M Tessier
Лентяй (fainéant), бывший неудачник (ex- loser), негодяй (vaurien), самозванец (imposteur), лицемер (hypocrite), категоричный (péremptoire), retraité sans gloire, probable escroc, possible usurpateur, politiquement suspect, traducteur très amateur de littérature russe.
Abonné·e de Mediapart

307 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 mai 2018

M Tessier
Лентяй (fainéant), бывший неудачник (ex- loser), негодяй (vaurien), самозванец (imposteur), лицемер (hypocrite), категоричный (péremptoire), retraité sans gloire, probable escroc, possible usurpateur, politiquement suspect, traducteur très amateur de littérature russe.
Abonné·e de Mediapart

De Lermontov à Mandelstam...

Deux poésies au style fort différent, écrites à quatre-vingts ans d'intervalle. La seconde fait écho à la première, avec une sorte de tristesse ironique...

M Tessier
Лентяй (fainéant), бывший неудачник (ex- loser), негодяй (vaurien), самозванец (imposteur), лицемер (hypocrite), категоричный (péremptoire), retraité sans gloire, probable escroc, possible usurpateur, politiquement suspect, traducteur très amateur de littérature russe.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

     Il est très difficile de rendre dans notre langue la musicalité du vers russe, fondée sur l’assonance incessante et le rythme imposé par les coups de marteau de l’accent tonique. Cela fournit une excuse commode pour éviter de chercher à reconstituer la rime, le plus souvent de façon artificielle et en s’écartant parfois fortement du texte initial.

     Voici deux poèmes que sépare un intervalle de quatre-vingts ans, rempli de morts, de bruit et de fureur. Le premier est dû à Mikhaïl Liermontov, celui qui sut pleurer Pouchkine et devint célèbre du jour au lendemain dans la Russie entière. Les derniers vers rappellent Pouchkine, et le désenchantement du début trouvera un écho dans maints poèmes d’un autre suicidaire, Serge Essénine. Suicidaire, car Lermontov, persécuté par le tsar Nicolas Ier qui le hait depuis son éloge funèbre de Pouchkine, va par lassitude chercher la mort dans un duel, en juillet 1841, quelques semaines après la rédaction du poème…

     Le second est l’œuvre d’Ossip Mandelstam et date de 1921 : l’acméisme a été emporté (à moins qu’il ne soit sur la crête de la vague, les images du poème peuvent le suggérer) par la tourmente de 1917 et Goumiliov a été fusillé, ou va bientôt l’être  – malgré l’intervention de Gorki.  Mandelstam impose le silence, quatre-vingts ans après, aux étoiles que laissait encore converser Lermontov. Dans une gare transparente où le métal est réenchanté par les violons (ceux de Chagall ?)  erre une ombre…  Faut-il y voir, de même que dans le mutisme des étoiles, une prémonition de sa propre mort, qui surviendra dix-sept ans plus tard, d’épuisement, sur la route menant aux camps de la Kolyma ?

Je vais seul sur la route

(Mikhaïl Liermontov)

Je vais seul sur la route ;

Le silex du chemin brille à travers le brouillard ;

La nuit est paisible. Le désert prête l’oreille à Dieu,

Et l’étoile bavarde avec l’étoile.

Les cieux sont  étrangement solennels !

La terre dort dans un rayonnement bleuté…

Pourquoi tant de douleur en moi, et tant de peine ?

Est-ce une attente, ou un regret ?

De la vie, je n’attends plus rien,

Et je ne regrette absolument rien ;

Je cherche la liberté et le repos !

J’aimerais tout oublier et m’endormir !

Mais pas du froid sommeil de la tombe…

Je voudrais m’endormir à jamais,

Et que sommeillent en moi les forces de la vie,

Que la respiration soulève ma poitrine, sans bruit ;

Que, suave à mon oreille, et la nuit et le jour,

Ma voix chante doucement l’amour,

Qu’au-dessus de moi toujours reverdisse

Le chêne sombre, qu’il s’incline et bruisse.

Le concert dans la gare

(Ossip Mandelstam)

L’air est irrespirable, et le ciel grouille de vers,

Et pas une seule étoile ne parle,

Mais Dieu peut voir la musique au-dessus de nos têtes,

La gare vibre du chant des Muses,

Et de nouveau fusionne l’air des violons,

Que déchire le sifflement des locomotives.

Immense jardin. Globe vitré de la gare.

Un monde de fer à nouveau sous le charme.

Vers le bruyant festin de l’Élysée embrumé

Se transporte le wagon avec solennité.

Un cri de paon, le grondement d’un piano –

Je suis arrivé trop tard. J’ai peur. C’est un rêve.

Et j’entre dans la forêt de verre de la gare,

La formation des violons pleure, en plein désarroi.

Âpre commencement du chœur nocturne,

Odeur de roses dans les serres en décomposition

Où passa la nuit, sous le ciel de verre,

Une ombre chère, au sein des foules nomades.

Et j’en ai la vision : plongé dans la musique et l’écume,

Le monde de fer tremble, si misérable.

Je m’appuie contre le verre de l’entrée.

La vapeur brûlante aveugle la prunelle des archets.

Où vas-tu donc ? Au banquet funèbre de l’ombre chérie,

Pour la dernière fois la musique aura pour nous retenti.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Élections italiennes : après Draghi, l’extrême droite
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Face à la colère du peuple, le régime iranien choisit la fuite en avant répressive
Les unités organisant la répression sont multiples et impitoyables mais n’arrivent toujours pas à mater des manifestants qui n’exigent plus seulement la fin du voile obligatoire, mais celle du régime.
par Jean-Pierre Perrin
Journal
Énergies renouvelables : un projet de loi au détriment du vivant
En pleine crise énergétique, le gouvernement présente dans l’urgence un projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire. Un texte taillé pour les industriels, et qui sacrifie la biodiversité comme la démocratie participative.
par Mickaël Correia
Journal
Amnesty International dénonce le rôle de Facebook dans les exactions contre les Rohingyas
L’ONG publie un rapport documentant comment, en 2017, le réseau social a été incapable de modérer les messages appelant à la discrimination ou au meurtre des membres de cette minorité ethnique de confession musulmane, et les a même promus via ses algorithmes. Elle demande à sa société mère, Meta, de les indemniser.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Éducation
Revalorisation salariale : les enseignants se méfient
Plusieurs enseignants, très circonspects sur la réalité de la revalorisation salariale promise par Emmanuel Macron, seront en grève le 29 septembre 2022, dans le cadre d’une journée interprofessionnelle à l’appel de diverses organisations syndicales. La concertation annoncée pour le mois d’octobre par le ministre Pap Ndiaye sur le sujet s’annonce elle aussi houleuse.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
Les « bonnes » victimes et les « mauvaises »
Elles en ont de la chance, ces consœurs qui savent reconnaître « les bonnes victimes » des « mauvaises victimes ». Les « vraies victimes » des « fausses victimes ». Les « justes combats » des « mauvais combats ». Elles ont de la chance ou un test ou une poudre magique. Moi, je n’ai pas ça en magasin.
par eth-85
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org