Pour la reconnaissance de l'Etat Palestinien : Lettre aux députés du groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche

Mesdames, Messieurs les député(e)s du groupe socialiste radical, citoyen et divers gauche (SRC)

 

Vous êtes une vingtaine de député(e)s du groupe (1), qui ne reconnaissaient pas le droit du peuple Palestinien à un Etat dans les frontières de 1967. Je vous sollicite, je suis socialiste et tient à ce que les engagements pris soient respectés, pour que vous rectifiez votre position et pour agissiez pour le droit.

Contrairement à ce que véhiculent les médias en continue et certains organes de presse importants, le conflit israélo-palestinien n’est pas un conflit religieux, il est un conflit de droit international.

Israël viole du droit international et cela ne concerne pas uniquement les Palestiniens et les pro-palestiniens dans le monde et massivement en France.

Par ce déni de justice, les français eux même sont concernés, quelques soient leurs opinions politiques, quelles que soient leurs éventuelles croyances. Car quand Israël viole le droit international, il viole aussi notre souveraineté nationale dans la mesure où ce droit international est supérieur même à notre droit national. C’est le sens des mobilisations pacifiques des Françaises et Français pour la paix, juste et durable, fondée sur l’application du droit international et le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

Il temps d’exiger la reconnaissance du droit du peuple palestinien à un Etat souverain aux frontières aussi sûres et reconnues que celles de l’Etat d’Israël. Il est temps de cesser de lier ce droit d’un peuple qu’il ne voit pas s’appliquer à  l’import d’un conflit présenté habillement comme « bilatéral ». Il est temps d’inscrire la politique française dans les principes qu’elle prétend défendre, qu’elle devrait normalement défendre, ce qui n’est pas le cas.

Votre responsabilité est écrasante, et le peuple français attend de vous d’œuvrer pour le droit et pour la justice !

Alors comment avez-vous laissé la France donner son accord pour l’élection d’Israël à la Vice-Présidence de la commission de l’ONU en charge de la décolonisation, avec le soutien des pays européens ? Un comble !

Comment est-il possible que les autorités françaises acceptent que 700 jeunes citoyens français de 16 à 18 ans, se fassent enrôler dans une armée étrangère d’occupation (l’armée israélienne), violant ainsi les lois internationales ?

Comment pouvez-vous accepter vous de vous taire quand Israël érige un mur de près de 700 kilomètres, une construction condamnée par les instances internationales ?

Comment pouvez-vous accepter l’apartheid instauré en Cisjordanie occupée, l’intensification de la colonisation ?

Comment acceptez-vous le fait que selon le droit international, le contrôle israélien de la Cisjordanie et de Gaza est considéré comme une "occupation belligérante" ?

Comment acceptez-vous qu’Israël refuse de rendre la terre aux Palestiniens et évacuer les colons, en violant le droit international en annexant les Territoires comme il l’a déjà fait pour Jérusalem-Est, et en instaurant le "Grand Israël" sur l’ensemble des terres ?

Comment acceptez-vous que ces annexions qui posent aussi les problèmes aux palestiniens sous occupation : Israël doit soit leur accorder la citoyenneté et s’attendre à voir émerger une majorité non juive dans le Grand Israël, ou leur refuser la citoyenneté et être considéré comme un état d’apartheid, un statut infamant ?

Comment acceptez-vous de ne pas entendre ce que 40 leaders juifs des Etats-Unis demandant à Netanyahu de rejeter "les entourloupes légales" du rapport Levy qui selon eux menace "l’avenir d’Israël en tant qu’état juif et démocratique" ?

Comment acceptez-vous que le gouvernement israélien veuille annexer la vallée du Jourdain, peuplée de 60 000 Palestiniens. La zone ainsi annexée resterait donc partie de l’Etat d’Israël, même en cas d’accord de paix avec les Palestiniens, malgré la protestation de L’Autorité Palestinienne et malgré l’opposition de Tzipi Livni qui dirige l’équipe israélienne dans les négociations avec les Palestiniens,

Mesdames, Messieurs les députés

Vous êtes les élus du peuple de France. Élus pour représenter la Nation, et de part cela, vous participez à l’exercice de la souveraineté nationale. La souveraineté nationale s’étend au respect du droit international.

Vous-êtes donc responsables de la manière dont La France applique le droit international.

La France devrait non pas aller à la « retenue » et à la « mesure », elle devrait non pas chercher à flatter telle ou telle communauté, mais condamner de la manière la plus ferme les actes d’Israël, sur la base du droit.

L’absence de sanctions à l’égard d’Israël est un encouragement à la poursuite de sa politique de colonisation, d’agression permanente contre le peuple palestinien et donc de la violation du droit international.

A quel moment comptez-vous prendre des sanctions contre Israël, en stoppant, notamment, l’accord d’association Union européenne et Israël ?

A quel moment allez-vous agir pour la reconnaissance de l’Etat Palestinien et appeler la France et l’Europe à reconnaître l’Etat palestinien pour avancer vers la paix et la réconciliation entre les peuples israéliens et palestiniens ?

A quel moment allez-vous œuvrer pour que la France, en tant que Haute Partie contractante à la quatrième Convention de Genève agisse pour le respect de la dite Convention en toutes circonstances (article 1) et de prendre toutes les mesures nécessaires pour poursuivre les personnes ayant commis, ou donné l’ordre de commettre des infractions graves à la quatrième Convention de Genève (article 146)?

Quand ferez-vous appliquer la quatrième Convention de Genève ?

A quel moment allez-vous œuvrer, par le rôle que vous octroie la constitution, pour que la France, agisse pour qu’Israël mette fin au blocus criminel qu’il impose à la population de Gaza dont les conditions de vie ne cessent de se dégrader et accéder à l’ensemble des revendications palestiniennes : ouverture de Rafah par l’Égypte, accès libre de Gaza à la mer et libération des prisonniers libérés dans le cadre d’un accord et à nouveau incarcérés. Que comptez-vous faire ?

Le peuple palestinien connaît l’hypocrisie des puissances mondiales.  Son histoire est malheureusement riche en exemples. Aucune paix ne naîtra sans la constitution d’un État israélien et d’un État palestinien dans des frontières sûres et reconnues, celles de 1967, avec pour capitale Jérusalem-Est.

Vous le savez, vous l’avez adopté en tant que parlementaires d’un Etat qui respecte le droit international. Alors quand mettrez-vous en œuvre l’engagement électoral de François Hollande pour une reconnaissance internationale de l’État palestinien ?

L’année 2014 a été déclarée « année internationale de la Palestine » par l’Assemblée générale de l’ONU. Etiez-vous seulement au courant ? Quand la diplomatie de notre pays sera-t-elle à la hauteur de la situation ?

Dans l’attente de vous vous voir agir, et d’être par votre rôle les portes voix du respect du droit et de la justice, croyez en toutes mes considérations.

 

 

Mohamed BENTAHAR

Militant Socialiste

(1) Liste des députés du groupe SRC

  1. Monique Iborra, membre du groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche, Vice- président du conseil régional de Midi-Pyrénées, Députée
  2. Jean-Marie Le Guen, Membre du groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche, adjoint au maire de Paris, Député
  3. Serge Blisko, Membre du groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche, Député
  4. Paul Giaccobi, Apparenté groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche, Président du Conseil exécutif de l’Assemblée de Corse, secrétaire de l’Assemblée nationale, Député
  5. Madec Roger, Membre du groupe socialiste, sénateur-maire
  6. Faucaunier Alain, Membre du groupe socialiste, Sénateur-Maire
  7. Yves Dauges, Membre du groupe socialiste, sénateur
  8. George Paul-Langevin, Vice-présidente du Groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche, Députée
  9. Nicole Bricq, membre du groupe socialiste, Vice-présidente de la commission des finances, sénatrice
  10. Jean-Claude Frécon, Membre du groupe socialiste, sénateur-maire
  11. Simon Sutour, Membre du groupe socialiste, Vice-président de la commission des Affaires européennes, sénateur
  12. Serge Lagauche, Membre du groupe socialiste, Vice-président de la culture, de l’éducation et de la communication, sénateur
  13. Armand Jung, membre du groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche, Député
  14. Hoffman-Rispal Danièle, Membre du groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche, Députée
  15. Marie-Françoise Pérol-Dumont, Membre du groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche, Présidente du conseil général de Haute-Vienne, Députée
  16. Jean-Jacques Urvoas, Membre du groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche, Vice- président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale, Député
  17. Christiane Demontès, Membre du groupe socialiste, Secrétaire du Sénat, Sénatrice-maire
  18. David Habib, Membre du groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche, Député-maire
  19. Patrick Bloche, Membre du groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche, Conseiller de Paris, Député-maire du 11ème arrondissement de Paris
  20. André Vallini, Membre du groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche, Conseiller de Paris, Porte-parole du groupe socialiste à l’Assemblée nationale, Député-maire
  21. François Pupponi, Membre du groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche, Conseiller de Paris, Député-maire.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.