Et bien m'y voilà sur cette chose étrange : un blog !

Alors pour y entrer, je me suis dit que la meilleure façon était de commencer par ce qui nous est le plus commun : les mots, la langue, ce petit furet qui passe et repasse en changeant chaque fois d'apparence.

Et pour ouvrir le bal, je me suis amusée à réfléchir à deux mots : valeur et conviction, le premier ayant ponctué de nombreux discours (politiques) depuis quelques temps, et le deuxième s'étant fait bien rare. Cela, je l'avoue, m'a souvent agacée, comme si ce mot couvrait un non-dit, sorte de cache-sexe posé sur une virulence politique qu'on n'est plus prêt à assumer. Je me suis donc penchée sur leur étymologie car c'est souvent bien éclairant sur le devenir du langage et son utilisation dans la société.

Valeur : ce mot est d'abord utilisé pour désigner la qualité d'une personne qui a du mérite, qui est digne d'estime. Puis il en vient à signifier une quantité mesurable. Enfin au XIXème siècle, le mot désigne ce que le jugement personnel estime vrai, beau, bien, s'accordant plus ou moins avec lejugement de l'époque.

Conviction : ce mot a d'abord un sens juridique qui a un lien fort avec l'idée de prouver, de démonter (une culpabilité). Lorsqu'il est passé dans le domaine général (politique et religieux) au XVIIème siècle, il a pris le sens d'assurance, de certitude argumentée, proche de l'art de la persuasion.

Ce qui m'a intéressée, c'est de constater que le premier flirte avec une notion de morale et d'intuition alors que le second est plus du côté d'une affirmation capable de s'appuyer sur une argumentation, un montage d'idées.

L'idéal étant qu'un(e) homme/femme de conviction soit aussi un(e) homme/femme de valeur !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.