui concerne tout le monde dans les prochaines semaines c'est les élections des délégués.

L'élection se fera par la plateforme NLP, donc pour être candidats et pour voter, commencez par vous inscrire.

Comment proposer sa candidature ? Un mode d’emploi étape par étape

Pour se connecter sur la plateforme de vote, il faut confirmer son identification : dans la case « identifiant », vous renseignez votre « nom de citoyen » (pas le mail !!! sinon ça marche pas!) , le pseudo que vous avez choisi pour la plateforme NLP avec lequel vous écrivez, et sous lequel vous êtes connu. Le mot de passe est le même que celui que vous utilisez pour vous connecter à la plateforme de discussion.

Après, vous devez confirmer votre code postal (note 2) et votre numéro de téléphone (portable de préférence mais pas obligé).

En arrivant sur la plateforme, vous pouvez voir ceux qui sont déjà candidats dans votre région, et il y a en bas un bouton pour voir les autres candidatures dans les autres régions.

Celles et ceux qui veulent être candidats doivent renseigner leur genre, et rédiger une courte profession de foi dans la partie "commentaire sur la candidature" (pas plus de 3000 caractères, faites attention !). Ils doivent indiquer s'ils acceptent que leur vrai nom soit publié ou pas. Par défaut, on considère que la personne accepte, donc faites attention si vous voulez garder l'anonymat à bien cocher la case. Ceux qui voudront bénéficier de l'anonymat verront leur prénom publié avec la première lettre du nom (idem pour les tirés au sort).

La profession de foi sert à renseigner ceux qui vont voter sur le parcours, les motivations, les intentions du/de la/ candidat.e. Renseignez donc ce que vous jugez utile de renseigner ! Certains indiquent leur âge, leur profession, d'autres leur parcours militant, d'autres précisent qu'ils n'en ont pas, d'autres inscrivent ce pourquoi ils s'engagent et ce qu'ils comptent défendre pour l'organisation du mouvement. Vous pouvez regarder les voisins pour vous inspirer.

La photo associée sera l'avatar utilisé sur NLP, par défaut le petit logo M6R, si vous voulez en changer, il faut cliquer sur le bouton en haut à droite avec votre nom de citoyen, puis aller dans profil, et cliquer sur le logo, où s'affiche un bouton « edit avatar ». Vous pourrez alors télécharger la photo de votre choix en cliquant sur « parcourir » (pas trop lourd!) et elle apparaîtra à côté de chacune de vos publications.

Attention, vous devez bien cocher la case de confirmation de candidature tout en bas (sans quoi la candidature ne sera pas prise en compte) et validez.

La validation est définitive !! Vous ne pourrez pas revenir sur votre candidature une fois confirmée pour modifier votre texte. Petit conseil, rédigez-la sur un traitement de texte à côté avant de la poster, et sauvegardez : ça évitera de tout réécrire en cas de problème.

Pourquoi être candidat.e ?

Pour représenter le m6r ! Plus il y a de candidats, plus il y a de choix possibles, hommes et femmes. Vous, vos idées, avec votre expérience, votre parcours de militant.e, de pas militant.e, vos petites compétences, votre grande habitude, vos bonnes idées, vos idées foireuses, vos idées originales, vos petites marottes agaçantes mais tellement importantes, vos exigences, votre intransigeance, si j'ose : venez comme vous êtes !

L'idée des élections représentatives, c'est que l'assemblée le soit vraiment ! D'où l'intérêt des divers modes de désignation, d'où l'intérêt d'avoir des élus les plus divers possibles : vous avez un parcours militant ? Tant mieux, votre expérience sera appréciée ! Vous n'avez pas de parcours militant ? Tant mieux ! Le mouvement sera d'autant plus efficace et représentatif du peuple réel qu'il rassemblera aussi des personnes qui n'ont pas l'habitude ! Vous êtes unique en votre genre, chacun comme il est ? Tant mieux ! Et vive la diversité ! Le peuple de France est fait de tous les bois, tous les alliages, et c'est tant mieux !

La seule condition pour être au m6r, c'est de vouloir changer les institutions et avoir signé la pétition : aucun prérequis, aucun diplôme, aucune compétence particulière n'est ni ne peut être demandé. L'idée du mouvement est que le peuple, dans son ensemble, dans sa diversité, s'empare du pouvoir : commençons par nous-mêmes ! Emparons-nous du pouvoir sur nous, sur nos institutions représentatives ! Notre mouvement est celui des gens normaux, des M. et Mme Lambda, de gens que les belles personnes ne connaissent pas, ne voient pas, méprisent et négligent, tous ceux qui sont écartés du pouvoir, la masse des oubliés. Mais nous sommes le peuple, et nous proclamons : tous citoyens, tous égaux !

L'assemblée doit nous représenter dans notre diversité, donc ne soyez pas timides : soyez candidat.e.s !

La phase d'élection (7 mars – 15 mars)

Les candidatures sont closes le 6 mars à minuit (pas de prolongations !). Les votes commencent dans la foulée.

Les détails sur la phase d'élection dans une prochaine note de blog....

J'en profite pour préciser que les développeurs bénévoles qui ont mis au point la plateforme ont tout codé de A à Z, se sont payés une bonne nuit blanche pour que tout soit prêt à temps, et ont recommencé à 8h du mat pour régler les derniers détails ET ont accessoirement d'autres occupations dans leurs vies que coder toute la nuit pour le m6r. Malgré cela la plateforme fonctionne parfaitement et correspond exactement à ce dont nous avons besoin, donc on peut très chaleureusement les remercier pour ce beau travail. Pour nous aider, c'est toujours par là (on sait jamais, ça peut créer des vocations!).

Des questions ?? Laissez un commentaire en dessous ou (pour ceux qui ne sont pas abonnés à médiapart) et je tâcherai de répondre.

Sinon, rendez-vous sur Nous le Peuple pour candidater et voter !

(1) On suit en fait le principe de la "justice géométrique" (késako ?), ou faites de la philo facile avec le m6r : 

On pourrait croire que le fin mot de la justice, c'est le principe qui préside au vote : une tête = une voix. Donc si on fait des circonscriptions chacune doit avoir le même nombre de représentants. C'est le principe de la justice dite arithmétique.

Mais si la justice arithmétique est pertinente pour certains cas (l'égalité des citoyens quand ils votent), cela paraît plus délicat dans le cadre judiciaire, ce qui reviendrait à dire œil pour œil dent pour dent. Ce qui s'appelle le principe de la vengeance, non de la justice.

C'est pour cela qu'Aristote (oui, encore lui ! Cette fois c'est dans l'Ethique à Nicomaque- voir la note de blog précédente pour les autres aventures du m6r avec Aristote) la distingue de la justice géométrique qui s'applique dans les procès, où on utilise non une égalité stricte x = y (l'accusé a tué le frère de l'accuseur, l'accuseur tue donc le frère de l'accusé : on appelle pas ça de la justice), mais une égalité de rapports : a/b=c/d, ce qui implique que la justice se trouve dans l'égalité de proportion.

A mon sens, le fin mot de la justice sociale ne se trouve ni dans l'un, ni dans l'autre, mais dans Marx : « chacun contribue selon ses moyens et reçoit selon ses besoins ». Reprise, entre autre, par Ambroise Croizat, l'un des fondateur de la sécurité sociale…

Tenez c'est lui :

(2) Consolidez vos connaissances en informatique avec le M6R...

Tant que j'y suis, pour faire nos stats et répartir les sièges à la proportionnelle, on se sert des données renseignées sur la pétition, vous n'imaginez pas le nombre de gens qui confondent le O (o majuscule) et le 0 (zéro) ! Et un code postal se renseigne avec des 0.

À toutes fins utiles, je le signale, pour éviter que nos statisticiens préférés passent des heures à tout corriger derrière, un zéro s'obtient soit par le clavier numérique à droite de votre clavier, si vous en avez un, soit en appuyant sur la touche « MAJ » (grosse flèche vers le haut de part et d'autre de la ligne wxcvb) et la touche « à/0/@ » (pour les PC, pour les mac ne me demandez pas de vous expliquer j'y pane rien:-) ).

NB tant que j'y suis, pour obtenir le symbole à droite de la touche sur cette ligne, il faut utiliser la touche « ALT GR » (à droite de la barre espace) + la touche en question.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Violences sexuelles

À la Une de Mediapart

Journal — International
Pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — Culture-Idées
Autour des spectacles « Mère », « The Notebook » et « Istiqlal »
L’émission culturelle hebdomadaire de Mediapart est consacrée aujourd’hui aux mises en scène de Wajdi Mouawad (« Mère »), du collectif Forced Entertainment (« The Notebook ») et de Tamara al-Saadi (« Istiqlal »).
par Joseph Confavreux
Journal — France
Gauches : comment reprendre la main pour 2022 ?
Échaudées par les tentatives ratées de « triangulation » dans leurs propres rangs, et encouragées par l’actualité, les gauches recentrent leur discours sur le social. Mais se faire entendre reste une gageure dans un paysage médiatico-politique saturé par les thématiques identitaires.
par Mathilde Goanec et Pauline Graulle
Journal — France
Présidentielle : cette deuxième ligne qui prépare l’après
« Refondation », « Front populaire écologique », « Bloc arc-en-ciel »… Au sein des partis de gauche, des personnalités s’activent pour éviter les logiques de division présidentielle. Pour elles, la reconstruction de la gauche commence maintenant, pour ne pas disparaître. 
par Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy
Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay