Sur ordre de sa Majesté, la mort au bout de la patera

Ne nous dites pas que ce n'est pas sur ordre de sa Majesté que Hayet Belkacem vient de succomber aux tirs des snipers d'Etat en mer, la marine de sa Majesté.

Sur ordre de sa majesté

Sur ordre de sa majesté Jbiha, Zeroual, Amine, Saida, Mostapha, Ittabi et beaucoup d'autres sont morts!

Sur ordre de sa Majesté  Hayet Belkacem vient de succomber aux tirs des snipers d'Etat en mer, la marine de sa majesté. 

Sur ordre de sa Majesté, on poursuit, on traque, on enferme, on embastille, on élimine.

Sur ordre de sa Majesté on soigne qui on veut, on éduque qui on veut, on emploie qui on veut.

Sur ordre de sa Majesté  Hayet Belkacem vient de succomber aux tirs des snipers d'Etat en mer, la marine de sa majesté . 

Sur ordre de sa Majesté, une incarnation du gouvernement des ombres, des double-vies et de l'impérial, les vassalerie deviennent gouvernance et l'honnêteté des petites gens une accusation.

Sur ordre de sa Majesté, la Démocratie se résume à gouverner seul, à régner seul, à préserver la primaire sur toute chose.

Sur ordre de sa Majesté, le pouvoir du roi du Maroc procède du droit divin. Le monarque est un personnage « sacré », statutairement à mi-chemin entre l’humain et la divinité. 

Sur ordre de sa Majesté  Hayet Belkacem vient de succomber aux tirs des snipers d'Etat en mer, la marine de sa Majesté.

Sur ordre de sa Majesté, le peuple doit toujours au roi respect et tawqir, terme arabe évoquant une attitude à mi-chemin entre la révérence et l’adoration et, surtout, expression historiquement utilisée pour distinguer le lignage prophétique dont se réclament les rois du Maroc depuis des siècles.

Sur ordre de sa Majesté, la pluie, la richesse, l'ordre, les l'allégeance... sont autant de sujets que les sujets eux mêmes séculairementt assujettis. 

Sur ordre de sa Majesté,  les routes, les écoles, les hôpitaux, les édifices sont bâtis ou oubliés, selon vos humeurs et vos fièvres.

Sur ordre de sa Majesté, la "reconduction de l’allégeance" à  chaque fête du trône. Les Marocains assistent encore à ce spectacle pharaonique : le souverain tout de blanc vêtu, fendant à cheval une foule d’adorateurs qui se courbent en cadence à son passage, tandis que les serviteurs du palais, vêtus de la coiffe rouge des esclaves d’antan, leur hurlent les messages de bénédiction du maître… Fait remarquable : parmi les milliers de personnes qui forment cette « chorégraphie », comme l’avait qualifiée le grand intellectuel marocain Abdellah Laroui, le roi, juché pendant toute la cérémonie sur son pur-sang, est le seul à ne pas toucher terre. Normal : il est khalifat Allah fi ardih, le représentant de Dieu sur sa terre, c’est inscrit noir sur blanc dans le texte d’allégeance ! (1) 

Sur ordre de sa Majesté, vous accumulez et avec une telle accumulation de pouvoir et de richesses, comment expliquer que le peuple marocain n’en veuille pas plus à son roi, et que le vent de ferveur du Printemps arabe n’ait pas dégénéré en fièvre révolutionnaire ? 

En effet, alors que les Tunisiens criaient « Ben Ali dégage » et que les Égyptiens scandaient « À bas Hosni Moubarak », seuls quelques rares têtes brûlées, au Maroc, appelaient à la chute de Mohammed VI et l’instauration de la République. L’écrasante majorité se contentait de dénoncer la « corruption de l’entourage royal » (comme si Mohammed VI était un membre extérieur à sa propre cour) et l’« absolutisme » (comme s’il s’agissait d’un concept abstrait, détaché de la personne du roi). 

 

Alors!

Ne nous dites pas que ce n'est pas sur ordre de sa Majesté que  Hayat Belkacem vient de succomber aux tirs des snipers d'Etat en mer, la marine de sa Majesté. 

Responsable ? Oui 

Coupable ? L'histoire interrogera le Makhzen sur l'ensemble de son oeuvre ! 

Et “l'important ce n'est pas tellement d'avoir des souvenirs (mauvais souvenirs ), c'est toujours de régler ses comptes avec eux.” écrit Umberto Eco

 

(1) Mohammed VI, despote malgré lui - Ahmed BENCHEMSI

 

Hayat BELKACEM morte sous les balles de la Marine Royale © MB Hayat BELKACEM morte sous les balles de la Marine Royale © MB

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.