lycee.experimental
Lycée public d'enseignement général basé sur le principe du partage des pouvoirs et des devoirs entre les élèves et l'équipe éducative
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 juin 2019

Désinfox #1 : petite leçon de mathématiques pour le rectorat de Nantes

Le rectorat de Nantes justifie la suppression de deux postes au lycée expérimental par une baisse supposée des effectifs élèves. L’éducation à l’esprit critique étant inscrite dans le code de l’éducation, la déconstruction de l’argumentaire du rectorat de Nantes est un cas d’école très instructif. Penchons-nous ensemble sur ces chiffres.

lycee.experimental
Lycée public d'enseignement général basé sur le principe du partage des pouvoirs et des devoirs entre les élèves et l'équipe éducative
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À deux reprises, les 13 mars et 2 mai derniers, nous avons rencontré une délégation issue de différents services au rectorat de Nantes. L'argument principal de nos interlocuteurs a été celle d'une baisse des effectifs du lycée expérimental. Le 2 mai 2019, la démonstration de cette baisse avancée par le rectorat était la suivante : « en 2016 il y avait 163 élèves, en 2018 on en est à 119 “. Lors de ces deux rencontres nous avons essayé, en vain, de convaincre nos interlocuteurs du manque de sérieux de leur analyse.

Pourquoi cet argument n’est-il pas plausible ?

Nous apprenons au lycée qu’il est impossible de tracer des courbes de tendances à partir de seulement 2 points, en l’occurrence deux années. On pourrait qualifier cette démarche de très grossier biais statistique.  Nous avons donc réalisé plus rigoureusement ce travail de comptabilité à partir de nos fiches d’inscription soigneusement archivées. Voici donc la courbe représentant l’évolution des effectifs du lycée au fil des années. Tout bon statisticien en déduirait qu’il n’y a aucune tendance à la baisse, bien au contraire.

D’autre part, le rectorat s’appuie sur des chiffres issus du constat de rentrée effectué chaque année à la fin du mois de septembre. Dans un mail que nous avons reçu du service de l’évaluation, de la prospective et de la performance (SEPP), on nous explique que ‘ce sont ces chiffres qui servent de base de travail pour les statistiques.’ Or, nous acceptons tous les ans des inscriptions de plus en plus tardives. Il n’est pas rare que des élèves arrivent dans notre établissement après avoir été inscrits dans une autre structure, et ce jusqu’au mois de décembre. Une école de la confiance, c’est aussi une école qui sait accueillir sans se limiter aux échéances administratives.

Sur ce tableau, nous faisons apparaître les effectifs réels du lycée expérimental de ces dernières années. Notre méthode est simple : elle consiste à compter les fiches d’inscriptions de nos élèves qui sont soigneusement archivées depuis la création de notre établissement. Les chiffres du rectorat correspondent, eux, au constat de rentrée.

Les effectifs de rentrée sont éloignés des effectifs réels

S’inscrire au lycée expérimental, ce n’est pas qu’une démarche administrative, c’est aussi un engagement. Au cours de l’année, le nombre des inscrits peut varier en fonction des nouveaux arrivants, mais aussi des partants. Il est permis aux élèves de se désinscrire du lycée si la continuité de leur projet nécessite de se réaliser à l’extérieur. Ces désinscriptions ne supposent pas un moindre travail pour l’équipe éducative. Au contraire, il s’agit d’accompagner l’élève dans sa sortie, en voici quelques exemples : démarches administratives pour l’inscription dans un autre établissement, aide à la rédaction de lettre de motivation, accompagnement à l’orientation au CIO.

À titre d’exemple, voici les effectifs de l’année scolaire 2018-2019 tels qu’ils apparaissent sur l’interface ‘Base Élève’, interface remplie par chaque établissement scolaire à destination du rectorat.

Ce qui est notable sur cette capture d'écran ce n'est pas seulement le rose pour les filles et le bleu pour les garçons

Nous pouvons donc observer la différence entre l’effectif constaté, 119, et le nombre d’élèves effectivement scolarisés : 143. Le rectorat a bien entendu accès, tout comme nous, aux chiffres actualisés. La baisse d’effectif avancée est donc volontairement axée sur les données incomplètes du début d’année.

Dans son courrier aux élèves du 21 mai 2019, le recteur reprend à nouveau cet argument de prétendue tendance à la baisse sur 2 années en se basant sur les données de rentrée…

Au lycée expérimental, nous apprenons à tirer les conséquences de nos erreurs, ce qui est la base de tout apprentissage... Si nécessaire, les ateliers de statistique du lycée se feraient un plaisir d’offrir à M. le Recteur des cours de soutien. Par ailleurs, ceci n’est pas sans nous rappeler la nécessité de conserver le poste de l’enseignante de mathématiques…

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal
L’affaire des « biens mal acquis »
Les Bongo au Gabon, les Sassou Nguesso au Congo-Brazzaville, les Obiang en Guinée équatoriale... Depuis 2007, la police et la justice enquêtent sur le patrimoine faramineux en France des familles de trois clans présidentiels africains qui règnent sans partage sur leur pays.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin

La sélection du Club

Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart