M Tessier
Лентяй (fainéant), бывший неудачник (ex- loser), негодяй (vaurien), самозванец (imposteur), лицемер (hypocrite), категоричный (péremptoire), retraité sans gloire, probable escroc, possible usurpateur, politiquement suspect, traducteur très amateur de littérature russe.
Abonné·e de Mediapart

307 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 avr. 2017

M Tessier
Лентяй (fainéant), бывший неудачник (ex- loser), негодяй (vaurien), самозванец (imposteur), лицемер (hypocrite), категоричный (péremptoire), retraité sans gloire, probable escroc, possible usurpateur, politiquement suspect, traducteur très amateur de littérature russe.
Abonné·e de Mediapart

Trois nouvelles de Friedrich Gorenstein (1932–2002)

Deux récits tout de suite, pour faire découvrir cet auteur. Le troisième, plus long, ultérieurement.

M Tessier
Лентяй (fainéant), бывший неудачник (ex- loser), негодяй (vaurien), самозванец (imposteur), лицемер (hypocrite), категоричный (péremptoire), retraité sans gloire, probable escroc, possible usurpateur, politiquement suspect, traducteur très amateur de littérature russe.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’auteur m’a été signalé sur Mediapart par Raoul Olivier, que je remercie. C’est un auteur russo-soviétique de culture et de religion juive.Ce dernier point le différenciant de Vassili Choukchine, avec lequel il présente de nombreux points communs, mais Choukchine est mort plus jeune, et lui avait été publié de son vivant en Urss et jouissait d’une notoriété certaine, contrairement au pauvre Gorenstein, poussé à l’émigration en 1980, au moment où l’Urss de Brejnev avait envahi l’Afghanistan : https://fr.wikipedia.org/wiki/Friedrich_Gorenstein

Les trois nouvelles qui suivent ont été publiées par « Le nouveau journal » le 17 mars 2017, sous le titre : Le retour de l’homme invisible.

Le premier et très court récit s’inscrit dans la veine comique des nouvelles de Mikhaïl Zochtchenko, ces dernières remontant aux années vingt. Le deuxième récit est un petit conte de plus grande portée.

Le penseur  

Friedrich Gorenstein, date inconnue.

Pensif et distrait , le vacancier se promenait à vélo dans la campagne. Soudain deux hommes bondirent de derrière les arbres, l’un attrapant la bicyclette par le guidon et le deuxième agrippant la selle. 

— On dirait qu’on m’a arrêté, émit le vacancier en leur glissant un regard distrait. 

Le type de l’avant imprima une secousse au vélo, et le vacancier se retrouva par terre, dans la poussière. 

— On dirait qu’on m’a fait tomber, émit cette fois le vacancier en rajustant ses lunettes. 

L’homme de derrière lui arracha son manteau. 

— On dirait qu’on m’a pris mon manteau, fit le vacancier, sans nier ni confirmer positivement l’événement. 

Le premier homme lui flanqua un grand coup de poing sur l’oreille. 

— On m’a frappé ? Se demanda le vacancier qui avait vu trente-six chandelles. 

Le même homme sauta sur la selle de la bicyclette, son acolyte en manteau bondit sur le porte-bagages, et ils déguerpirent en vitesse. 

— Les voilà partis, on dirait, remarqua le vacancier songeur en observant le nuage de poussière. 

Il s’assit sur le bas-côté de la route en dodelinant de la tête et, plissant le front, se mit à scruter l’horizon. 

— Pour résumer, dit-il, on m’a arrêté, c’est indéniable… On m’a jeté à bas du vélo, c’est tout aussi clair, on m’a arraché mon manteau – c’est incontestable – on m’a frappé – aucun doute n’est permis – et ces gens sont partis – les faits le confirment… Si l’on rassemble ce qui vient d’être énoncé, on obtient un tableau assez clair… Le vacancier bondit sur ses pieds, un terrible soupçon lui venant à l’esprit, et se frappa le front de la paume de sa main – Nous sommes en présence d’un vol… Un vol, cria-t-il, déchiré par le désespoir. Des voleurs… Ils viennent de dévaliser quelqu’un… Agitant les bras, il se mit à courir le long de la route, mais la poussière soulevée par la bicyclette était retombée depuis longtemps, le soleil brillait paisiblement et les oiseaux pépiaient dans les buissons.

Le non-violent 

Friedrich Gorenstein, date inconnue. 

Un brave homme à la bouille ronde et portant chapeau rencontra une vraie bête sauvage à la mâchoire carrée et aux gros poings ne demandant qu’à sortir de leur désœuvrement. C’était dans un endroit écarté et à une heure tardive, avec un coin de lune pour seul témoin.

La bête féroce examinait soigneusement, en vrai loup jaugeant la situation, où porter son attaque. L’homme répondait à ce regard par un bon sourire confiant. 

— Donne-moi du tabac, fit la bête en veine d’originalité. 

— Tout de suite, dit joyeusement l’homme qui sortit de sa poche un paquet de cigarettes. 

— Du feu. 

Toujours réjoui, l’homme battit son briquet. La bête prit le briquet et alluma sa cigarette d’un air méchant et songeur, ne voyant pas comment poursuivre. 

— Ça doit te vexer, que je t’aie pris ton briquet ? demanda-t-il avec espoir. 

— Mais pas du tout, voyons, rétorqua chaleureusement l’homme – je l’avais sur moi dans ce but : il pourrait plaire à quelqu’un. 

— Tu te fous de moi ? demanda nerveusement la bête.

— Pensez-vous, fit l’autre avec un bon sourire – je me réjouis de notre rencontre, c’est tout. 

— Et le chapeau, c’est pour quoi faire ? 

— C’est vrai qu’il fait chaud… Je l’enlève… 

— Et les lunettes ? 

— Je les range dans leur étui… Voyez comme c’est pratique… 

— Mouais, hésita de nouveau la bête, perdant de nouveau le fil de la conversation – mouais… Tu m’as l’air d’un parfait salaud… 

— Vous savez, répondit l’homme d’un air songeur, votre remarque semble, nonobstant un style un peu rugueux, tout à fait vraisemblable et d’une grande objectivité. 

— T’as l’air complètement idiot ! reprit la bête. 

— Et cette dernière observation, répondit l’homme, toujours pensif, n’est pas du tout subjective et pourrait fort bien se rapprocher de la vérité… 

La bête en resta stupéfaite et recula, désemparée, puis brusquement, rendue tout-à-fait furieuse, se précipita pour que ses poings puissent se désennuyer sur le bon visage exprimant déjà du remords. L’homme poussa un cri mais, surmontant sa douleur, sourit à nouveau et dit avec sincérité : 

— Il est clair que je vous ai offensé… Vous me tapez dessus, je suis donc coupable… 

La bête se tint un moment comme plongée dans une légère rêverie, puis se recula pour prendre son élan et, s’emportant davantage encore, se mit à frapper avec une énergie redoublée, non plus à coups de poing, mais à coups de pied. 

L’homme, courbé en deux, porta les deux mains à son ventre, mais il se redressa bien vite et, retrouvant le sourire, déclara avec franchise : 

— Visiblement, je sous-estime ma faute envers vous… 

Alors la bête, surmontant le tremblement étrange qui l’envahissait, rassembla ses forces et, faisant de grands efforts, cogna du torse, de la tête, des pieds et des genoux, au point que l’homme se mit à tourner comme une toupie. Sa rotation ralentit peu à peu et, sur son visage, reparut son inaltérable sourire plein de culpabilité. 

— Vos actes, prononça l’homme impassible, mais zézayant tout de même un peu, en raison de deux dents cassées, vos actes sont tellement conformes aux lois et à la justice que leur opposer de la résistance serait faire preuve de myopie historique… 

La bête tressaillit, se mit à gigoter, à émettre des gargouillis, de sa poitrine s’échappa un hurlement haineux qui tourna soudain au gémissement, puis au glapissement plaintif et, jetant par terre le briquet qui ne lui appartenait pas et perdant sa propre casquette, elle battit en retraite comme saisie de folie, écrasant des buissons au passage. 

— C’est dommage, dit l’homme en suivant d’un bon regard plein de scrupules son interlocuteur en train de s’esquiver et en appuyant un mouchoir sur son nez ensanglanté – dommage que ma faute à son égard n’ait pu être tirée au clair, afin que je puisse la racheter…  

L’arrestation d’un antisémite

(Histoire vraie)

Friedrich Gorenstein, autour de 1999 

Voir le billet suivant...

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
« CNR santé » : la désertification médicale fait dérailler le grand raout institutionnel
Difficile de bien qualifier le Conseil national de la refondation, dans sa version santé, lancé dans la Sarthe. Devant 500 personnes, le ministre de la santé a appelé les « territoires » à trouver leurs « propres solutions ». Des habitants sans médecin traitant ont tenté de rappeler à l’État ses obligations.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Santé
En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicales
Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet
Journal
Guerre en Ukraine : des Français collaborent avec la « justice » de Poutine
Depuis le lancement de l’invasion de l’Ukraine, plusieurs militants français d’extrême droite fabriquent des preuves de crimes de guerre ukrainiens pour un faux tribunal russe.
par Elie Guckert
Journal — Moyen-Orient
« Les foules iraniennes exigent de séparer le gouvernement de la religion »
Pour le philosophe Anoush Ganjipour, les manifestations en Iran exigent que le pouvoir des mollahs abandonne sa mainmise sur l’espace public. Une telle revendication d’une sécularisation, moderne, procède des injustices commises par la République islamique.
par Antoine Perraud

La sélection du Club

Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost
Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel
Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan