M Tessier
Лентяй (fainéant), бывший неудачник (ex- loser), негодяй (vaurien), самозванец (imposteur), лицемер (hypocrite), категоричный (péremptoire), retraité sans gloire, probable escroc, possible usurpateur, politiquement suspect, traducteur très amateur de littérature russe.
Abonné·e de Mediapart

307 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 nov. 2017

M Tessier
Лентяй (fainéant), бывший неудачник (ex- loser), негодяй (vaurien), самозванец (imposteur), лицемер (hypocrite), категоричный (péremptoire), retraité sans gloire, probable escroc, possible usurpateur, politiquement suspect, traducteur très amateur de littérature russe.
Abonné·e de Mediapart

Une médisance (Anton Tchékhov)

Une petite nouvelle drolatique de la fin de l'année 1883...

M Tessier
Лентяй (fainéant), бывший неудачник (ex- loser), негодяй (vaurien), самозванец (imposteur), лицемер (hypocrite), категоричный (péremptoire), retraité sans gloire, probable escroc, possible usurpateur, politiquement suspect, traducteur très amateur de littérature russe.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

     Une petite nouvelle drolatique de la fin 1883, parue sous le pseudonyme de Tchékhontié dans la revue « Fragments » . Reprise ensuite dans un recueil de récits, puis dans l’édition d’Adolphe Marx.

     Un critique du journal de tendance libérale « La feuille d’Odessa » en fit, en y joignant la nouvelle « La mort d’un fonctionnaire » , traduction à venir, la recension suivante : “C’est le genre d’œuvre où l’auteur évoque les choses de la vie courante, des choses insignifiantes et triviales, il en parle sur le ton de la plaisanterie, on le voit presque sourire, mais le lecteur ne peut pas détacher ses yeux des personnages en train de gémir, de souffrir et même de se perdre dans ces bagatelles, ces petits riens de la vie…”    (La feuille d’Odessa N° 256, 4 octobre 1900)

Une médisance

(Anton Tchékhov)

     Le professeur de calligraphie Sergueï Kapitonytch1 Akhineïev donnait sa fille Natalia en mariage au professeur d’histoire et de géographie Ivan Piétrovitch Lochadinykh2. La noce se passait gaiement, comme sur des roulettes. Dans la salle de réception, ça chantait, ça jouait et ça dansait. Courant d’une pièce à l’autre, les laquais empruntés pour l’occasion au club, en fracs noirs et en cravates blanches couvertes de taches, se démenaient comme des possédés. Le tout était bruyant et les conversations allaient bon train. Taranntoulov3, le professeur de mathématiques, Padeqoi, le professeur de français et Iégor Viénédiktych Mzda, le sous-directeur de la Cour des comptes, assis côte à côte sur un canapé, se bousculant et se coupant la parole, racontaient des histoires de gens enterrés vivants et faisaient part de leurs opinions sur le spiritisme. Aucun des trois ne croyait au spiritisme, mais ils admettaient tous qu’en ce bas monde, beaucoup de choses échappent à l’esprit humain. . Dans une autre pièce, Dodonski, le professeur de littérature, expliquait aux invités dans quels cas une sentinelle a le droit de faire feu sur les passants. Comme on le voit, les conversations étaient effrayantes, mais fort agréables. Du dehors, les gens auxquels leur rang social ne permettait pas d’entrer regardaient par les fenêtres.

     Sur le coup de minuit,  Akhineïev alla en cuisine vérifier que tout était prêt pour le souper. La cuisine était remplie du sol au plafond d’une fumée exhalant des odeurs d’oie et de canard, et d’autres fumets encore. Sur deux tables, s’étalaient dans un désordre artistique des  boissons et des hors-d’œuvre. Auprès des tables s’affairait Marfa4, la cuisinière, bonne femme rubiconde à qui son tablier faisait deux ventres.

     — Montre-moi un peu l’esturgeon5, ma petite mère ! dit Akhineïev en se frottant les mains et en se pourléchant. Quelle odeur, une vraie fièvre ! Je pourrais manger toute la cuisine. Allez, fais voir l’esturgeon !

     Marfa s’approcha d’un banc et souleva précautionneusement une feuille de journal bien huileuse. En-dessous, sur un énorme plat, gisait un esturgeon en gelée de belle taille, émaillé  de câpres, d’olives et de rondelles de carotte. Akhineïev eut un cri en voyant l’esturgeon. Il roula des yeux, son visage s’illumina. Il se pencha et ses lèvres produisirent un bruit de roue mal graissée. Resté ainsi quelques instants, il claqua des doigts de satisfaction et clappa des lèvres encore une fois.

     — Eh ! Un bruit de baiser passionné… Qui embrasses-tu ici, Marfouchka? fit une voix depuis la pièce à côté, et apparut à la porte la tête rasée de Vannkine, un surveillant-adjoint. Qui donc ? Aha… Magnifique ! C’est Sergueï Kapitonovitch ! Un bon petit vieux, pas à dire ! En tête-à-tête avec le beau sexe !     

     — Je ne l’embrasse pas du tout, dit Akhineïev, gêné, qui t’a raconté ça, espèce d’idiot ? C’est juste que j’ai clappé des lèvres par rapport à… en signe de satisfaction… À la vue du poisson…

     — Tu m’en diras tant !

     La tête de Vannkine se fendit d’un large sourire avant de disparaître derrière la porte. Akhineïev s’empourpra.

     « Diable ! se dit-il. Le gredin va se répandre en calomnies un peu partout.  Cette bourrique va me faire honte dans toute la ville… »

     Akhineïev retourna sans fanfare dans la grande salle et loucha de côté : où était Vannkine ?  Ce dernier se tenait à côté du piano et, crânement penché, chuchotait quelque chose à la belle-sœur de l’inspecteur, qui s’en amusait.

     « Il parle de moi ! pensa Akhineïev. Crève donc ! Et l’autre qui le croit… qui le croit ! La voilà qui rit ! Mon Dieu ! Impossible de laisser les choses en l’état… Impossible… Il faut faire quelque chose pour qu’on ne le croie pas… Je vais aller voir tout le monde, et c’est lui qui aura le rôle du sot calomniateur. »

     Akhineïev, très gêné et se grattant, s’approcha de Padequoi.

     — Je viens de passer à la cuisine donner des instructions pour le souper, dit-il au Français. Je sais que vous aimez le poisson, et j’ai justement, mon cher, un de ces esturgeons, aie ! Dans les deux archines7 ! Hé-hé-hé… Oui, à propos…j’ai failli oublier… Dans la cuisine, à propos de cet esturgeon, une vraie blague ! J’entre dans la cuisine pour examiner les plats… En voyant l’esturgeon, de contentement, pour le piquant de la chose, je clappe des lèvres ! Et c’est alors que surgit cet idiot de Vannkine qui me dit… ha-ha-ha… il me fait : « Aha… vous vous embrassez, ici ? » Avec cette Marfa, la cuisinière ! Qu’est-ce qu’il est allé inventer, cet abruti ! La bonne femme ne ressemble à rien, une vraie bête sauvage, et lui… l’embrasser ! Quel énergumène !

     — Un énergumène, qui ça ? demanda Taranntoulov en s’approchant.

     — Mais ce Vannkine ! Voyez-vous, j’entre à la cuisine…

     Et de raconter l’histoire avec Vannkine.

     — Il m’a fait rire, cet animal ! Selon moi, il serait plus agréable d’embrasser un mâtin que Marfa, ajouta Akhineïev qui, regardant par-dessus son épaule, aperçut Mzda juste derrière lui.

     — Nous discutons de Vannkine, lui dit-il. Un drôle d’original ! Entrant dans la cuisine, il m’a vu à côté de Marfa et en a conçu toutes sortes de blagues. « Alors, dit-il, vous vous embrassez ? » Des visions d’ivrogne. Moi, je lui dis, j’embrasserais plutôt un dindon que Marfa. D’ailleurs j’ai une femme, je lui dis, imbécile que tu es. Il m’a bien fait rire !

     — Qui vous a bien fait rire ? s’enquit l’aumônier en venant vers Akhineïev.

     — Vannkine. Vous voyez, je suis à la cuisine, en train d’examiner l’esturgeon…

     Et ainsi de suite.  Au bout d’une demi-heure, à peu près, tous les invités avaient entendu parler de l’histoire de l’esturgeon et de Vannkine.

     « Il peut toujours leur raconter, maintenant ! se dit Akhineïev en se frottant les mains. Vas-y donc ! À peine aura-t-il commencé son récit qu’on lui dira : “Arrête avec ces bêtises, crétin ! Nous savons ce qu’il en est !”

     Et Akhineïev se sentit rassuré au point de boire, tout à sa joie, quatre verres de vodka superflus. Après le souper, ayant raccompagnés dans leur chambre les jeunes mariés, il se retira dans ses appartements et s’endormit du sommeil de l’enfant innocent, et le lendemain, il avait tout oublié de l’histoire de l’esturgeon. Héla, hélas ! L’homme propose et Dieu dispose8. Une mauvaise langue fit sa méchante besogne, et la ruse d’ Akhineïev ne lui servit de rien ! Exactement une semaine plus tard, un mercredi, après la troisième heure de cours9, alors qu’Akhineïev, campé au milieu de la salle des professeurs, analysait les penchants pervers de l’élève Vyssiékine10, le directeur s’approcha de lui pour le prendre à part.

     — Écoutez, Sergueï Kapitonytch, dit le directeur. Vous allez m’excuser… Ça ne me regarde pas, mais je dois tout de même vous faire comprendre… Il est de mon devoir… Voyez-vous, le bruit court que vous vivez avec cette… avec votre cuisinière… Ça ne me regarde pas, mais… Vivez avec elle, embrassez-la, tout ce que vous voulez, seulement, de grâce, pas aussi ouvertement ! Je vous le demande ! N’oubliez pas que vous êtes un pédagogue !

     Akhineïev se transforma en pierre gelée. Il rentra chez lui comme un homme piqué par tout un essaim, comme un homme ébouillanté. Pendant le trajet, il lui sembla que la ville entière l’observait comme s’il avait été enduit de goudron… Un nouveau malheur l’attendait chez lui.

     — Qu’as-tu donc à ne rien avaler ? lui demanda sa femme au cours du déjeuner. À quoi songes-tu ? À tes amours ? Tu te languis de Marfouchka ? Je sais tout, brigand ! De braves gens m’ont ouvert les yeux ! Hou, hou… bbbarbare !

     Et vlan ! une gifle. Il se leva de table et, ne sentant plus le sol sous ses pieds, sans manteau ni chapeau, il se rendit chez Vannkine. Il trouva ce dernier chez lui.

     — Canaille ! lui dit-il. Pourquoi m’as-tu traîné dans la boue devant tout le monde ? Pourquoi as-tu répandu cette calomnie à mon sujet ?

     — Quelle calomnie ? Qu’est-ce que c’est que cette histoire ?

     — Et qui a  fait courir le bruit que j’aurais embrassé Marfa ? Ce n’est pas toi, dis-moi ? Ce n’est pas toi, bandit ?

     Le visage chiffonné de Vannkine se plissa de tous côtés, ses yeux se portèrent vers l’icône et il proféra :

     — Que Dieu me frappe ! Que mes yeux soient arrachés, que je crève si j’ai prononcé un seul mot à votre sujet. Que je souffre mille morts ! Que le choléra m’atteigne, et plus encore !

     La sincérité de Vannkine ne faisait aucun doute. Ce n’était visiblement pas lui l’auteur des ragots.

     « Mais alors, qui ? se demanda Akhineïev en passant en revue toutes ses connaissances et en se frappant la poitrine. Qui donc ? »

     — Qui donc ? demanderons-nous à notre tour au lecteur.

  1. Pour Kapitonovitch, fils de Kapiton, prénom d’origine grecque.
  2. Un peu comme : Deschevaux.
  3. De l’araignée du même nom… L’auteur s’amuse.
  4. Correspon à Marthe.
  5. Pièce de choix et de taille. Dans Les âmes mortes, Sobakiévitch lui fait un sort…
  6. Diminutif de Marfa.
  7. L’archine fait un peu plus de soixante-dix centimètres.
  8. Cette expression fort connue s’inspire de l’Ancien Testament, notamment des lives de Job et des Psaumes.
  9. Les cours durent un peu moins d’une heure, en fait.
  10. Un nom du genre « Aufouet » .

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
« CNR santé » : la désertification médicale fait dérailler le grand raout institutionnel
Difficile de bien qualifier le Conseil national de la refondation, dans sa version santé, lancé dans la Sarthe. Devant 500 personnes, le ministre de la santé a appelé les « territoires » à trouver leurs « propres solutions ». Des habitants sans médecin traitant ont tenté de rappeler à l’État ses obligations.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Santé
En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicales
Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet
Journal
Guerre en Ukraine : des Français collaborent avec la « justice » de Poutine
Depuis le lancement de l’invasion de l’Ukraine, plusieurs militants français d’extrême droite fabriquent des preuves de crimes de guerre ukrainiens pour un faux tribunal russe.
par Elie Guckert
Journal — Moyen-Orient
« Les foules iraniennes exigent de séparer le gouvernement de la religion »
Pour le philosophe Anoush Ganjipour, les manifestations en Iran exigent que le pouvoir des mollahs abandonne sa mainmise sur l’espace public. Une telle revendication d’une sécularisation, moderne, procède des injustices commises par la République islamique.
par Antoine Perraud

La sélection du Club

Billet de blog
Ouvrir les yeux sur le fascisme qui vient
Un peu partout, « la loi et l’ordre » s’imposent, sous une forme directement inspirée des années 40 comme Italie, ou de façon plus insidieuse, comme chez nous. De L’écofascisme au post-fascisme en passant par l’autoritarisme policier ultra-libéral, c’est cinquante nuances de brun. Et il va falloir commencer à sérieusement s’en inquiéter, si on ne veut pas voir nos gosses grandir au son des bottes.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
L'Italie post-fasciste : en marche vers le passé
La victoire du post-fascisme, déflagration annoncée, menace nos systèmes démocratiques imparfaits et l'Europe qui subit une guerre de conquête et un bouleversement interne avec ces extrêmes-droites qui accèdent au pouvoir. Faut-il attendre les catastrophes pour crier ? La remise en cause de vieux réflexes ne demandent-elles pas une actualisation pour agir sur notre époque sans se renier ?
par Georges-André
Billet de blog
La grande nostalgie
Les nostalgiques de l'ère fasciste s'en donnent à cœur joie pour ressortir les reliques de l'époque. Dimanche matin à Porta Portese, le plus grand marché aux puces de la capitale, j'ai trouvé un choix impressionnant de memorabilia de l'ère Mussolini.
par D Magada
Billet de blog
Après les élections, vers le post-fascisme
Aujourd'hui, en Italie, l'institutionnalisation du fascisme va porter l'agression raciste et patriarcale à un niveau supérieur. Avec cette combinaison du fascisme et de la technocratie, le gouvernement Meloni ne sera probablement pas simplement un gouvernement Draghi plus raciste. Nous verrons dans quelle mesure les alliances internationales, l'Union européenne et la Présidence de la République pourront limiter et contenir les dégâts. 
par Bruno Montesano