M Tessier
Лентяй (fainéant), бывший неудачник (ex- loser), негодяй (vaurien), самозванец (imposteur), лицемер (hypocrite), категоричный (péremptoire), retraité sans gloire, probable escroc, possible usurpateur, politiquement suspect, traducteur très amateur de littérature russe.
Abonné·e de Mediapart

307 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 mai 2016

M Tessier
Лентяй (fainéant), бывший неудачник (ex- loser), негодяй (vaurien), самозванец (imposteur), лицемер (hypocrite), категоричный (péremptoire), retraité sans gloire, probable escroc, possible usurpateur, politiquement suspect, traducteur très amateur de littérature russe.
Abonné·e de Mediapart

Une mésaventure (Anton Tchékhov)

Encore une nouvelle de 1888, habituellement traduite sous le titre : "Un désagrément"...

M Tessier
Лентяй (fainéant), бывший неудачник (ex- loser), негодяй (vaurien), самозванец (imposteur), лицемер (hypocrite), категоричный (péremptoire), retraité sans gloire, probable escroc, possible usurpateur, politiquement suspect, traducteur très amateur de littérature russe.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une mésaventure ( Anton Tchékhov )

Cette nouvelle date, comme La steppeLueurs et d’autres, de 1888. C’est l’un des nombreux récits inspirés à l’auteur par sa pratique médicale. Cette troublante nouvelle fut, à l’époque, appréciée par la critique, et a été plusieurs fois traduite en français, sous le titre Un désagrément, notamment par Denis Roche en 1923 et par Edouard Parayre pour l’édition de Tchékhov dans la Pléiade en 1970. En voici une nouvelle traduction.

Tchékhov effleure ici, au moyen d’une sorte de fait divers agrémenté des affres de l’intellectuel qu’est le médecin (l’auteur fourrant son lecteur dans la tête de ce quasi-narrateur), la question sociale, celle qui hante toute l’intelligentsia russe au long du dix-neuvième siècle – réflexions qui conduiront au terrorisme de la Narodnaïa Volia puis des Socialistes-révolutionnaires, pour s’achever par le deuxième Que faire ?, celui de Lénine, avec son sinistre héritage. L’auteur étale surtout ici sa propre perplexité (à comparer à celle de Lévine-Tolstoï dans Anna Karénine, qui se réfugie dans un mélange de populisme paysan et de vague religiosité), ses incertitudes devant l’ivrognerie, la misère et l’injustice. Dans moins de deux ans, il partira pour l’île des bagnards, Sakhaline…

La mésaventure

Grigori Ivanovich Ovtchinnikov,  médecin de zemstvo1 âgé de quelque trente-cinq ans, cachectique et nerveux, connu de ses collègues pour de petites études d’épidémiologie et pour le brûlant intérêt qu’il prenait à ce que l’on désigne sous le nom de « question sociale », faisait ce matin-là, dans son hôpital, le tour des salles de malades. Le suivait comme d’habitude son assistant, l’aide-médecin Mikhaïl Zakharovitch, homme d’un certain âge au visage empâté, aux cheveux plats et gras et avec une boucle à l’oreille.

Le docteur venait à peine de commencer ce tour des salles qu’un détail lui parut fort suspect : le gilet de son assistant bouffait, faisant des plis et se retroussant obstinément, malgré tous les efforts de l’aide-médecin pour le rajuster et rectifier sa tenue. La chemise de l’assistant était toute froissée, partant elle aussi dans tous les sens ; on voyait de la poussière sur sa longue redingote noire, sur son pantalon et même sur sa cravate… Il était clair que l’assistant avait dormi sans s’être déshabillé et, à en juger par son expression lorsqu’il s’efforçait de rajuster son gilet et sa cravate, ses habits l’incommodaient.

Le docteur l’observa attentivement et comprit de quoi il retournait. L’aide-médecin ne titubait pas, répondait de façon cohérente aux questions posées, mais son visage d’une sombre stupidité, ses yeux éteints, le tremblement qu’on lui voyait au cou et aux mains, le désordre de sa tenue et surtout les efforts intenses qu’il faisait sur lui-même dans le désir de cacher son état – tout indiquait qu’il sortait à peine de son lit, qu’il avait peu dormi et qu’il était ivre, d’une lourde ivresse datant de la veille… Il empestait l’alcool, souffrait de son état et, visiblement, était fort mécontent de lui.

Le docteur, qui avait déjà quelques raisons de ne pas aimer son assistant, éprouva un violent désir de lui envoyer : « Je le vois bien, que vous êtes ivre ! » Le gilet, la redingote à longues basques et la boucle enfoncée dans cette oreille charnue le dégoûtèrent soudain, mais il se contint et dit avec sa douceur et sa politesse coutumières :

— Guérassime a eu son lait ?

— Oui monsieur… répondit tout aussi doucement Mikhaïl Zakharytch2.

Tout en discutant avec le malade Guérassime, le docteur jeta un coup d'oeil à sa feuille de température et, en proie à un nouvel accès de haine, retint sa respiration pour garder le silence, mais ne put y tenir et s’exclama, hors d’haleine :

— Pourquoi n’a-t-on pas inscrit la température ?

— Si monsieur, on l’a inscrite ! fit doucement Mikhaïl Zakharytch, lequel, s’étant convaincu, en examinant la feuille, que la température manquait bel et bien, haussa les épaules et marmonna, désemparé : Je ne sais pas, monsieur, sans doute que Nadiéjda Ossipovna…

— Celle d’hier soir n’est pas non plus inscrite ! reprit le docteur.  Vous soûler c’est tout ce que vous savez faire, que le diable vous emporte ! Et, en cet instant, vous êtes soûl comme un cochon! Où est Nadiéjda Ossipovna ?

Pas trace de la sage-femme Nadiéjda Ossipovna nulle part, alors qu’elle devait théoriquement être là chaque matin pour la pose des pansements. Jetant un coup d'oeil à la ronde, le docteur eut l’impression que la salle n’avait pas été rangée, que tout y était éparpillé au petit bonheur, sans aucun ordre, chiffonné, gondolé et couvert de poussière à l’instar du répugnant gilet de l’aide-médecin, il eut envie d’arracher son tablier blanc, se mettre à crier, tout laisser tomber, cracher par terre et s’en aller. À la place, il fit effort sur lui-même et poursuivit sa visite.

Après Guérassime s’offrait un cas chirurgical, un malade présentant une inflammation des tissus du bras droit. Il fallait refaire son bandage. Le docteur s’assit sur un tabouret à côté du malade et entreprit son bras.

« C’est hier qu’ils ont dû célébrer la fête de l’un d’entre eux…, se dit-il en enlevant avec précaution le pansement.  Attendez un peu, je vais vous en coller, des fêtes ! D’ailleurs, que puis-je faire ? Rien du tout. » 

Il tâta l’abcès sur le bras tout rouge et enflé, et dit :  « Scalpel ! » 

Mikhaïl Zakharytch, tentant de prouver qu’il tenait fermement sur ses jambes et était apte au service, se précipita et tendit au plus vite un scalpel. « Pas celui-ci ! Donnez-moi l’un des nouveaux,  fit le docteur.  » L’aide-médecin trotta vers une chaise sur laquelle se trouvait le casier à pansements et se mit à farfouiller frénétiquement dans celui-ci. Il échangea un bon moment des chuchotements avec les gardes-malades, déplaça le casier avec des frôlements, fit tomber quelque chose à deux reprises, tandis que le docteur, toujours assis, attendait, fortement agacé par ces petits bruits et ces chuchotis. 

 « Alors, ça vient ?  demanda-t-il. C’est à croire que vous les avez laissés en bas… »

L’assistant s’approcha en hâte et lui tendit deux scalpels, lui envoyant par mégarde au passage son haleine dans la figure.

— Pas ceux-là !   dit le docteur avec irritation.  Je vous l’ai dit clairement, donnez-moi l’un des nouveaux. Et puis non, allez-vous en, allez cuver, vous puez, on se croirait dans un assommoir ! Vous êtes un irresponsable !

— Vous voulez quels couteaux, à la fin ?  demanda d’un air excédé l’aide-médecin, haussant légèrement les épaules.

Il était mécontent de lui, et se sentait gêné d’être la cible des regards des malades comme des gardes-malades ; pour cacher cette honte, il eut un petit rire forcé et répéta :

 « Vous voulez quels couteaux, à la fin ? »

Le docteur sentit les larmes lui venir aux yeux et ses doigts se mettre à trembler. Il se maîtrisa et proféra d’une voix mal assurée :

— Allez-vous en, allez cuver ! Je n’ai aucune envie de discuter avec un homme en état d’ivresse…

— Vous n’avez le droit de me réprimander qu’en ce qui concerne le service, reprit l’aide-médecin, et, s’il se trouve, mettons, que j’ai bu un coup de trop, nul n’a le droit de me le reprocher. Je fais mon travail, non ? Qu’est-ce qu’il vous faut de plus ? Je fais mon travail, non ?

Le docteur s’élança et, sans se rendre compte de ce qu’il faisait, leva la main et le frappa au visage de toutes ses forces. Sans bien comprendre ses propres intentions, il ressentit un vif plaisir à sentir son poing s’écraser au beau milieu du visage de l’assistant et à voir celui-ci, homme d’un certain âge, posé, père de famille, dévot et quelque peu vaniteux, ébranlé et se balançant comme un pendule, s’asseoir finalement sur le tabouret. Il avait une envie folle de le frapper encore mais, apercevant à côté du visage haï de l’aide-médecin les faces blêmes et alarmées des gardes-malades, il cessa d’éprouver ce plaisir, agita la main et quitta précipitamment la pièce.

Il rencontra dans la cour, se rendant à l’hôpital, Nadiéjda Ossipovna, demoiselle de vingt-sept ans au visage crème et à la chevelure indisciplinée. Sa robe d’indienne rose se resserrait dans le bas, ce qui la faisait marcher à petits pas rapides. Elle levait les épaules au rythme de sa démarche froufroutante, battant la mesure de la tête comme si elle fredonnait en elle-même une chanson joyeuse.

« Tiens, voici l’ondine ! »  se dit le docteur, se rappelant qu’à l’hôpital, c’est ainsi qu’on baptisait la sage-femme, pour la taquiner, et il éprouva une sensation agréable à la pensée qu’il allait mettre en pièces cette créature élégante et narcissique allant à pas menus. 

« Où étiez-vous disparue ?  cria-t-il en arrivant à sa hauteur.  Comment se fait-il que vous ne soyez pas à l’hôpital ? La température n’a pas été relevée, il y a du désordre partout, l’aide-médecin est ivre, vous, vous dormez jusqu’à midi ! …Vous voudrez bien vous chercher une autre place ! Vous ne travaillez plus ici !  » 

Une fois arrivé dans son logement de fonction, le docteur enleva son tablier blanc ainsi que le linge qui lui ceignait les reins, les jeta tous deux de côté d’un geste rageur et se mit à marcher de long en large dans son cabinet de travail.

« Seigneur, qu’est-ce que c’est que ces gens, mais qu’est-ce que c’est que ces gens ?  fit-il.  Pas des assistants, mais des bousilleurs ! Je n’ai plus la force de travailler ici davantage ! Je n’en peux plus ! Je vais partir ! »

Son cœur battait lourdement, il tremblait de tout son corps et avait envie de pleurer, et, pour chasser ses sensations, il entreprit de se calmer en se disant que le bon droit était de son côté et qu’il avait bien fait de frapper l’aide-médecin. Déjà, c’état moche que celui-ci n’ait obtenu son poste que grâce à la protection de sa tante, nounou chez le président du zemstvo – il lui est arrivé d’observer avec dégoût comment cette tante influente, venant parfois se faire soigner à l’hôpital, s’y comporte comme chez elle et exige qu’on s’occupe d’elle avant tous les autres malades. L’aide-médecin est un homme indiscipliné, assez ignorant et le peu qu’il sait, il ne le comprend pas. Ce n’est pas quelqu’un de sobre, il est insolent, malpropre, il ramasse des pots-de-vin auprès des malades et revend en douce les médicaments du zemstvo.  On sait très bien qu’il a une clientèle privée et soigne les maladies honteuses des jeunes messieurs, avec ça, il a ses méthodes à lui. Ce serait plus simple si c’était un simple charlatan comme on en voit pas mal, mais c’est un charlatan convaincu, un opposant masqué. En cachette du docteur, il pose des ventouses aux arrivants et leur fait des saignées, il vient opérer sans se laver les mains et pose dans les blessures des sondes toujours malpropres – en voilà assez pour comprendre à quel point il méprise hardiment la médecine pratiquée par le docteur, dont il prend l’érudition pour du pédantisme.

Ayant attendu que ses doigts arrêtent de trembler, le docteur s’assit à son bureau et rédigea une lettre au président du zemstvo : « Très estimé Lev Trofimovitch ! Si, à réception de la présente, votre bureau ne renvoie pas l’aide-médecin Smirnovski et ne m’accorde pas le droit de choisir moi-même mes adjoints, alors je serai au regret de devoir vous prier de ne plus voir en moi le médecin de l’hôpital de N… et de vous préoccuper de me trouver un successeur. Toute ma considération à Liouba Fiodorovna ainsi qu’à Youss. Respectueusement, G. Ovtchinnikov. » En relisant cette lettre, le docteur la trouva brève et d’une froideur insuffisante. De plus, la considération pour Liouba Fiodorovna et Youss (sobriquet du plus jeune fils du président) n’avait vraiment pas sa place dans une lettre relative au service, dans un courrier officiel.

« Pourquoi diable y fourrer Youss ? »  pensa le docteur, qui déchira la lettre et se mit à réfléchir à une nouvelle version.  « Monsieur… » — méditait-il, assis devant la fenêtre ouverte et observant les canards avec leurs canetons qui, se dandinant et trébuchant, se hâtaient le long du chemin, se dirigeant sans doute vers l’étang ; l’un des canetons ramassa sur le sol un ver, s’étrangla et poussa un piaillement apeuré ; un autre lui fonça dessus, lui retira le ver du bec pour s’étrangler à son tour… Au loin, vers la palissade, dans la dentelle ajourée de l’ombre que jetaient sur l’herbe les jeunes tilleuls, Daria, la cuisinière, cueillait de l’oseille pour la soupe… Des bruits de voix… c’était Zot, le cocher, une bride à la main, et Manouïlo, un moujik de l’hôpital, en tablier sale, qui discutaient en riant devant la remise.

« Ils doivent parler du coup que j’ai flanqué à mon assistant… se dit le docteur.  Le scandale va faire le tour du district avant ce soir… Par conséquent : "Monsieur ! Si votre bureau ne renvoie pas…"  »

Le docteur savait parfaitement qu’en aucun cas le bureau du zemstvo ne lui préférerait son assistant, et que ces administrateurs se passeraient complètement d’aide-médecin dans le district plutôt que de se priver d’un homme aussi éminent que le docteur Ovtchinnikov. Le plus vraisemblable était qu’à la réception de sa lettre, Lev Trofimovitvh sauterait dans sa troïka pour venir le voir :  « Qu’avez-vous en tête, mon petit père ? Que le Christ veille sur vous, qu’est-ce que ça veut dire, mon petit pigeon ? Pourquoi cela ? En quel honneur ? Où est l’autre ? Qu’on m’amène cette canaille !  Qu’on le chasse ! Qu’on le chasse, un point c’est tout ! Dès demain, ce salopard ne doit plus être ici ! » Après quoi, il déjeunerait avec le docteur, puis il irait s’allonger sur le divan framboise que voilà et, étendu sur le dos, un journal sur les yeux, se mettrait à ronfler ; après un bon petit somme, il boirait du thé et ramènerait le docteur passer la nuit chez lui. Et l’histoire s’arrêterait là, sans que l’aide-médecin soit renvoyé ni que le docteur ne parte à la retraite.

En son for intérieur, un tel dénouement était loin de plaire au docteur. Il souhaitait plutôt le triomphe de la tante de l’aide-médecin, et que le bureau du zemstvo, en dépit de ses huit années de bons et loyaux services, le mette d’un seul coup, comme à plaisir, à la retraite. Il se voyait déjà quitter cet hôpital familier, écrire une lettre au journal « Le médecin » et recevoir des messages de sympathie des confrères…

L’ondine fit son apparition sur le chemin. Marchant à petits pas, dans le froufrou de sa robe, elle s’approcha de sa fenêtre pour lui demander :

« Grigori Ivanytch, vous vous occuperez vous-même de recevoir les malades, ou vous voulez que nous nous en chargions ? »

Et ses yeux lui disaient :  « Tu t’es emporté, et maintenant, te voilà calmé et tu as honte, mais je suis magnanime et je fais comme si de rien n’était ».

« Très bien, j’arrive, répondit-il. »

Il remit son tablier, ceignit de nouveau le linge et revint à l’hôpital.

« C’est mauvais, de m’être enfui après l’avoir frappé… »  pensait-il en chemin.  Cela ressemble à de la confusion, ou de la frayeur… Je me suis comporté comme un lycéen… Très mauvais ! »

Il avait l’impression qu’à son retour dans la salle, les malades ressentiraient de la gêne à le regarder, et que lui-même en éprouverait de la honte, mais à son entrée, les malades, tranquillement allongés sur leur lit, firent à peine attention à lui. Sur le visage de Guérassime, le phtisique, se lisait une complète indifférence, il semblait dire: « Il t’a tenu tête, tu lui as donné une petite leçon… Il faut ce qu’il faut, mon petit père. »

Au bras enflammé, le docteur incisa deux abcès avant de refaire le bandage, puis il passa dans la section féminine, où l’attendait une femme qu’il avait opérée à l’œil, suivi tout ce temps par l’ondine qui l’assistait en faisant mine qu’il ne s’était rien passé et que tout allait bien. Le tour des salles fut suivi de la réception des malades entrants. La fenêtre était grande ouverte dans la petite salle d’accueil du docteur. En se penchant sur le rebord, on pouvait voir, à une archinede distance, l’herbe tendre. À cause de la grosse averse orageuse d’hier, voilà l’herbe toute luisante et froissée Le sentier passant quasiment sous la fenêtre et menant au ravin semble rincé, la vieille vaisselle cassée de la pharmacie, éparpillée des deux côtés, est toute propre elle aussi, elle aveugle en renvoyant, comme par jeu, les rayons du soleil. Un peu plus loin, derrière le sentier, se profilent les jeunes sapins collés l’un contre l’autre, tout de vert revêtus, puis, encore plus loin, les bouleaux aux troncs tout blancs, à travers leurs feuilles que le vent balance on aperçoit en abîme le bleu du ciel. Quand on met le nez à la fenêtre, les étourneaux qui sautillent sur le sentier tournent la tête, effarés et stupides, se demandant : faut-il avoir peur ? Ayant choisi la peur, ils s’envolent l’un derrière l’autre avec un cri joyeux, très amusés par ce docteur qui ne sait pas voler, et vont se percher à la cime des bouleaux…

Le frais parfum de cette journée de printemps parvient à percer l’odeur forte de l’iodoforme… Il fait bon respirer !

« Anna Spiridonova ! » appela le docteur.

Une jeune femme en robe rouge entra dans la pièce et adressa une prière à l’icône. 

« Où avez-vous mal ? » s’enquit le docteur.

La femme loucha d’un air méfiant sur la porte qu’elle venait de  franchir et sur celle menant à la pharmacie, s’approcha du docteur et chuchota :

« Je n’ai pas d’enfants ! » 

« Qui ne s’est pas encore fait inscrire ?  cria l’ondine depuis la pharmacie. Venez vous faire inscrire ! » 

« C’est d’autant plus une bourrique,  se disait le docteur tout en examinant la jeune femme, que, par sa faute, je me suis bagarré, ce qui ne m’était jamais arrivé. »

Anna Spiridonova repartie, ce fut le tour d’un vieux qui avait une maladie vénérienne, puis d’une bonne femme amenant trois moutards couverts de gale, le travail battait son plein. L’aide-médecin ne se montrait pas. Derrière le battant de la pharmacie, on entendait gazouiller l’ondine faisant tinter la vaisselle et froufrouter sa robe; elle ne faisait qu’entrer dans la salle d’accueil pour aider à quelque opération ou prendre une ordonnance, avec toujours cet air qu’il ne s’était rien passé et que tout allait bien.

« Ça lui plaît, que j’aie frappé l’aide-médecin,  pensait le docteur, prêtant l’oreille à la voix de la sage-femme.  C’est vrai qu’ils sont tous les deux comme chien et chat, elle sera très contente s’il se fait renvoyer. Les gardes-malades aussi, ont l’air contentes… Comme tout ça est répugnant ! »

Il lui sembla, au plus fort de l’activité qu’il déployait pour accueillir les malades, qu’aussi bien la sage-femme que les gardes-malades et les malades eux-mêmes prenaient tout exprès un air bonhomme, affichant une humeur joyeuse. On aurait dit qu’ils sentaient qu’il avait honte et qu’il souffrait, mais affectaient, par délicatesse, de ne point s’en apercevoir. Désireux de leur montrer à tous qu’il ne regrettait rien, il cria, courroucé :

— Eh, vous là-bas ! Fermez la porte, il y a des courants d’air !

Mais il avait bel et bien honte, et souffrait. S’étant occupé de quarante-cinq malades, il ressortit sans hâte de l’hôpital. La sage-femme, qui avait déjà trouvé le temps de passer chez elle se mettre un fichu rouge vif sur les épaules, s’en allait en vitesse, une cigarette aux lèvres et une petite fleur dans ses cheveux rebelles, filant sans doute voir une pratique privée ou se rendant à quelque invitation. Près de l’entrée étaient assis des malades se faisant bronzer sans mot dire au soleil. Les étourneaux recommençaient à faire du bruit, faisant la chasse aux scarabées. Le docteur regardait à droite et à gauche en se disant que, au milieu de toutes ces existences paisibles et sans à-coup, il y en avait deux qui détonnaient fortement et n’étaient bonnes à rien, à l’instar de deux touches de piano défectueuses : l’aide-médecin et lui-même. L’aide-médecin devait être couché, à présent, essayant de cuver son ivresse, mais sans pouvoir s’endormir, rongé par le sentiment qu’il était coupable, qu’il avait subi une avanie et qu’il allait perdre sa place. Terrible situation. Le docteur, quant à lui, n’ayant jamais frappé quelqu’un auparavant, avait l’impression d’avoir perdu définitivement son innocence. Il n’en était plus à faire le procès de son assistant ni à se trouver des justifications, il était plongé dans la perplexité : comment lui, personne bien sous tous rapports, n’ayant jamais porté la main sur quiconque, fût-ce un chien, avait-il pu frapper un homme ? Revenu dans son appartement, il s’étendit sur le divan de son cabinet, le visage contre la cloison, et se mit à ruminer les pensées qui suivent :

« C’est une mauvaise personne, un bousilleur ; depuis trois ans qu’il est là, j’en ai gros sur le cœur, néanmoins, rien ne peux justifier mon acte. Je me suis servi du droit du plus fort. C’est mon subordonné, il est en faute, soûl, qui plus est, et voilà que son chef, sobre et dans son bon droit… En fait, c’était moi le plus fort. Deuxièmement, je l’ai frappé devant des gens pour qui je fais figure d’autorité, si bien que je leur ai donné l’exemple le plus détestable… »

On appela le docteur pour le déjeuner… Ayant avalé quelques cuillerées de soupe, il se leva de table et s’étendit à nouveau sur le divan.

« Que faire, à présent ?  il poursuivait sa réflexion.  Il faut au plus vite lui donner réparation… Mais de quelle façon ? Comme c’est un homme pratique, un duel lui apparaîtra comme une idiotie, ou alors il n’y comprendra rien. Lui demander pardon dans cette même salle, en présence des malades et des gardes-malades, sera satisfaisant pour moi, pas pour lui ; comme c’est un méchant homme, il prendra mes excuses pour de la couardise, il pensera que j’ai peur qu’il aille se plaindre au zemstvo. De plus, de telles excuses signeront la ruine complète de la discipline à l’hôpital. Lui offrir de l’argent ? Non, c’est immoral et ressemble à de la subornation. Peut-être faut-il s’adresser, pour résoudre le problème, à notre supérieur direct, le bureau du zemstvo… Ils pourraient me blâmer ou me renvoyer… Mais ils n’en feront rien. Et c’est gênant de mêler aux affaires internes à l’hôpital une autorité qui, à vrai dire, n’a pas voie au chapitre en la matière… »

Deux ou trois heures après avoir pris son repas, le docteur partit se baigner à l’étang, réfléchissant toujours :

« Pourquoi ne pas procéder comme tout le monde le fait dans de telles circonstances ? C’est-à-dire, le laisser déposer une plainte contre moi. Je suis coupable, c’est incontestable, je ne chercherai pas à me justifier et le juge de paix me fera arrêter. Ainsi, l’offensé y trouvera satisfaction et ceux qui ne voient en moi que l’autorité légitime s’apercevront que j’avais tort ».

Cette idée lui sourit. Tout réjoui, il avait le sentiment que la question trouvait là une solution satisfaisante, la plus juste possible.

« Voilà qui est excellent !  se disait-il en rentrant dans l’eau et en observant de petits carassins dorés qui s’enfuyaient devant lui.  Qu’il porte plainte…Cela lui sera d’autant plus facile qu’à présent, nos relations de service sont fichues, et qu’après un tel scandale, l’un de nous deux doit bien sûr quitter l’hôpital… »

Le soir, il fit atteler son char à bancs pour aller chez le commandant militaire jouer au wint5. Alors qu’il était déjà en chapeau et en manteau et s’apprêtait à partir, enfilant ses gants au beau milieu de son cabinet de travail, la porte extérieure s’ouvrit en grinçant et quelqu’un se faufila sans bruit dans l’entrée.

— Qui est là ?  demanda le docteur.

— C’est moi, monsieur… répondit une voix assourdie.

Le docteur sentit son cœur battre à grands coups, il fut saisi par la honte et une peur inexplicable. L’aide-médecin Mikhaïl Zakharitch (car c’était bien lui) fit entendre un toussotement et, irrésolu, pénétra dans le cabinet. Après un silence, il dit d’une voix sourde et sur un ton d’excuse :

« Pardonnez-moi, Grigori Ivanytch ! »

Déconcerté, le docteur ne savait quoi dire. Il comprit que l’aide-médecin n’était pas venu chez lui demander humblement pardon par humilité chrétienne, dans le souci d’effacer les offenses, mais par simple calcul : « je vais faire un effort et présenter mes excuses, comme ça, peut-être qu’on ne me renverra pas et que je garderai mon gagne-pain… » Quoi de plus outrageant pour la fierté d’un homme ?

— Pardonnez-moi…  répéta l’aide-médecin.

— Écoutez…  commença le docteur qui s’efforçait de ne pas le regarder et ne savait toujours pas quoi dire. Écoutez…Je vous ai offensé et…et je dois être puni pour cela, c’est-à-dire qu’on vous doit réparation… Se battre en duel vous paraîtrait une idée saugrenue… À moi aussi, du reste. Je vous ai offensé et vous… vous pouvez porter plainte contre moi auprès du juge de paix, je serai puni… Car il nous est impossible désormais de rester tous les deux en place… L’un de nous deux doit s’en aller ! (« Mon Dieu ! Qu’est-ce que je raconte ? s’effraya le docteur.  Que c’est bête, que c’est stupide ! ») Bref, déposez une requête ! Car nous ne pouvons plus continuer à travailler ensemble !… L’un de nous deux… Dès demain, portez plainte !

L’aide-médecin regarda par en dessous le docteur et du mépris jaillit nettement dans ses yeux troubles et moroses. Il avait toujours tenu le docteur pour un homme n’ayant pas les pieds sur terre, une sorte de gamin capricieux, à présent il le méprisait pour sa voix tremblante et ses mots précipités, voire incompréhensibles…

— Oh, je vais le faire,  dit-il avec une haine maussade.

— Voilà, faites-le !

— Vous vous imaginez que je ne le ferai pas ? Si, je vais le faire… Vous n’avez le droit de vous bagarrer. Vous devriez même avoir honte ! Ce sont les moujiks ivres qui se battent, vous, vous avez de l’instruction…

Le docteur sentit de nouveau en lui un flot de haine, et s’écria d’une voix méconnaissable :

« Fichez-moi le camp ! » 

L’aide-médecin se mit en mouvement à regret, comme s’il voulait ajouter quelque chose, repassa dans l’entrée et s’y arrêta, , hésitant. Puis, ayant pris son parti, il sortit d’un pas décidé.

— Que c’est bête, que c’est stupide !  marmonna le docteur.  Comme tout ceci est stupide et vil !

Il sentait qu’il s’était comporté comme un gamin avec l’aide-médecin et comprenait déjà que son idée de passer par le tribunal ne résolvait rien du tout, ne faisait que compliquer les choses.

« Que c’est bête !  pensait-il, assis sur son char à bancs, puis en jouant au wint chez le commandant militaire.  Suis-je vraiment à ce point ignare et sans expérience que je n’arrive pas à résoudre une question aussi simple ? Bon, que faire ? »

Le lendemain matin, le docteur vit la femme de l’aide-médecin s’éloigner dans un chariot et se fit cette réflexion : « C’est elle qui va voir la tantine. Grand bien lui fasse ! »

L’aide-médecin ne se montrait plus à l’hôpital. Il fallait faire un courrier pour le signaler au zemstvo, mais le docteur n’arrivait toujours pas à concevoir la tournure de cette lettre. À présent, il devenait nécessaire d’écrire quelque chose comme : « Je vous prie de renvoyer l’aide-médecin, bien que le vrai coupable ne soit pas lui mais moi. » Mettre en forme cette idée en évitant que cela prenne un tour stupide ou honteux était, pour un honnête homme, une tâche presque insurmontable.

Deux ou trois jours plus tard, on rapporta au docteur que l’aide-médecin avait été faire part de ses griefs à Lev Trofimovitch. Sans lui laisser placer un mot et tapant du pied, le président du zemstvo  l’avait mis à la porte en criant : « Toi, je te connais ! Dehors ! Je ne veux rien entendre ! » De chez Lev Trofimovitch, l’aide-médecin s’était rendu au bureau du zemstvo pour y déposer une dénonciation dans laquelle, sans souffler mot de la gifle reçue ni rien demander pour lui, il rapportait au bureau qu’il avait entendu plusieurs fois le docteur parler de façon désobligeante du bureau et de son président, que le docteur ne soignait pas correctement, qu’il se promenait à sa guise, etc.  L’ayant appris, le docteur se mit à rire en se disant : « Quel idiot ! » et il eut honte pour lui, regrettant que l’aide-médecin se comporte de façon aussi bête ; plus un homme, pour sa propre défense, fait preuve de stupidité, plus il se montre, du même coup, faible et désarmé.

Une semaine exactement après les événements, le docteur reçut une convocation du juge de paix.

« C’est vraiment complètement idiot…, se dit-il en signant l’accusé de réception. Difficile d’imaginer quelque chose de plus bête. »

Et lorsque, par une matinée calme et nuageuse, il partit chez le juge de paix, le sentiment qu’il éprouvait n’était plus de la honte, mais du mécontentement et du dégoût. Il était fâché aussi bien contre lui-même que contre l’aide-médecin et contre les circonstances…

« Une fois au tribunal, je vais leur dire : envoyez promener toute l’affaire !  rageait-il.  Vous n’aimes que des ânes, et ne comprenez rien à rien !  »

En approchant du tribunal, il aperçut sur le seuil trois de ses gardes-malades, convoquées en qualité de témoins, ainsi que l’ondine. À la vue des gardes-malades et de la pétillante sage-femme qui piétinait sur place d’impatience et rougit de plaisir à la vue du héros de la pièce, c’est-à-dire du procès imminent, le docteur irrité éprouva l’envie de fondre sur eux comme un épervier et de leur couper le souffle : « Qui vous a permis de quitter l’hôpital ? Veuillez rentrer à l’instant même ! » , mais il ravala ce désir et, tâchant de paraître serein, se fraya à travers la foule des moujiks un passage vers la salle d’audience. Celle-ci était déserte et la chaîne du juge de paix pendait sur le dossier d’un fauteuil.  Le docteur passa au greffe. Il tomba sur un jeune homme au visage émacié, portant un veston en calamande aux poches retournées – c’était le greffier –, ainsi que sur l’aide-médecin, assis à une table et feuilletant, pour se distraire, des extraits de casier judiciaire. À l’entrée du docteur, le greffier se leva, de même que l’aide-médecin, embarrassé. 

— Alexandre Arkhipovitch n’est pas encore arrivé ?  s’enquit le docteur, déconcerté.

— Non, pas encore. Il est chez lui… répondit le greffier.

La salle d’audience se trouvait dans l’enceinte de la propriété du juge de paix, dans un pavillon, tandis que le juge y habitait une grande maison. Le docteur quitta la salle et se dirigea sans se presser vers la bâtisse. Il trouva Alexandre Arkhipovitch dans la salle à manger, derrière un samovar. Sans redingote ni gilet, la chemise déboutonnée ouverte sur la poitrine, le juge se tenait auprès de la table et, la théière dans une main et le verre dans l’autre, se versait un thé noir comme du café ; apercevant son hôte, il approcha vivement un deuxième verre qu’il remplit et, sans saluer, demanda :

« Avec ou sans sucre, pour vous ? »

Le juge de paix avait servi, il y avait de cela fort longtemps, dans la cavalerie; à présent, eu égard à ses nombreuses années de service civil, il avait le rang de conseiller d’État effectif, mais n’en conservait pas moins son uniforme de militaire, et les habitudes qui vont avec. Il portait de longues moustaches de commissaire, des pantalons à passepoils et tout en lui, actes et paroles, était empreint d’une grâce toute militaire. Il parlait en rejetant un peu la tête en arrière et agrémentait ses discours de savoureux « mnééé » à la façon d’un général, tout en remuant les épaules et en roulant des yeux; il claquait les talons en saluant quelqu’un ou en lui donnant du feu, et, en marchant, faisait tinter si doucement et avec tant de retenue ses éperons qu’on aurait dit que ce bruit lui causait une douleur insupportable. Ayant fait asseoir le docteur pour boire du thé, il  caressa de la main sa vaste poitrine et son ventre, émit un profond soupir et dit :

— Hmm-ouiii…Peut-être désirez-vous mnééé…un peu de vodka, quelques zakouski ? Mné-éé ?

— Je vous remercie, je n’ai pas faim.

Ils sentaient tous les deux l’impossibilité de ne pas évoquer le scandale survenu à l’hôpital, ce qui les troublait l’un comme l’autre. Le docteur gardait le silence. D’un geste gracieux de la main, le juge de paix attrapa un moustique qui venait de le piquer sur le torse, l’examina sous toutes les coutures avant de la relâcher puis, poussant un profond soupir, il leva les yeux sur le docteur et lui demanda posément :

« Dites, comment se fait-il que vous ne le flanquiez pas dehors ? »

Le docteur saisit une nuance de sympathie dans sa voix ; il s’apitoya brusquement sur lui-même, ressentant toute la lassitude et l’épuisement dus à ses récentes mésaventures. Son visage exprimant cette lassitude, il se leva de table et, les traits contractés d’irritation, dit en haussant les épaules :

— Le flanquer dehors ! Comme vous en disposez tous, ma parole… C’est tout de même étonnant ! Vous croyez que je peux le renvoyer ? Vous voilà siégeant ici, et vous vous imaginez qu’à l’hôpital, je suis le patron, je fais ce que je veux ! C’est étonnant, tous ces raisonnements ! Vous croyez que je peux renvoyer l’aide-médecin, alors que sa tante est nourrice chez Lev Trofimovitch et que celui-ci admet auprès de lui des rapporteurs et des laquais comme ce Zakharytch ? Que puis-je faire, si le zemstvo nous tient, nous autres médecins, pour des moins que rien et s’il n’arrête pas de nous faire des crocs-en-jambe ? Que le diable les emporte, j’en ai assez, voilà tout ! Assez !

— Allons, allons… Mon cœur, vous attachez trop d’importance, comment dire…

— Le président fait tous les efforts du monde pour prouver que nous sommes tous des nihilistes, il nous fait espionner et nous traite comme de vulgaires scribes. De quel droit vient-il à l’hôpital en mon absence interroger les malades et les gardes-malades ? N’est-ce pas vexant ? Et ce faible d’esprit, là, votre Semione Alekseïtch, qui laboure lui-même et ne croit pas à la médecine parce qu’il est bien nourri et fort comme un taureau, et nous traite publiquement et effrontément d’écornifleurs et nous reproche le moindre bout de pain ! Lui aussi, que le diable l’emporte ! Je travaille du matin au soir, je ne sais pas ce que c’est que de se reposer et je suis plus utile ici que tous ces crétins, ces tartufes, ces réformateurs et autres clowns ! Je me ruine la santé au travail et, au lieu de me remercier, on me reproche le moindre bout de pain ! Et chacun estime avoir le droit de fourrer son nez dans des affaires qui ne le regardent pas, de tenir de grands discours et de tout contrôler ! Votre membre du bureau, ce Kamtchatski, a, lors d’une assemblée du zemstvo, réprimandé les médecins pour gaspillage d’iodure de potassium et nous a conseillé d’y aller doucement dans l’utilisation de la cocaïne ! Qu’est-ce qu’il y comprend, je vous le demande ? En quoi ça le regarde ? Comment se fait-il qu’il ne vous enseigne pas le droit ?

— Mais… mais ce n’est qu’un goujat, mon cœur, un larbin…Il ne mérite pas qu’on fasse attention à lui…

— Mais ce goujat, ce larbin, c’est tout de même nous qui avons élu ce parasite, lui donnant ainsi le droit de fourrer partout son nez ! Je vous vois sourire ! Pour vous, ce sont des bêtises, des bagatelles, mais comprenez-moi donc, ces vétilles, il y en a tellement qu’elles s’additionnent comme des grains de sable, pour former en définitive une montagne vous barrant la route ! Je n’en peux plus ! C’est au-dessus de mes forces, Alexandre Arkhipytch ! D’ici peu, je vous assure que je ne leur flanquerai plus sur le museau, je tirerai carrément dans le tas ! Comprenez que je n’ai pas des nerfs d’acier. Je suis seulement un homme comme vous…

Les yeux du docteur se remplirent de larmes et sa voix se mit à trembler; il se détourna pour regarder par la fenêtre. Ce fut de nouveau le silence. 

« Hmm-ouii, mon vénérable ami… marmotta le juge de paix, méditatif. Mais d’un autre côté, en examinant les choses froidement, alors… (le juge attrapa un moustique et, clignant fortement de l’œil, l’examina sous toutes les coutures, après quoi il l’écrasa et le jeta dans un rinçoir)… alors, eh bien, il n’y a aucune raison de le renvoyer. Virons-le, il en viendra un autre du même acabit, si ce n’est pire. Sans en trouver un seul de bon, vous pourrez en renvoyer cent… Tous des canailles (il se passa la main sous les aisselles et alluma une cigarette en prenant son temps). Il faut en prendre son parti. Je dois vous le dire, à l’heure actuelle, des travailleurs sobres et honnêtes, sur lesquels on puisse compter, ça ne se trouve que chez les moujiks et chez les intellectuels, aux deux extrémités de l’échelle sociale et seulement là. Vous trouverez, je dirais, un médecin incorruptible ou un pédagogue brillant, comme vous trouverez un laboureur honnête ou un forgeron honnêtes, mais les gens des classes moyennes, c’est-à-dire, en quelque sorte, les gens déjà sortis du peuple sans être encore des intellectuels, ne sont pas des éléments fiables. Voilà pourquoi il est si difficile de trouver un aide-médecin sobre et honnête, ou bien un clerc ou encore un commis, etc. Extraordinairement difficile ! Je sers la Justice depuis la nuit des temps, et n’ai encore jamais eu pour travailler avec moi de greffier sobre et honnête, alors que j’en ai renvoyé à la pelle. Ce sont des gens sans aucune discipline morale, sans même parlééér des principes, je dirais… »

« A quoi tout ceci rime-t-il ?  se dit le docteur.  Nous nous écartons du sujet. » 

— Seulement vendredi dernier, par exemple,  reprit le juge de paix, — mon Dioujinski en a fait de belles, écoutez un peu. Au soir, Il a fait venir des ivrognes, sortis le diable sait d’où, et tout ce joli monde s’est saoulé dans la salle d’audience. Qu’en dites-vous ? Je n’ai rien contre le fait de boire. Diable, bois si ça te chante, mais pourquoi faire entrer des inconnus dans la salle d’audience ? C’est que, voyez vous-même, dérober quelque document dans un dossier, une reconnaissance de dette, etc – c’est l’affaire d’un instant ! Figurez-vous qu’après ladite orgie, j’ai été obligé, deux jours durant, de tout vérifier pour voir s’il ne manquait rien… Bon, maintenant, que faire de ce salopard ? Le renvoyer ? Bien, monsieur… Mais quelle garantie avez-vous que son successeur ne sera pas encore pire ?

— En effet, et comment le renvoyer ?  fit le docteur. Virer quelqu’un n’est facile qu’en paroles… Comment pourrai-je le chasser et le priver de son gagne-pain, en sachant que c’est un père de famille sans ressources ? Que deviendront-ils, lui et sa famille ?

« Qu’est-ce que je raconte donc ? » pensa-t-il, et il lui parut étrange de ne pas arriver à une conscience claire de la situation, fondée sur une idée nette ou sur un sentiment précis. « Voilà ce que c’est que de manquer de profondeur et de ne pas être capable de réflexion », se dit-il.

« L’homme des couches moyennes, comme vous disiez, n’est pas fiable,  reprit-il.  Nous le renvoyons, nous lui passons des savons, nous lui envoyons des gifles, mais il faut tout de même se mettre à sa place. Il n’est ni moujik ni propriétaire, ni chair ni poisson ; hier pour lui n’était qu’amertume, aujourd’hui il a juste ses vingt-cinq roubles par mois, une famille affamée et son état de subalterne, demain ce sera toujours vingt-cinq roubles par mois et la même situation de subordonné, dût-il servir pendant cent ans.  Il n’a ni formation ni biens personnels ; il n’a pas le temps de lire, ni d’aller à l’église, il ne nous entend pas car nous le tenons à distance. Ainsi vit-il au jour le jour jusqu’à sa mort, sans rien attendre de meilleur, mangeant de la vache enragée, redoutant de perdre son logement de fonction s’il est renvoyé, et où casera-t-il alors ses enfants ? Sachant cela, comment aurait-il des principes ?

« Nous voilà en train de nous attaquer aux questions sociales, on dirait,  pensa-t-il. Et sans grande cohérence, Seigneur ! Et où cela mène-t-il ? »

Des coups de sonnette résonnèrent. Un véhicule entre dans la cour, roula d’abord vers la salle d’audience, puis s’approcha du perron de la grande bâtisse.

— Le voilà, fit le juge de paix en regardant par la fenêtre. Eh bien, vous allez vous faire tirer les oreilles !

— Mais vous, de grâce, libérez-moi le plus tôt possible… le pria le docteur. Si vous  le pouvez, traitez mon affaire en premier. Je n’ai pas le temps d’attendre, je vous assure.

— Bon, bon… Seulement, mon petit père, je ne sais pas encore si cela ressort de ma juridiction. Vos rapports avec l’aide-médecin rentrent, je dirais, dans le cadre du service, or vous l’avez lubrifié parce qu’il s’acquittait mal de ses obligations de service ; enfin, je ne sais pas trop bien. On va tout de suite demander à Lev Trofimovitch.

On entendit des pas pressés et une respiration lourde, et se montra sur le seuil le président du zemstvo, Lev Trofimovitch, vieillard dont une calvitie repoussait de côté les cheveux blancs, à la longue barbe et aux paupières rougies.

« Je vous salue…  dit-il, tout essoufflé.  Ouf, mes petits vieux ! Dis-donc, le juge, fais-moi apporter du kvas ! Je vais mourir… »

Il se laissa tomber dans un fauteuil pour rebondir aussitôt comme un ressort, foncer sur le docteur et, les yeux mauvais braqués sur celui-ci, glapir d’une voix de ténor :

« Je vous suis extraordinairement reconnaissant, reconnaissant au plus haut point, Grigori Ivanytch ! Vous m’avez rendu service, mille mercis ! Je ne l’oublierai jamais, amen ! Un ami ne se comporte pas de la sorte ! Vous en avez pris à votre aise, mais ce n’était guère honnête de votre part ! Pourquoi ne m’avez-vous pas averti ? Qui suis-je, pour vous ? Qui ? Un ennemi, un étranger ? Je suis votre ennemi ? Vous aurais-je un jour refusé quoi que ce soit ? Hein ? »

Les yeux vrillés sur le docteur, les doigts tremblant, le président but son kvas, s’essuya prestement les lèvres et reprit :

« Je vous suis très, très reconnaissant ! Comment se fait-il que vous ne m’ayez pas prévenu ? Si vous aviez éprouvé un peu d’amitié pour moi, vous seriez venu me voir et vous m’auriez dit, comme à un ami : « Très cher Lev Trofimovitch, voilà ce qui est arrivé… » Je vous aurais arrangé ça en un clin d’œil, en évitant un pareil scandale… L’autre imbécile se balade dans tout le district comme un fou furieux, se répand en calomnies, c’est un vrai concert de cancans avec les bonnes femmes et vous, quelle honte de le dire, pardonnez l’expression, vous n’avez rien trouvé de mieux, bordel, que de contraindre ce crétin à porter plainte ! Quelle honte ! Tout le monde me pose des questions sur l’affaire et moi, le président du zemstvo, je ne suis au courant de rien de ce qui se passe chez nous. Vous vous passez complètement de moi ! Merci, merci, encore merci, Grigori Ivanytch ! »

Le président salua si bas qu’il en devint cramoisi, puis il s’approcha de la fenêtre et s’écria :

— Jigalov, fais venir ici Mikhaïl Zakharytch ! Immédiatement ! Mauvais, tout ça !  fit-il en s’écartant de la fenêtre. Jusqu’à ma femme qui s’est vexée et qui, avouez qu’il y a de quoi, vous bénit. Ah, messieurs, qu’avez-vous à ratiociner ? Vous êtes là à finasser, et en avant les principes, et on rajoute toutes sortes de fioritures, et, en définitive, voilà le résultat : vous ne faites qu’embrouiller les choses…

— Vous évitez les finesses, mais qu’en ressort-il ?  demanda le docteur.

— Ce qui en ressort ? Il en ressort que si je n’étais pas venu, vous vous seriez couvert de déshonneur, et cela aurait aussi rejailli sur nous… C’est une chance pour vous, que je sois venu !

L’aide-médecin parut et s’arrêta sur le seuil. Le président, lui tournant à moitié le dos, mit les mains dans ses poches, toussota et dit :

« Présente immédiatement tes excuses au docteur ! »

Le docteur s’empourpra et se réfugia dans une autre pièce.

— Tiens, tu vois, le docteur ne veut même pas accepter tes excuses !  reprit le président. Il veut te voir exprimer ton repentir non par des phrases, mais par des actes. Ta parole d’honneur qu’à partir d’aujourd’hui, tu lui obéiras et tu resteras sobre ?

— Je donne ma parole… répondit, morose, l’aide-médecin, de sa voix de basse.

— Fais attention ! Que Di...eu te vienne en aide ! Un instant me suffit pour te faire perdre ta place ! S’il arrive quoi que ce soit, inutile d’implorer grâce… Allez, rentre chez toi…

Un tel revirement était une surprise inattendue pour l’aide-médecin qui s’était déjà fait à son malheur. Il devint blême d’émotion. Il voulut dire quelque chose et tendit la main, mais il n’articula rien, eut un sourire hébété et sortit.

« Et voilà !  fit le président. Pas besoin de tribunal. »

Il eut un soupir de soulagement et, de l’air de quelqu’un venant d’accomplir une tâche rude et importante, contempla le samovar et les verres, se frotta les mains et déclara :

— Bienheureux les pacificateurs… Verse-moi donc un verre, Sacha. Et puis, fais-moi apporter quelque chose à grignoter… Et puis, de la vodka, hein…

— Messieurs, cela n’est pas possible !  dit le docteur en revenant dans la salle à manger, encore  tout rouge et se tordant les mains.  C’est… c’est une farce ! Une mauvaise farce ! Je ne peux pas. Plutôt passer vingt fois en jugement que de régler les problèmes d’une façon aussi vaudevillesque. Vraiment, je ne peux pas !

— Et qu’est-ce que vous voulez ?  lui demanda hargneusement le président. — Le renvoyer ? Si c’est votre souhait, je le vire…

— Non, pas le renvoyer… Je ne sais pas ce que je veux, mais vraiment, messieurs, une telle disposition d’esprit… Ah, mon Dieu ! Quelle torture !

Le docteur s’agita nerveusement, se mit à chercher son chapeau et, sans l’avoir trouvé, s’effondra dans un fauteuil, épuisé.

— Une mauvaise farce !  répéta-t-il.

— Mon cœur,  chuchota le juge de paix, au moins partiellement, je ne vous comprends pas, je dirais… Vous portez tout de même la responsabilité de cet incident ! Frapper quelqu’un en plein visage en cette fin de dix-neuvième siècle – que voulez-vous, d’une certaine façon, ce n’est pas ce que… C’est une canaille, mais, méééé, mais avouez que vous avez été imprudent…

— Évidemment !  approuva le président.

On apporta de la vodka et des zakouski. En guise d’adieu, le docteur avala machinalement un petit verre de vodka et croqua un radis. Tandis qu’il rentrait chez lui, à l’hôpital, ses pensées étaient floues, embrumées comme l’herbe par une matinée d’automne.

« Ainsi, se disait-il, toutes ces souffrances éprouvées la semaine dernière, toutes ces réflexions et toutes ces paroles devraient se conclure de la sorte, de façon aussi absurdement triviale ? Que c’est bête ! Que c’est bête ! »

Il éprouvait de la honte d’avoir impliqué des tiers dans une question personnelle, honte des paroles qu’il leur avait dites, honte de la vodka bue par habitude, cette habitude de boire et de vivre sans réfléchir, honte de la faiblesse de sa réflexion, de son manque de profondeur… Revenu à l’hôpital, il se mit immédiatement à faire le tour des salles. L’aide-médecin l’accompagnait, d’une démarche souple de félin, et répondait avec douceur aux questions… Et l’assistant, et l’ondine, et les gardes-malades, tous affirmaient par leur expression qu’il ne s’était rien passé et que tout allait pour le mieux. Et le docteur lui-même faisait de gros efforts pour demeurer impassible. Il prescrivait, se fâchait et plaisantait avec les malades, et pendant tout ce temps-là sa tête bourdonnait du même refrain :

« C’est idiot, c’est idiot, c’est idiot ! »

(1) Le zemstvo, du mot russe zemlia, qui désigne la terre, est une institution crée en 1864, sous le tsar Alexandre II – celui qui abolit le servage. C’est une assemblée de district – ces assemblées locales élisant à leur tour l’assemblée provinciale– élue par les propriétaires fonciers, les villes et les communautés paysannes. Y étaient prépondérants les nobles de province et la bourgeoisie des villes. De telles assemblées se réunissent une fois par an et élisent des bureaux, qui disposent des finances et emploient des salariés. Ils s’occupent localement de la santé, l’instruction publique, la médecine vétérinaire, les ponts et chaussées, etc. Tolstoï a décrit une élection du bureau d’un zemstvo dans Anna Karénine.

L’hôpital de district dont il est question ici dépend du zemstvo, c’est-à-dire en pratique, de son bureau. Le président du bureau, appelé brièvement  dans ma traduction président du zemstvo, est un personnage important. Il est tout de même sous la tutelle du gouverneur régional.

(2) Zakharytch est la forme raccourcie de Zakharovitch, fils de Zakhar.

(3) Le texte dit : soûl comme un cordonnier…

(4) Un peu plus de soixante-dix centimètres.

(5) Jeu de cartes mystérieux auquel Tchékhov fait souvent allusion, et qui semble avoir disparu sans laisser de traces.

(6) Voir la « table des rangs » , c’est le tchin de Pierre le Grand.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
« CNR santé » : la désertification médicale fait dérailler le grand raout institutionnel
Difficile de bien qualifier le Conseil national de la refondation, dans sa version santé, lancé dans la Sarthe. Devant 500 personnes, le ministre de la santé a appelé les « territoires » à trouver leurs « propres solutions ». Des habitants sans médecin traitant ont tenté de rappeler à l’État ses obligations.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Santé
En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicales
Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet
Journal
Guerre en Ukraine : des Français collaborent avec la « justice » de Poutine
Depuis le lancement de l’invasion de l’Ukraine, plusieurs militants français d’extrême droite fabriquent des preuves de crimes de guerre ukrainiens pour un faux tribunal russe.
par Elie Guckert
Journal — Moyen-Orient
« Les foules iraniennes exigent de séparer le gouvernement de la religion »
Pour le philosophe Anoush Ganjipour, les manifestations en Iran exigent que le pouvoir des mollahs abandonne sa mainmise sur l’espace public. Une telle revendication d’une sécularisation, moderne, procède des injustices commises par la République islamique.
par Antoine Perraud

La sélection du Club

Billet de blog
Après les élections, vers le post-fascisme
Aujourd'hui, en Italie, l'institutionnalisation du fascisme va porter l'agression raciste et patriarcale à un niveau supérieur. Avec cette combinaison du fascisme et de la technocratie, le gouvernement Meloni ne sera probablement pas simplement un gouvernement Draghi plus raciste. Nous verrons dans quelle mesure les alliances internationales, l'Union européenne et la Présidence de la République pourront limiter et contenir les dégâts. 
par Bruno Montesano
Billet de blog
La grande nostalgie
Les nostalgiques de l'ère fasciste s'en donnent à cœur joie pour ressortir les reliques de l'époque. Dimanche matin à Porta Portese, le plus grand marché aux puces de la capitale, j'ai trouvé un choix impressionnant de memorabilia de l'ère Mussolini.
par D Magada
Billet de blog
Ouvrir les yeux sur le fascisme qui vient
Un peu partout, « la loi et l’ordre » s’imposent, sous une forme directement inspirée des années 40 comme Italie, ou de façon plus insidieuse, comme chez nous. De L’écofascisme au post-fascisme en passant par l’autoritarisme policier ultra-libéral, c’est cinquante nuances de brun. Et il va falloir commencer à sérieusement s’en inquiéter, si on ne veut pas voir nos gosses grandir au son des bottes.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
L'Italie post-fasciste : en marche vers le passé
La victoire du post-fascisme, déflagration annoncée, menace nos systèmes démocratiques imparfaits et l'Europe qui subit une guerre de conquête et un bouleversement interne avec ces extrêmes-droites qui accèdent au pouvoir. Faut-il attendre les catastrophes pour crier ? La remise en cause de vieux réflexes ne demandent-elles pas une actualisation pour agir sur notre époque sans se renier ?
par Georges-André