Bonjour camarades


Après avoir pris connaissance de votre lettre de questionnement au sujet de mes articles pour lesquels vous me reprochez des plagiats littéraires, je tiens à vous informer que je ne m'attarderai pas sur une quelconque réponse à votre question car je répond dans un autre document joint, et pour les raisons suivantes :


1. Je considère ce questionnement qui précède probablement une mesure disciplinaire à mon égard est en soit l'application de deux poids deux mesures:
-Mohamed Oualidi 2 articles, publiés, 2 plagiats (100%)
- Labib El Titi, aucune référence de citée dans les articles (100%) et plagiat de nombreuses fois au delà de la règle scientifique des 25% que les chercheurs et les universités tolèrent en matière de plagiat.
-Abdallah El Harrif, aucune référence de citée dans les articles, qui auraient dû contenir au moins des référence à Marx, Engels ou Lénine (100%) et la reproduction suivant une intertextualité manifeste.


Et d'autres parmi ceux qui publient, qui ne daignent pas à citer des références dans leurs publications.
2. Mes articles sont epiés, mes publications espionnées, mes positions scrutées et donc ma liberté personnelle est perdues parce que j'exprime des avis différents de ceux qui se positionnent en gardiens du temple. Ma liberté d'expression et bailonnée. La Direction actuelle d'annahj ferme les yeux sur l'atteinte à ma liberté d'écriture.

3. Ma famille et moi même sont insultés publiquement et secrètement, ma personne est méprisée, mon honneur deconsidéré sans que la Direction d'annahj ne pipe mot.

À partir de ces éléments, et tant que cette orientation est à sa tête, j'ai décidé de quitter la Voie Démocratique en démissionnant et reprendre ma liberté pleine et entière que les nombreuses années, de plomb, d'exil et d'emprisonnement et de tortures n'ont pas atteint, et ce à partir de ce courriel.

Bonne réception

Dernier envoi le 22 Septembre 2020

Lettre accompagnant ma réponse aux questionnements à mon égard du secrétariat national. 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.