M BENTAHAR
Esprit libre
Abonné·e de Mediapart

265 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 nov. 2020

L'autoritarisme de Macron fait l'apologie de la laïcité militarisée

Dans la pratique, on s'éloigne dans la plupart des cas de tout cela et l'autorité demeure si l'administration cherche à traiter les violations, de la justice ou des questions d'égalité entre les citoyens.

M BENTAHAR
Esprit libre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Comment l'autoritarisme de Macron fait l'apologie de la laïcité aux bruits de bottes ?

En apparence, la France est un pays laïc et démocratique avec des institutions élues, des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire, et selon la constitution, elle garantit la souveraineté du peuple.

Mais dans la pratique, on s'éloigne dans la plupart des cas de tout cela et l'autorité demeure si l'administration cherche à traiter les violations, de la justice ou des questions d'égalité entre les citoyens.

Le président Macron se comporte comme tous les militaires du monde qui se sont révoltés contre les régimes tyranniques pour instaurer un despotisme plus dur, à la presse aux apparences adoucis aussi mauvaise que celle décrite dans la littérature libérale, il a donc eu recours à deux modes de gouvernement, tous deux autoritaires.

Le mode de gouvernement des jours de paix dans lequel la personne du président occupe tous les postes de pouvoir déterminant depuis la décision politique (l'avis du gouvernement et des partis uniquement consultatif) jusqu'à la décision économique et la maîtrise des politiques économiques, dont la plupart sont dictées par la décision européenne et allemande en particulier.

Pour que les militaires restent au pouvoir, ils ont transformé les instructions de Macron, qui ne diffèrent pas des instructions du président Mitterrand dans l'État séculier de France, en enseignements d'une doctrine sacrée qui n'est pas apportée par le mythe. Le chef d'état-major s'est transformé en une autorité formelle basée sur l'interprétation des enseignements et le suivi de leur mise en œuvre, entouré de l'état-major général, c'est-à-dire du Saint Conseil militaire. Et ici, le deuxième modèle de gouvernance est incarné, la gestion des crises, y compris la crise sanitaire actuelle, décidée dans un conseil de défense qui n'a pas de différence entre ce que décident les régimes autoritaires dans le monde.

Le Conseil de défense contrôle le travail et ses conditions, le déplacement et ses autorisations ou interdictions, la vie sociale et ses exigences, dans l'université et la vie étudiante et ses loisirs, dans le rassemblement syndical, familial et politique, dans l'exercice des libertés et de la souveraineté réelle ... Tout cela est soumis à la décision militaire sous le couvert de la décision des institutions et de l'institution de la présidence personnelle en particulier.

Il contrôle également la loi la plus importante de la république depuis plus de 120 ans: l'application de la laïcité et à sa marge de la pleine démocratie en l'éclipsant et en la transformant dans l'intérêt d'un certain groupe au nom de la liberté d'expression et de la liberté d'opinion pour exclure ce qui constitue les convictions fondamentales des autres groupes sans tenir compte des caractéristiques de chaque liberté individuelle ou collective des citoyens.

Les deux questions sont interdépendantes et le Conseil ne légalise pas la vie démocratique en la limitant sans préjudice de la substance de la pratique de la laïcité. La laïcité est une démocratie respectable, et une démocratie respectable est la laïcité dans la république depuis plus d'un siècle, avec ses sacrifices populaires.

Le monde ne redécouvre pas la roue, l'urne est le centre de la démocratie, et tous les moyens de pression pacifique s'exercent dans les médias, la rue, le sit-in et la grève, mais les fanatiques de la doctrine laïque doivent se rendre compte qu'ils n'ont pas le droit de s'immiscer dans l'habillement des musulmans ou leur citoyenneté hypothéquée en mettant l'accent sur l'intégration de millions d'entre eux à la suite d'événements attribués à une minorité criminelle ou obscurantiste.

En fin de compte, Macron dit au monde que nous sommes un État gouverné par l'armée. Nous ne voulons pas d'un État moderne pour tous les citoyens, et 80% d'entre eux doivent avoir une discipline paramilitaire pour que l'état des institutions paralysées perdure.

Il n'est pas improbable que la constitution soit revue dans l'intérêt de la laïcité des bottes, comme une confrontation depuis les façades démocratiques présidentielles du conseil militaire.

La pandémie a donné naissance à des institutions qui ont éloigné la République des Lumières de sa modération.

Novembre 2020
Mohamed BENTAHAR

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le « wokewashing », la nouvelle stratégie des majors pétrolières
La justice raciale, le féminisme et les droits LGBT+ sont de plus en plus mobilisés par les géants pétroliers pour convaincre des bienfaits de leurs activités fossiles. Une pratique récente baptisée « wokewashing » et qui n’a qu’un seul objectif : retarder l’action climatique pour continuer à nous abreuver de pétrole.
par Mickaël Correia
Journal — France
Un chirurgien de l’AP-HP cherche à vendre aux enchères la radio d’une blessée du 13-Novembre
Le chirurgien Emmanuel Masmejean a mis en vente sur un site d’enchères pour 2 700 dollars la radio d’une survivante du Bataclan, sur laquelle on voit une balle de Kalachnikov. Après l’appel de Mediapart, il a retiré le prix dans son annonce. L’AP-HP qualifie la publication du professeur Masmejean de « problématique, choquante et indécente ».
par Matthieu Suc
Journal
Le PS et les quartiers populaires : vingt ans de trahison
Le Parti socialiste poursuit sa lente dislocation dans les quartiers populaires. En Île-de-France, à Évry-Courcouronnes et Aulnay-sous-Bois, les désillusions traduisent le sentiment de trahison.
par Hervé Hinopay
Journal — Libertés publiques
« Une gestion exclusivement policière de la crise sanitaire »
« La logique aurait voulu que les autorités adoptent une approche sanitaire et sociale » pour lutter contre l’épidémie de Covid-19, pointe la professeure de droit public Diane Roman, qui regrette que, « désormais, tout se résolve en termes de mesures policières ».
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Malaise dans la gauche radicale - Au sujet du féminisme
L'élan qui a présidé à l’écriture de ce texte qui appelle à un #MeToo militant est né au sein d'un groupe de paroles féministe et non mixte. Il est aussi le produit de mon histoire. Ce n’est pas une déclamation hors-sol. La colère qui le supporte est le fruit d’une expérience concrète. Bien sûr cette colère dérange. Mais quelle est la bonne méthode pour que les choses changent ?
par Iris Boréal
Billet de blog
Romani Herstory : réinscrire les femmes roms dans l’Histoire
Objets de tous les fantasmes, les femmes roms se voient sans cesse privées du droit à la parole. Les archives Romani Herstory montrent pourtant que beaucoup de ces femmes ont marqué nos sociétés de leur empreinte. (Texte d'Émilie Herbert-Pontonnier.)
par dièses
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022.
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
La parole des femmes péruviennes
Dans un article précédent, on a essayé de comprendre pourquoi le mouvement féministe péruvien n'émergeait pas de manière aussi puissante que ses voisins sud-américains. Aujourd'hui on donne la parole à Joshy, militante féministe.
par ORSINOS