Barcelone ou Ouagga, il ne faut pas s'y habituer !

#TotsSomBarcelona #TousOuagga #VivonsEncorePlus

Je ne sais pas ce que c'est exactement un "islam radical".


Je continue à penser qu'il y a de la valeur humaine intrinsèque dans plus qu'une centaine de sourates sur les 114 consignées dans le coran.


Je ne mélange pas les sourates de guerre et de sang aux sourates de ce qui est la nation du milieu.


Beaucoup de choses qui traitent de la croyance se confondent avec celles qui traitent de l'organisation sociale. Al3aqida (العقيدة) se comprend assez aisément puisqu' elle ne traite que de chahada (envers dieu et son prophète). Un choix binaire.


Dans cette tribune, je fais le choix volontaire de faire confiance en ces paroles de paix plutôt que celles des sourates du sang répétées par les assassin de l'humanité.


L'islam, et c'est valable pour tout le monde, est 3 choses : le dogme (achahada, croire, au Jour dernier en son messager ), le coran dans le texte et les sourate sur le vivre-ensemble et le respect d'autrui, et les haddiths, faits et gestes du prophètes.
Ce sont les bases pour parler d'islam.

Toute autre approche est une approche gèo-historique, géo-sociologique ou politique.


C'est ce que je suis comme Islam et pas d'autre chose. C'est l'islam de mes origines séculaires.


Je vois beaucoup de sociologues ou de commentateurs parler de l'islam se conformer à ces référentiels.


Le concept djihad dans le coran ne recommande pas de tuer et dans certains contextes parle de faire peur en périodes de guerre tout au plus.


"Ne détruisez pas la vie que Dieu a rendu sacrée".


Le Coran interdit fermement le meurtre, notamment dans la sourate «Les bestiaux - Al anaam » (sourate 6 - verset 151):
"Eloignez-vous des péchés abominables, apparents ou cachés. Ne tuez personne injustement. Dieu vous l’a interdit."


وَأَعِدُّواْ لَهُم مَّا اسْتَطَعْتُم مِّن قُوَّةٍ وَمِن رِّبَاطِ الْخَيْلِ تُرْهِبُونَ بِهِ عَدُوَّ اللَّهِ وَعَدُوَّكُمْ وَآخَرِينَ مِن دُونِهِمْ لاَ تَعْلَمُونَهُمُ اللَّهُ يَعْلَمُهُمْ وَمَا تُنفِقُواْ مِن شَيْءٍ فِي سَبِيلِ اللَّهِ يُوَفَّ إِلَيْكُمْ وَأَنتُمْ لاَ تُظْلَمُونَ"
الأنفال- 60


Et préparez [pour lutter] contre eux tout ce que vous pouvez comme force et comme cavalerie équipée, afin d’effrayer l’ennemi d’Allah et le vôtre, et d’autres encore que vous ne connaissez pas en dehors de ceux-ci mais qu’Allah connaît.

Et tout ce que vous dépensez dans le sentier d’Allah vous sera remboursé pleinement et vous ne serez point lésés." AL ANFAL 8 - verset 60


Effrayer n'est pas tuer !


L'association terrorisme et djihad est la première des erreurs d'analyse
Le texte dit : "Dieu ne vous défend pas d'être bienfaisants et équitables envers ceux qui ne vous ont pas combattus pour la religion et ne vous ont pas chassés de vos demeures. Car Dieu aime les équitables. " (Coran, l'épreuvée - Al moumtahanah - verset 8)


Ne pas prendre en compte un des versets les plus importants de la sourate la plus expressive (Al Baqarah - la vache) est juste ne rien comprendre à l'islam. Quand ces assassins s'attaquent aux mécréants, qu'en est il de la contrainte dans l'islam ?

Tout simplement l'islam interdit la contrainte : "Nulle contrainte en religion!

Car le bon chemin s'est distingué de l'égarement. Donc, quiconque mécroît au Rebelle tandis qu'il croit en Allah saisit l'anse la plus solide, qui ne peut se briser.

Et Allah est Audient et Omniscient."
J'en conclue, qu'il faut d'abord savoir de quoi on parle. Pas d'islam ni de musulmans quand on parle de terrorisme ! Surtout quand toutes les autorités religieuses le condamnent !


Un dernier point : Al Baghdadi se pose en calife. Le prophète avant sa mort dicte à ses disciples : "30 ans après moi, il n'y aura plus de calife, mais des royaumes divisés". Alors Al Baghdadi musulman ou agent d'une vision d'un Nouvel Ordre décrit avec précision par Condoleezza Rice dans Creative Chaos en 2006 !! Je me demande pourquoi le "commentairisme" ambiant ne s'y intéresse pas ? fainéant ou complice ?


La contamination du discours religieux par une idéologie guerrière n’est pas propre à l’Islam puisqu’ « au XVIème siècle, des prédicateurs de l’Eglise romaine se sont mis à dire que le désir de guerre, de violence, était une façon privilégiée de montrer à Dieu qu’on lui appartient, qu’on lui était fidèle.

L’imaginaire chrétien s’est imprégné ainsi de cultures religieuses, de guerre véhiculant l’idée que la tolérance de l’autre, l’ « hérétique » attirait la malédiction divine sur l’ensemble des hommes».


La guerre au temps du Prophète Mahomet a été menée dans un contexte tribal et surtout menée postérieurement à sa mort. Glorifier un passé que l’on n’a pas vécu, se fonder sur un texte religieux pour prêcher la haine et être animé par la violence, voilà l’hérésie. Comment expliquer les actes terroristes commis au nom de l’Islam ? Faut-il y trouver nécessairement une explication en lien avec le Coran ?


Faut il se baser sur un seul verset (l'épée) qui appelle au combat en période de guerre et passer outre 113 autres qui appellent à la paix (1)


Ce terrorisme, ce « cancer » dont les musulmans connaissent également les répercussions, encore plus grave, Dacca, Istanbul, Baghdad, Bamako, Ouagga ou Barcelone ..., a été malheureusement aggravé depuis longtemps par la collusion de certains pays occidentaux avec des régimes autoritaires et dictatoriaux (par exemples, Zine el-Abidine Ben Ali, Mouammar Khadafi, Saddam Hussein, Arabie Saoudite, Emirates ...) afin de préserver des intérêts économiques et stratégiques .

Qui fait communauté ? Qui fait lien social ? Qui travaille l’ensemble ? Personne. Écrit Virginie Martin ! (2)


Cette journée de deuil qui vient se rajouter à d’autres journées de deuil, devrait nous permettre – au-delà de l’émotion – de pouvoir être encore dans une éthique de conviction, comme aurait dit Max Weber.


Mais, les politiques ne semblent plus être capables de cela ; éthique de responsabilité est leur seul mot, comme vidé de sens, de substance…

responsabilité bien sûr, mais arrimée à quelle conviction ? À quelle vision ? À quel projet ?

---------------------------- FIN

(1) An-Nasikh -wal- Mansukh, d'Ibn Khuzyamh fait état de 113 versets contraires au Verset de l'Épée (9: 5), et 9 versets remettant en cause le verset du combat (9: 29): "Combattez ceux qui ne croient pas en Allah, ni au Jour dernier".

(2) https://theconversation.com/attentats-comment-se-perd-la-bataille-culturelle-62578

Lectures utiles

- Crouzet D. et Kepel G. « je te tue, Dieu me bénit », l’Obs hors-série, Le retour des guerres de religion, novembre-décembre 2015, page 8

- Daniel J., Dieu est-il fanatique, L’Obs Hors-série, op.cit., page 3

- http://www.humanite.fr/dissocier-le-coran-du-terrorisme-595517

 

Hommage aux victimes du terrorisme Hommage aux victimes du terrorisme

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.