Sylia, tu manques à la liberté

Sylia, tout en toi manque à la liberté.

Chère Salima, ou dirais-je honorable camarade Sylia, embastillée pour tes idées et pour ton courage.

 

Je reprends volontairement des propos que j’ai tenu pour une autre embastillée comme toi, et elle comme toi nous vient de ce nord historique et déterminé.

Je prends le temps aujourd’hui de t’écrire ce petit message.

Il me semble vital, quand on se retrouve derrière les barreaux, que celles et ceux qui croient en nous, en notre combat, nous expriment avec les moyens dont ils disposent leur solidarité.

Cette solidarité irrigue l’espoir. Elle atténue la violente souffrance qu’engendrent l’injustice et la privation de la liberté.

Je suis persuadé chère Sylia que ton « embastillement » ne change rien pour toi et surtout pas l’essentiel : tes qualités humaines, ta vitalité et ton énergie.

Chère Sylia, tu as « osé », comme l’a exprimé mon ami ton camarade Nasser Zefzafi, et comme l’ont exprimé tes honorables compagnons dans cette confrontations avec l’arbitraire, exprimer ta citoyenneté, toi l’artiste, et parler des petites gens, de ces femmes ou de ces hommes dont le gain du pain quotidien devient un exploit olympique.

Par ton engagement, tu as été cette « fenêtre  sur une vie digne » pour ces êtres assujettiEs dans leurs vies : sujets d’un régime monarchique aveuglé par le profit personnel, sujets d’une société sclérosée et parfois inhibant, sujets d’une structure familiale archaïque et pour finir sujets de leurs employeurs !

Et par ça tu es une fierté pour ces sans voix, pour ces interdites de cité !

Ton « embastillement » se veut te voler une année de ta vie !

Sois en sûre Sylia, aucun souffle de toi, aucune seconde de ton existence de l’autre côté des murs, ne sera perdu.

Ils seront  versés dans l’histoire de celles et de ceux que tu défends.

Tu es entourée et tu le seras encore par la force que tu insuffles à ceux qui croient en toi ! Tu as voulu la justice pour tes compatriotes, tu es devenue l’expression de la justesse de leur combat !

Je t’avoue Sylia, je suis tourmenté par un sentiment de rage contre ces atteintes à un droit fondamental, celui de manifester le refus de l’arbitraire qui dure malgré les discours sur le changement et sur le respect des libertés.

Mais la voie est tracée. La voie vers la dignité humaine, la voie vers la liberté, la voie vers la justice sociale, la voie vers l’humain d’abord que tu montres avec courage et persévérance.

1, 10 ou 100  jours ne seront pas à retirer de ta vie dont l’honneur est le symbole.

Ils se rajouteront à la victoire de tous ces êtres, travailleurs, militants, mères ou pères ou tout simplement des êtres qui brisent les chaines de l’exploitation.

Une partie de ta peine devient une éternité

Je pense au Maroc que tu portes dans ton coeur.

C'est douloureux, ce Maroc me fait mal

Ce Maroc que je pleure à chaque fois que j'évoque son nom.

Sylia, j'ai très peur.

J'ai peur pour le pays qui se fourvoie, se laisse berner par les dealer de la charia et de l'oligarchie.

J'ai très peur que notre rêve change, peur que nous ne soyons pas la génération qui offrira la liberté à notre pays mais celle qui soit le témoin de sa dépravation .

J'ai très peur…

Car nous devons tellement à ce pays à chaque instant,

Il nous fatigue à chaque instant,

Il nous affaiblie à chaque instant,

On le pleure,

Je me sens égoïste et ne pense qu'à moi dehors

Je veux rester un être humain,

Je veux tatouer son nom sur ma main

Sylia, tiens le coup cette fois-ci pour l'amour du Maroc

Sylia, tiens le coup car tu nous mouras pas !

Sylia, tiens le coup car aucun droit ne m'autorise à mourir !

Tout en toi manque à la liberté.

Ton Maroc, celui que tu défends manque de liberté.

Be Free Sylia !

Je ne pourrais pas le dire mieux que  le chanteur J Cole dans son « Be Free »

Tout ce que nous voulons faire c’est de briser les chaînes

Tout ce que nous voulons c’est être libres

All we want to do is take these chains off

All we want to do is break the chains off

ALL WE WANT TO DO IS BE FREE

ALL WE WANT TO DO IS BE FREE

 

Sylia Salima Ziani Sylia Salima Ziani

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.