Le départ de mineurs français pour Israël, un « djihadisme républicain ou sioniste » ?


Qu’un État étranger en guerre incite de jeunes français mineurs à changer de nationalité et à participer à une guerre de colonisation devrait émouvoir un gouvernement souverain si prompt à dénoncer le départ d’autres jeunes pour la Syrie.

 

·      Le départ de mineurs français pour Israël, un « djihadisme républicain ou sioniste » ?

700 jeunes français de 16 à 18 ans se portent volontaires dans les bases de Tsahal

Alors que les crimes de guerre et contre l’humanité sont dans le collimateur de l’ONU, plus de 700 jeunes français dont de nombreux mineurs de 16 à 18 ans ont participé au programme de volontariat civil NATI-SAREL dans les bases d'Israël.

·       Qu’iront-ils faire ?

Malgré les tirs de roquettes incessants sur la population civile au sud d’Israël et le lancement de l’opération « Bordure Protectrice », ces 700 jeunes de 16 à 18 ans qui ont participé au programme de volontariat civil NATI-SAREL dans les différentes bases d’Israël.

Le Député Yoni Chetboun (membre du parti d’extrême droite israélienne « Le Foyer Juif ») (1), Président du Lobby Francophone de la Knesset, les a accueillis au Parlement israélien pour la cérémonie de clôture du programme avec la participation du Ministre du Logement Ouri Ariel (2) et des représentants de Tsahal.

 

Chetboun aux participants: «Je suis fier de vous. Vous avez fait le choix d’être volontaires et de venir soutenir Tsahal en ces jours difficiles. J’attends de vous, lorsque le moment sera le bon de faire le choix de nous rejoindre en tant que citoyens de l’Etat d’Israël. »

Yael Lantset, responsable de la logistique de Tsahal : « Le volontariat que vous avez réalisé dans les bases de l’armée a contribué grandement à la bonne préparation des forces combattantes sur le terrain. Lorsque nos soldats sont entrés à Gaza et qu’il a fallu rouvrir les réserves d’urgence, le matériel était à sa place, prêt et rangé avec précision. C’est en grande partie grâce aux volontaires de Sarel »,

·      Qu’a prévu la France pour les Djihadistes musulmans

François Hollande a promis que la France prendrait « toutes les mesures pour dissuader, empêcher, punir ceux ou celles » qui seraient tentés par le djihad :

Dans sa déclaration à l’Institut du Monde Arabe (IMA), le Président de la République annonce que  « La France déploiera tout un arsenal en utilisant toutes les techniques, y compris la cybersécurité ». Ainsi, seront utilisées les « techniques humaines qui consistent tout simplement à parler, à aller chercher dans les familles un certain nombre d'alertes qui nous permettent ensuite d'intervenir.

 

Suite à ces intentions, et pour face aux vagues de départ pour le Djihad en Syrie, le gouvernement français a instauré le 23 avril, une vingtaine de mesures pour empêcher que de jeunes Français n'aillent faire le djihad en Syrie. Parmi les mesures : repérer de façon précoce ces jeunes qui souhaitent partir pour combattre les forces de Bachar al-Assad.

·      Qu’en il pour ces départs de mineurs vers le Tsahal ?

Pour le moment, silence total des autorités française. Aucune déclaration, aucune émotion, indignation et autre appel solennel à la vigilance.

L’amitié indéfectible d’une classe politique pour l’État d’Israël n’est sans doute pas étrangère à cette vigilance à géométrie variable si l’on en croit le nombre d’élus impliqués dans cette « amitié indéfectible ». (3)

·      Jurisprudence « Djihadisme en Syrie »

Pourquoi ne pas envisager une interdiction administrative de sortie du territoire pour ces candidats à une politique de colonisation condamnée par les instances internationales, pour éviter qu’ils ne se radicalisent à l’extérieur, (au moyen d’une invalidation et d’une confiscation de leur passeport), et une information donnée aux compagnies aériennes qui auraient interdiction de les prendre à leur bord ?

Pourquoi, en cas de manquements, des mandats d’arrêts internationaux ne seraient pas décernés en leur endroit ?

(1)   Le Foyer juif est un parti politique nationaliste, conservateur et sioniste religieuxsitué à l'extrême droite du spectre politique israélien. Il est formé par la fusion du Parti national religieux, du Moledet et du Tkuma en novembre 2008, mais, peu après, ces deux dernières formations font sécession pour rejoindre l'Union nationale.

(2)   Malgré la reprise des négociations israélo-palestiniennes, Israël affirme qu'il va construire des "milliers" de logements dans les colonies de Cisjordanie. C'est ce qu'a affirmé ce mercredi le ministre du Logement, Uri Ariel. Il refuse refuse tout arrêt de la colonisation

(3)   http://www.assemblee-nationale.fr/qui/xml/organe.asp?id_organe=%2F13%2Ftribun%2Fxml%2Fxml%2Forganes%2F393070.xml

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.