Qui a intérêt à ce que Marine Le Pen gagne ?

La gauche a plutôt intérêt à affaiblir MLP au maximum pour agréger le maximum de forces face notamment à un point de rupture : la loi travail.

D'abord le clan RBM (Rassemblement Bleu Marine), en conflit ouvert sur l'héritage du patriarche cramponné dans des positions trop archaïques et trop pétainistes pour les jeunes loups (qui oeuvrent pour la dédiabolisation),

Et puis, une frange de la droite dite décomplexée qui n'arrive pas à se dissocier de la droite gaullienne très attachée aux valeurs de la République, de la Démocratie et surtout à la constitution,

Sans oublier un cinquième de la population électorale qui, sous prétexte de " nous l'avons pas essayé, essayons et nous verrons" veut surtout exclure toute responsabilité du citoyen happé par l'individualisme et rejetant tout ce qui vient des politiques se relayant depuis 40 ans,

Et enfin, objectivement, une bonne partie de la gauche qui émet l'hypothèse dangereuse : MLP à l'Elysée créerait, sous forme de réaction naturelle, une dynamique citoyenne pour les législatives.

Cette dynamique faisant défaut entre les deux tours à cause des divisions sur le vote pour faire barrage au FN.

La riposte est divisée et une MLP gagnante avantagerait une radicalité de gauche plus que ce que permettrait un vote Macron.

Bien entendu, cela rejoindrait l'hypothèse de la faiblesse du score de Macron comme élément favorable à une remontada aux législatives après un résultat favorable au 1er tour de la présidentielle.

La gauche a plutôt intérêt à affaiblir MLP au maximum pour agréger le maximum de forces face notamment à un point de rupture : la loi travail.

Et cela confirmerait l'analyse de Thomas Piketty qui consiste à dire que, plus le score de Macron est élevé, plus il y a des concessions dans son programme.

Un bon départ dans la confrontation qui reste inéluctable car le libéralisme est trop présent dans les deux programmes.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.