Après le covid-19, le Green deal européen sera juste ou ne sera pas

Mounir Satouri, député européen (EELV), est membre de la commission emploi et affaires sociales du Parlement européen. Il est rapporteur pour le projet de Fonds de Transition Juste, qui vise à apporter un soutien renforcé aux vieilles régions industrielles d’Europe pour réaliser la transition écologique.

La crise du covid-19 pourrait porter un coup fatal au projet de Green deal européen. Pour le sauver, il faut le rendre plus juste et renforcer sa dimension sociale. En renforçant les mécanismes de redistribution au sein de l’Union européenne, comme le futur Fonds de transition juste (FTJ) qui prévoit d’accompagner la transition écologique dans les régions industrielles vieillissantes, nous encouragerons l’adhésion des populations et de leur gouvernement à ce grand projet de société.

Le début de l’année 2020 a vu souffler un vent d’espoir historique en Europe. Autour du projet de Green deal (ou Pacte vert pour l’Europe), un consensus politique inédit a vu le jour entre les grandes institutions européennes pour engager l’Europe dans la transition écologique. L’objectif est d’investir 1000 milliards d’euros dans la transformation de notre modèle économique pour atteindre la neutralité carbone en 2050.

Las! La crise du covid-19 est venue gonfler les voiles des lobbies du monde d’avant et des égoïsmes nationaux. Les représentants des industries les plus polluantes entendent protéger leurs rentes de court terme et retarder les mutations nécessaires pour faire face aux dérèglements climatiques. Relayés par les conservateurs, ils ont engagé une bataille sémantique et culturelle pour faire du Green deal un accessoire superflu en période de crise.

La transition écologique serait devenue une lubie déraisonnable, un caprice dispendieux. On voudrait la réduire à des soins de confort alors qu’elle est le seul remède connu pour assurer la bonne santé de nos économies à long terme. Pourtant, c'est bien en limitant la prédation des ressources naturelles et en renforçant nos biens communs, dont font partie nos systèmes de santé, que nous limiterons et ferons face aux pandémies et aux épreuves de demain.

Or, comme l’ont montré les Gilets jaunes, la transition écologique ne s’impose pas. Elle passe par l’assentiment des populations. Il faut donc convaincre. Convaincre que l’effort sera justement partagé. Que personne ne sera laissé pour compte. Que ceux qui ont plus aideront ceux qui ont moins pour les accompagner dans leur transformation.

C’est le rôle du Fonds de Transition Juste (FTJ), qui prévoit de mobiliser 7,5 milliards d’euros sur la période 2021-2027 à destination des régions industrielles les plus concernées par la transition écologique. Si une grande partie des fonds seront légitimement orientés vers les régions charbonneuses des pays de l’Est, comme la Silésie en Pologne, jusqu’à 400 millions d’euros pourraient être débloqués en France, dans les Hauts-de-France ou les Bouches-du-Rhône.

Reste à définir ce qui pourra exactement être financé dans le cadre de ce nouveau Fonds de transition juste. Pour les élus écologistes du Parlement européen, le FTJ devra se concentrer prioritairement sur l’humain et le mieux-être social, en distribuant non seulement des aides aux entreprises mais également des aides aux personnes.

Par exemple, si une usine change sa chaîne de production pour produire les pièces détachées d’une éolienne plutôt que d’une voiture, il s’agira également de former et d'accompagner les salariés dans cette transformation.

L'ambition et les moyens de ce Fonds de Transition Juste feront l’objet de vifs débats au niveau européen entre mai et septembre 2020. Pour sauver le Green deal, les écologistes défendront un renforcement des outils communautaires assurant une plus grande égalité et le maintien de l’ambition environnementale pour tous les territoires d’Europe. Europe écologique et Europe sociale, même combat !

Mounir Satouri, député européen EELV, membre de la commission de l’emploi et des affaires sociales (EMPL), rapporteur pour le Fonds de Transition Juste (FTJ)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.