Elias, le pétillant malicieux, fête son deuxième anniversaire !

Quel type de fête d’anniversaire pour qu’un bambin de deux ans en tire réellement profit ?

https://www.bafwa.ch/448994329

Joyeux anniversaire, mon cher Elias, le sémillant espiègle !

2ème Anniversaire d'Elias © Mubengay Lwakale Bafwa

Inopportunément, un anniversaire tombé sur un lundi !

La fête proprement dite a eu lieu le dimanche 28 mars 2021 ; alors que, comme son père ainsi que l’aurait pu l’être pareillement sa tante Mulombela, le sémillant espiègle est venu au monde un certain « 29 » ; plus précisément le 29 mars 2019. Malencontreusement, en 2021, le 29 mars tombait sur un lundi. D’où le cornélien dilemme de choix ! Fallait-il antidater ou postdater la fête ? Superstition ou croyance vénérable, célébrer un anniversaire avant l’échéance est plutôt redouté. Néanmoins, les parents du pétillant malicieux ne semblent pas avoir longuement hésité avant d’opter pour organiser la fête dans leur belle propriété argovienne avant l’échéance.

Une ambiance plutôt un peu morne initialement !

Mais, ni la maison, ni le jardin n’a été décoré vue d’honorer et conférer, comme il se doit, à l’événement sa solennité. Pourtant, certains des multiples grands-parents du bluffant coquin s’étaient organisés pour être sur les lieux au moins un jour d’avance. Malgré tout, aucune bougie d’apparat dans la maison, pas de bouquet de fleurs, aucune fantaisie de décoration festive, aucun ballon cérémonial de baudruche dans la belle cour ! Une ambiance plutôt un peu morne initialement ; mais une bizarrerie somme toute compréhensible en définitive !

Quelle fête pour un bambin seul, noyé dans la foule d’adultes ?

En effet, Elias étant seul bambin et entouré que de vieillards, de vieux et que d’adultes, difficile d’envisager dans un tel contexte des animations, des jeux et des activités de groupe pour ponctuer et rythmer la fête. Néanmoins, la star du jour allait avoir de quoi s’occuper et se sentir autant considéré qu’honoré. En fait, l’activité finalement centrale et principale de cette fête a résidé dans le déballage des cadeaux et, surtout, dans le montage des jouets de plein air dans le jardin de la résidence. Trois attractions ont alors franchement eu la cote : le montage de l’aquaplay, celui du toboggan ainsi que celui de la maisonnette. Par moment, elles ont joué les rabat-joie ; en captant et en focalisant toute l’attention et toute l’énergie du principal concerné. Elias s’y a même été si profondément impliqué et si vivement appliqué qu’il a terminé plutôt assez tôt sa journée et carrément sur les rotules. Cependant, opiniâtre de caractère et d’envie, il a résisté au sommeil jusqu’au bout ; tant qu’il y avait encore du monde pour entretenir l’ambiance.

A deux ans, l'enfant est-il réellement capable d'apprécier une fête d'anniversaire ?

Suivant sans doute les recommandations avisées des meilleurs psychologues du monde, selon lesquelles entre un et trois ans, l’enfant n'est pas réellement capable d'apprécier une fête d'anniversaire où seraient conviés de nombreux autres enfants, à cause du risque de jalousie paralysante, des potentiels conflits liés au partage de ses jouets et de la perspective de fatigue trop rapide générée par le bruit et l'effervescence, les prévenants parents avaient opté pour une fête en petit comité, notamment avec les tantes, oncles, parrains et grands-parents. Du coup et avec le pertinent concours du beau temps, les circonstances ont forcément permis de se passer d’inventer d’autres jeux appropriés et des activités souvent âprement exigeantes à mettre en place. Par contre, Elias a dû se sentir très entouré et a pu profiter de beaucoup de liberté d'action tout au long de la journée.

En définitive, une fête bien adaptée à son âge et aux vertus pédagogiques non négligeables !

En fin des comptes, il m’a semblé que, non seulement le sémillant espiègle a pris beaucoup de plaisir sur le moment ; mais qu'il s’est également fabriqué de beaux et vivaces souvenirs pour le reste de sa vie ! Par ailleurs, l'intérêt social de la manière dont les choses ont été agencées n'est pas négligeable non plus. Car, en s’exerçant à être ainsi au centre des préoccupations de tant d’adultes, Elias apprend à surmonter aisément l’éventuelle timidité face à la foule et à se familiariser pratiquement et utilement avec le rôle de leadership. La fête s’étant passée dans une vive intimité familiale et dans une grande bonne humeur, les conditions étaient idéalement réunies pour resserrer les liens dans la convivialité.

Néanmoins, un profond regret particulier : celui de n’être pas resté personnellement sur les lieux pour poursuivre la fête jusqu’au lendemain ; jusqu’au jour exact de l’anniversaire : le lundi 29 mars 2021 ! Et ce d’autant que les parents avaient expressément pris congé pour profiter pleinement de l’événement.

Complaintes d’un grand-père frustré !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.