Tuer pour être heureux!

Mireille Knoll, octogénaire de l'âge de nos mères croise la route ou plutôt les couloirs de ceux qui veulent le bonheur en donnant la mort.

Mireille Knoll, octogénaire de l'âge de nos mères croise la route ou plutôt les couloirs de ceux qui veulent le bonheur en donnant la mort.

Elle a tout connu y compris la bête humaine des rafles.
Elle ne devait rien à personne si ce n'est d'être un témoin vivant de ce qui a été l'humanité aux hommes.

La liberté est notre règle dans la république et dans nos relations quotidiennes. La suspicion n'a aucune place ; nous ne nous irritons pas contre le voisin, s'il agit à sa tête ; enfin nous n'usons pas de ces humiliations qui, pour n'entraîner aucune perte matérielle, n'en sont pas moins douloureuses par le spectacle qu'elles donnent.

Périclès Trucydide en écrivant cela dans ses oraisons funèbres faisait l'éloge du voisin et du vivre ensemble. La contrainte quelle qu'elle soit, n'intervient pas dans nos relations particulières ; une crainte salutaire nous retient de transgresser les lois de la république ; nous obéissons toujours aux magistrats et aux lois et, parmi celles-ci, surtout à celles qui assurent la défense des opprimés et qui, tout en n'étant pas codifiées, impriment à celui qui les viole un mépris universel.

Nous ne vivons qu'à travers ces rapports sans contrainte. Contraintes de mode de vie ou de croyance.

Le pas de l'abominable franchit les frontières de l'humain.

Quel est ce Dieu qui stipule dans Al-maida "C'est pourquoi Nous avons prescrit pour les Enfants d'Israël que quiconque tuerait une personne non coupable d'un meurtre ou d'une corruption sur la terre, c'est comme s'il avait tué tous les hommes. ..."

Et qui ouvre les chemins de son Eden à celles et ceux qui n'observent pas ses ordres car dans l'algorithme du croyant la parole de dieu est un ordre.?

Quel est ce prophète qui en transmettant le message "... et ne tuent pas la vie que Dieu a rendu sacrée, sauf à bon droit" laisse la voie ouverte à des sous-hommes de décider de la vie d'un être qui plus est ayant payer un lourd tribu à la vie. ?

Non ils ne sont pas des nôtres, nous les humains. Car nous ne voulons pas partager notre place parmi les humains avec la sauvagerie.

Ils ont donné la mort. Celle de l'idée de tuer au non d'une religion que je vois vivre paisiblement par mes parents, ma fraterie, ma famille, mes ascendant...

Ils ne méritent ni notre haine, ni notre colère.
C'est trop leur apporter du crédit!

Que Mireille, une de nos mères repose en paix!

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.