Radio Sauvage
Radio itinérante
Abonné·e de Mediapart

51 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 févr. 2020

Peter Gelderloos: «La violence n’existe pas»

Le philosophe libertaire adopte dans son livre « l’échec de la non-violence », une approche radicale de la lutte et une critique acerbe des mouvements pacifistes.

Radio Sauvage
Radio itinérante
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Ce que les critiques de la non-violence affirment depuis longtemps, c’est que la non-violence occulte une violence structurelle, la violence de l’Etat. Pourtant cette dernière cause bien plus de tort aux peuples du monde entier que la « violence » des révoltes ou des luttes pour la libération ».

Dès les premières pages de son livre, l’auteur et militant anarchiste américain questionne sur cette notion de violence. Son sens, son interprétation, son utilisation. Pour lui, notre rapport à la violence est fortement influencé par les médias, les discours officiels et les croyances collectives. Il est impossible pour lui de dégager un consensus, de définir ce qui va être unanimement considéré comme violent et ce qui ne l’est pas. C’est pourquoi il l’affirme, LA violence n’existe pas.  « On peut conclure de tout cela que la violence est une catégorie définie moins par des critères rationnels que par les réactions de nos pairs. »

« Ceux qui ont pris tout le plat dans leur assiette, laissant les assiettes des autres vides, et qui ayant tout disent avec une bonne figure « Nous qui avons tout, nous sommes pour la paix ! « , je sais ce que je dois leur crier à ceux-là : les premiers violents, les provocateurs, c’est vous !»

Abbé Pierre

Nous pouvons, selon lui avoir, une interprétation de la violence radicalement différente en fonction des situations données ; « briser la devanture d’une banque qui fait expulser des gens de leur maison », « payer des impôts », « un prédateur tuant et dévorant sa proie », « la foudre frappant quelqu’un », « la police expulsant des gens de leur appartement »…

Rapidement, l’auteur apporte un œil critique sur les figures célèbres mises en avant par les pacifistes comme Martin Luther King, Nelson Mandela ou Gandhi. Il nuance leurs « victoires » non-violentes en rappelant d’autres acteurs de ces luttes, qui ont choisi une tactique plus directe comme les Black Panther Party aux Etats Unis, ou Bhagat Singh en Inde. Cette vision de la non-violence falsifie l’histoire des luttes pour lui.

« La soumission de l’opprimé relève de l’ordre établi. Qu’il rompe cet ordre en brisant ses chaînes et en frappant le maître, voilà le scandale. Dans la langue des maîtres devenue langue commune, le violent n’est pas celui qui fait violence, mais le vilain qui ose se rebeller. »[1] Igor Reitzman

Peter Gelderloos affirme également que la non-violence légitime et protège la violence d’Etat. « Les organisations pacifistes les plus respectées et les plus anciennes, qui interdisent qu’on se rende à leurs manifestations avec une arme (même avec des objets aussi inoffensifs que des bâtons ou des casques), ne font rien pour désarmer la police, et l’invitent au contraire à surveiller leurs actions ».

Ces différences de méthodes, de tactiques de luttes, sont peut-être explicable par la dissension entre les différents objectifs de chaque organisation. En effet, certains groupes sont plus portés sur la négociation avec le pouvoir en place, plus réformistes, et donc non-violents pour conserver une « marge de manœuvre » contrairement à des groupes révolutionnaires, opposés à toutes formes étatiques et de coercition, avec des méthodes de luttes plus directes. « Beaucoup de gens souhaitent une révolution politique qui consiste à remplacer un régime politique existant par un autre supposé meilleur. […] Les anarchistes espèrent plutôt une révolution sociale qui implique non seulement l’anéantissement du régime politique existant et de toute hiérarchie coercitive, mais également le renoncement à tout régime politique quel qu’il soit. »

«L’efficacité de l’action directe n’est pas exprimée par le degré de violence qu’elle contient, mais plutôt sur la capacité à identifier une route praticable par tous, à construire une force collective en mesure de réduire la violence au plus petit niveau possible au sein du processus de transformation révolutionnaire. La violence érigée en système engendre l’État.» Communiqué de la Fédération Anarchiste Italienne (FAI)

Couverture de "L'échec de la non violence" de Peter Gelderloos © Editions Libre

Le livre est riche en références, critiques de luttes passées, et en réflexions philosophiques.  Peter Gelderloos passe évidemment tous ses éléments au tamis de ses engagements militants personnels, mais il en résulte une analyse intéressante. Ce livre, sorti en 2013 et traduit en 2019 est parfaitement d’actualité, dans un contexte ou les mouvements sociaux français, après une longue période infructueuse de lutte et une répression policière toujours plus forte, se posent des questions quant à leurs tactiques de protestations.

Selon Peter Gelderloos, pour obtenir des « victoires », les militants doivent intégrer une « pluralité de tactiques » à leurs luttes. Accepter la non-violence et en retour accepter et soutenir les méthodes d’actions plus directes, sans les condamner, sans se désolidariser. (pour aller plus loin, lire le dernier article sur les violences entre la CGT et les Gilets Jaunes https://blogs.mediapart.fr/lutte-labo/blog/130120/acte-61-gilets-jaunes-marseille-la-convergence-est-remise-plus-tard )

Justin Carrette

L'échel de la non-violence de Peter Gelderloos aux Editions Libre

(1)Igor Reitzman : Longuement subir puis détruire (De la violence des dominants aux violences des dominés), 2002, Éditions dissonances

Pour mettre également en relief les méthodes de lutte violentes, notamment les BlackBlocs : https://violenceparfoisoui.wordpress.com/2013/01/13/black-blocs-fetichisation-violence-viriliste/

https://violenceparfoisoui.wordpress.com/2013/01/15/de-la-lutte-armee-et-de-quelques-imbeciles-fai/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Paris abandonne en Syrie trois orphelins de parents djihadistes
Depuis novembre 2019, trois enfants français sont placés dans un orphelinat de la capitale syrienne. Leurs parents, membres de l’État islamique, sont morts sur place. Après plusieurs mois d’enquête, nous avons réussi à retracer le parcours unique de ces orphelins.
par Céline Martelet
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — France
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire, en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal — France
« La Cité de l’ordre », dans la citadelle assiégée de la police
À l’école de police de Oissel (Seine-Maritime), et dans son village reconstitué pour l’entraînement des jeunes recrues, se révèle la vision du monde et de ses dangers telle qu’on l’enseigne aux forces de l’ordre. Ce film de 51 minutes, signé Antoine Dubos, a reçu le soutien de Tënk, la plateforme de documentaires d’auteurs, et de Mediapart.
par Tënk et Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa
Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat
Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain