Revirement de Félix Tshilombo peut entraîner des dommages indénombrables

…les temps sont très durs pour le Congo et les horizons de notre avenir s'obscurciront davantage si, faute de discernement et de conscience de la gravité du péril qui guette la Patrie, on dit n’importe quoi facétieusement. Déjà affligeant au niveau de l’appréciation juridique, le revirement de Félix Tshilombo est une sinistre illustration de trahison, d’immaturité et de tragique égarement…

https://africatopnews.net/2018/10/11/la-rdc-est-elle-sur-les-traces-de-lex-yougoslavie-et-de-lex-soudan-se-demande-un-congolais-soucieux/

La RDC, est-elle sur les traces de l’ex -Yougoslavie et de l’ex -Soudan ?

Se demande un Congolais soucieux…

A LIRE TRES ATTENTIVEMENT ET PARTAGER ! Car, les temps sont très durs pour le Congo de Lumumba et les horizons de notre avenir commun s'obscurciront davantage si, faute de discernement élémentaire et de claire conscience de la gravité du péril irréversible qui guette la Mère-Patrie, on continue allègrement à dire, à écrire et à faire n’importe quoi facétieusement et viscéralement. Déjà bien affligeant au niveau de la simple appréciation juridique et morale, le revirement de Félix Tshilombo Tshisekedi et de l’UDPS, après l’historique Conclave de Genève et la sublime avancée sur le plan de construction du salutaire front patriotique commun face à l’occupation et à l’esclavage que subit le Congo, est une sinistre illustration aussi bien de consternante trahison que d’immaturité politique et de tragique égarement. Nous enjoignons acteurs et témoins des négociations de Genève de faire urgemment, distinctement et impérativement toute la lumière sur toutes les péripéties ayant rythmé, canalisé et polarisé les tractations afin de confondre ceux qui, ici et là, affabulent tant de niaiseries sans se rendre compte de l’incohérence de leurs récits. L’heure a sonné pour donner au peuple assez d’ingrédients pour qu’il juge par lui-même qui en vaut vraiment la peine et derrière qui s’aligner.

avec-kamerheon

 La RDC, est-elle sur les traces de l’ex Yougoslavie et de l’ex Soudan ?

Se demande un congolais soucieux…

La RDC, est-elle sur les traces de l’ex Yougoslavie et de l’ex Soudan ? Se demande un congolais soucieux…

Dans ACTUALITÉS AFRIQUE octobre 11, 2018 151 Vues

Un Plan B Made in USA confirmé par Johnnie CARSON un diplomate des États-Unis qui a servi comme ambassadeur des États-Unis dans plusieurs pays africain. La guerre et l’instabilité récurrente dans l’Est n’ayant pu précipiter l’implosion de la RDC, les fossoyeurs ne s’avouent pas pour autant vaincus. Après avoir marqué un temps de répit, ils tentent de revenir en force en se servant des ratés des élections et du découpage territorial. Voilà qui doit pousser tous les Congolais à resserrer les rangs afin de faire échec à la réactivation du plan B de ce vieux projet visant à démanteler ce géant de l’Afrique centrale dans ses frontières héritées de la colonisation.

Aux yeux des patriotes congolais, cela signifie que les conflits, encouragés par l’empire financier de la City de Londres et de Wall Street, sont utilisés comme prétexte pour diviser la RDC en petits morceaux, jusqu’à faire de la province du Kivu, à l’Est de la RDC, une région du Rwanda. Au début de l’administration Obama, le secrétaire d’Etat adjoint pour l’Afrique, Johnnie Carson, avait déjà une position similaire. La RDC était le deuxième plus grand pays industrialisé en Afrique au moment de l’indépendance, et Patrice Lumumba, qui voulait lancer une politique de grands travaux a été assassiné.

Washington ne s’est jamais démarqué de sa volonté d’appliquer à la République démocratique du Congo la thérapie du « divide et impera » (NDLR : diviser pour mieux régner). Devant The Brookings Institution, son ex-secrétaire d’Etat aux affaires africaines, Johnnie Carson, l’a réaffirmé haut et fort que seul le schéma ayant fait ses preuves en Yougoslavie et au Soudan permettrait de ramener durablement la paix dans l’Est. Tout le monde le sait, ces deux pays ont disparu pour être remplacés par des Etats nains. En contrepartie de la paix (formula made in Washington) la Yougoslavie a enfanté la Slovénie, la Croatie, la Bosnie-Herzégovine, la Serbie, le Monténégro, le Kosovo et la Macédoine. Le Sud-Soudan et le Soudan ont émergé des cendres de l’ex-Soudan. Sans surprise, les Nations unies, sous la coupe des USA, ont piloté le processus de démantèlement de bout en bout. Ironie du sort, les Nations unies, toujours elles, sont associées au projet de balkanisation de la RDC.

N’empêche ! Désormais, tout est clair comme l’eau de la roche. Les Etats-Unis analysent le conflit de l’Est suivant un prisme qui disculpe le régime de Kigali. Ils viennent de prouver, sans sourciller et noir sur blanc, que le Rwanda passe pour la « prunelle » de leurs yeux, méritant tous les soutiens et jouissant de leur protection tous azimuts. Contre vents et marées.

La République démocratique du Congo est le seul pays au monde qui est gouverné par des étrangers autoproclamés Congolais sans aucune autre formalité et ses étrangers sont imposés par les multinationales dans le but d’exploiter illégalement les ressources naturelles de la RDC !

Rappelons qu’il y a 15 ans, de grandes puissances financières, essentiellement anglo-saxonnes, s’étaient liguées pour encourager le Rwanda et l’Ouganda à attaquer la RD Congo dans l’objectif de la dépiécer. Le but était alors de balkaniser le pays afin de mieux exploiter les richesses minières dont il regorge, au travers des mini-Etats très affaiblis. C’est la volonté d’unité des Congolais qui a fait avorter ce projet macabre.


Ayant échoué dans cette tentative, ceux qui cherchent à balkaniser le pays ont modifié leur démarche depuis quelque temps. Il ne s’agit plus seulement de financer des guerres, mais de joindre à cette violence des moyens apparemment plus acceptables.

Dans le Nord-Kivu et le Sud-Kivu, les ressources naturelles, notamment l’or, la cassitérite, le diamant, le coltan, le gaz méthane et le bois sont exploitées par le Rwanda. L’Angola exploite le pétrole de la RDC dans la province du Bas-Congo. L’Ouganda exploite le diamant et l’or de la RDC dans la Province Orientale. Les rebelles ougandais de l’ELRA pillent diverses ressources naturelles de cette même province et nous nous demandons s’ils n’ont pas l’intention d’occuper une partie de cette province où ils détruisent des villages et massacrent les populations.

Lecteur vidéo

00:00

01:49

Venus en RDC pour soutenir le régime de Laurent-Désiré Kabila, les militaires du Zimbabwe pillaient le cobalt et le cuivre de la province du Katanga ainsi que le diamant des provinces du Kasaï-Oriental et du Kasaï Occidental; ceux du Tchad pillaient le café et le bois de la province de l’Equateur et ceux de l’Angola ne manquaient pas leur part dans le pillage des ressources naturelles de la RDC. Il y a quelques temps, pour le contrôle des gisements diamantifères de la Province Orientale, la ville de Kisangani a été détruite, à plus de 40 %, par les affrontements opposant les armées d’occupation rwandaise et ougandaise. Quid de l’exploitation, depuis des décennies, du gisement de pétrole de Muanda, dans le Bas-Congo ?

Washington est inscrit dans un schéma clair et précis, celui de morceler la RDC et l’empêcher de devenir cette puissance régionale à même de perturber ses calculs hégémoniques. Espérer autre chose de ce dernier, ce serait se retrouver dans l’univers dramatique de la pièce ’’en attendant Godot’’.

Le bourbier de l’Est est toujours actif. Bien plus, il s’enracine, posant les bases de la balkanisation de la RDC.

Ce plan est selon plusieurs analystes, la balkanisation de la RDC en plusieurs petits pays avec diverses obédiences : le Katanga (pour la Belgique), le Kivu plus Province Orientale (pour les USA, Canada, Angleterre, Australie), et le Centre et l’Ouest du pays (pour l’Union Européenne).

Chers Congolais soyons prudents, soulevons-nous comme un seul homme et mettons un peu à l’écart la rumba congolaise, le football, le plein dans des bars et débits de boisson, focalisons-nous sur notre pays car les déstabilisations politiques en République Démocratique du Congo (RDC) font partie d’un processus de balkanisation de la RDC et à cela notre pays ne connaitre pas la paix, ne connaitra pas la démocratie, ne connaitra pas le bonheur, ne connaitra pas le développement. Totika distraction, tolandela santé politique ya mboka pardon !!!

AK, Un activiste congolais RDC

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.