M Tessier
Лентяй (fainéant), бывший неудачник (ex- loser), негодяй (vaurien), самозванец (imposteur), лицемер (hypocrite), категоричный (péremptoire), retraité sans gloire, probable escroc, possible usurpateur, politiquement suspect, traducteur très amateur de littérature russe.
Abonné·e de Mediapart

307 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 mai 2018

M Tessier
Лентяй (fainéant), бывший неудачник (ex- loser), негодяй (vaurien), самозванец (imposteur), лицемер (hypocrite), категоричный (péremptoire), retraité sans gloire, probable escroc, possible usurpateur, politiquement suspect, traducteur très amateur de littérature russe.
Abonné·e de Mediapart

Deux autres poèmes de Serge Essénine

Un poème de 1915, qui faisait venir les larmes aux yeux de Iouri Annenkov, comme il le raconte dans son "Journal de mes rencontres". Quant au deuxième, c'est le dernier poème, écrit lors du suicide du poète.

M Tessier
Лентяй (fainéant), бывший неудачник (ex- loser), негодяй (vaurien), самозванец (imposteur), лицемер (hypocrite), категоричный (péremptoire), retraité sans gloire, probable escroc, possible usurpateur, politiquement suspect, traducteur très amateur de littérature russe.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

     Né en 1895 et mort suicidé en décembre 1925, Serge Essénine, officiellement poète imaginiste, est un poète lyrique russe marqué par sa naissance dans un milieu paysan et chrétien. Comme l’écrit Nikita Struve : « Après avoir adopté une attitude patriotique pendant la guerre, il accueille la Révolution avec la foi illuminée du paysan, comme l’avènement apocalyptique de la nouvelle terre et des nouveaux cieux. Il ne l’avait pas attendu, d’après le témoignage de Iouri Annenkov (in Journal de mes rencontres) pour être un noceur au fort penchant alcoolique. En lui coexistent le lyrisme spontané d’un poète passionnément attaché à la Russie et à la nature de son pays, qu’il chantera sans cesse, et des tendances dépressives, une insatisfaction et une pulsion suicidaire (s’exprimant notamment par un petit attrait pour la pègre) qui s’aggraveront, de mariage raté en union également ratée, au fur et à mesure que se refermera son ciel politique d’adoption. Sans le secours de la religion, désemparé devant « une modernité qui l’étouffe » (N. Struve) et qu’il retrouve en dehors de la Russie – lors de ses voyages en compagnie d’Isadora Duncan – il se réfugie de plus en plus dans l’alcool, jusqu’à son suicide spectaculaire à la fin de l’année 1925. En janvier 1926, Léon Trotski fit paraître dans la Pravda un magnifique article à la mémoire d’Essénine, commençant par : « Nous avons perdu Essénine, poète admirable, d’une telle fraîcheur, d’une telle authenticité » et se concluant ainsi : « Un poète est mort. Vive la poésie ! Un enfant des hommes sans défense s’est précipité dans l’abîme ! Vive la vie de créateur que Sergueï Essénine a contribué à tisser jusqu’au dernier instant avec les fils précieux de la poésie ! »

Le cantique de la chienne

Au matin, dans la réserve au seigle,

Où rutile la toile des sacs alignés,

La chienne a mis bas une portée

De sept petits chiots roux.

Elle les a caressés jusqu’au soir,

Les peignant et les brossant de sa langue,

Et de la neige fondue

A coulé sous son ventre chaud.

Et le soir, à l’heure où les poules

Siègent sur leur perchoir,

Est ressorti le maître à l’air sombre,

Qui les avait fourrés, tous les sept, dans un sac.

Elle courait dans les congères,

S’efforçant de le suivre.

Et la surface de l’eau non gelée

Longtemps, si longtemps a frémi.

Et à peine était-elle revenue en se traînant,

Léchant la sueur de ses flancs,

Que s’est montré le croissant de la lune,

Tel un de ses chiots au-dessus de la maison.

Elle regardait en l’air, vers les hauteurs bleues,

Avec de sonores geignements,

Mais le mince croissant s’est faufilé

Derrrière la colline, il s’est caché dans les champs.

Et, comme lorsqu’en guise d’aumône

On lui lance, pour rire, une pierre,

La chienne a roulé sourdement des yeux,

Comme des étoiles tombant dans la neige.

(1915)

     Le deuxième poème donné ici est le dernier. Il fut écrit avec le sang du poète, qui s’était coupé les veines avant de se pendre…

Au revoir, ami, au revoir.

Mon cher ami, tu vis dans mon cœur.

Une séparation voulue par le destin

Est la promesse d’une rencontre future.

Au revoir, ami, sans phrase ni geste,

Que l’affliction ne fasse pas trembler tes sourcils –

Si dans cette vie mourir n’a rien de nouveau,

Vivre ne l’est certes pas davantage.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
« CNR santé » : la désertification médicale fait dérailler le grand raout institutionnel
Difficile de bien qualifier le Conseil national de la refondation, dans sa version santé, lancé dans la Sarthe. Devant 500 personnes, le ministre de la santé a appelé les « territoires » à trouver leurs « propres solutions ». Des habitants sans médecin traitant ont tenté de rappeler à l’État ses obligations.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Santé
En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicales
Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet
Journal
Guerre en Ukraine : des Français collaborent avec la « justice » de Poutine
Depuis le lancement de l’invasion de l’Ukraine, plusieurs militants français d’extrême droite fabriquent des preuves de crimes de guerre ukrainiens pour un faux tribunal russe.
par Elie Guckert
Journal — Moyen-Orient
« Les foules iraniennes exigent de séparer le gouvernement de la religion »
Pour le philosophe Anoush Ganjipour, les manifestations en Iran exigent que le pouvoir des mollahs abandonne sa mainmise sur l’espace public. Une telle revendication d’une sécularisation, moderne, procède des injustices commises par la République islamique.
par Antoine Perraud

La sélection du Club

Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan
Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel
Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost