Mačko Dràgàn
Journaliste punk-à-chat à Mouais et Télé Chez Moi
Abonné·e de Mediapart

194 Billets

3 Éditions

Billet de blog 4 janv. 2022

Ceux qui anéantissent, ceux qui construisent

Le dernier navet littéraire de Houellebecq, au titre significatif, « Anéantir », nous apprend au moins une chose : la pensée réactionnaire, terrifiée par toute forme de changement, est actuellement en phase terminale dans son Ehpad –et c’est plus qu’une métaphore. Je propose donc, en cette nouvelle année, que nous arrêtions enfin de lire ce monde à travers le regard de ceux qui l’anéantissent.

Mačko Dràgàn
Journaliste punk-à-chat à Mouais et Télé Chez Moi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Le roman de Houellebecq aura peut-être une postérité : il marque en effet un moment terrifiant, celui où les clichés les plus abjects sont retournés à la banalité du lieu commun », écrivent, dans leur article Houellebecq à l’Ehpad, la critique en soins critiques, Joseph Confavreux et Lise Wajeman.

Qu’on en juge : dans ce nouvel opus de l’oracle des Carrefour Markets, comme d’habitude, les « Arabes » sont remisés dans un lointain exotique et effrayant, celui des « racailles » des « banlieues », les militants du Bloc Identitaires sont des sortes de héros « qui s’élèvent contre le nihilisme moderne », les autres jeunes… n’existent pour ainsi dire pas, les femmes libres sont des « salopes », « merdes vénales » fascinées par les Noirs et les « trans, les zadistes, voire les trans zadistes », et les femmes, les « vraies  »,  d’après l’image très Sardou-compatible qui en ressort dans ce triste roman, des bonniches bonnasses au foyer bonnes qu’à branler leur bourgeois ennuyé, libidineux malgré sa bandaison molle, figure ultra-libérale et vaguement fascistoïde du pater familias des temps bénis de l’avant, qui emprunte ici étrangement les traits… de Bruno le Maire, idole christique plus qu’inattendue, dont l’égo démesuré n’en attendait sans doute pas autant, et grâce auquel  « l ’économie française était […] redevenue puissante et exportatrice » tandis que « le niveau de productivité du travail avait augmenté dans des proportions hallucinantes », ce qui est tout de même bien le plus important, il faut se l’avouer.

Devant une telle logorrhée digne du moins élégant des tontons racistes misogynes bourrés au pastis, la réaction instinctive de toute personne vaguement formée à l’attention pour son prochain, sans même parler d’amour, sera sans doute de vomir, tout en se rappelant ce bon mot de l’époque de Mona Chollet à propos de l’escroquerie Houellebecq :  « Un coup de hache dans la mer gelée qui est en nous », c’est ainsi que Kafka définit la fonction de la littérature ; sur cette mer gelée, Houellebecq, lui, se contente de faire du patin à glace. Son écriture est totalement inerte : elle se contente de reproduire les signes du monde marchand, et de les restituer tels quels ».

Mais le monde dominant, lui, devant ce miroir paresseux et complaisant tendu à son abjection, ne vomit pas : cette prétendue « réalité » puante saturée de tous les clichés réactionnaires imaginables, il trouve ça magnifique, et à longueur de médias, il s’extasie, comme c’est beau, ce moisi, cette haine, cette rancœur, comme c’est fascinant ce dégout profond craché à la gueule de toutes celles et ceux qui ne sont ni blancs, ni hommes, ni hétéros (« l’entité constituée par un couple, et plus précisément par un couple hétérosexuel, demeure la principale possibilité pratique de manifestation de l’amour »), ni soumis à ces hommes blancs hétéros, ni nostalgiques d’un passé idéalisé, et même pire, désireuses et désireux de lutter pour un monde où chacune et chacun aurait sa place, quelle horreur.

Et tout ça, au nom du « réel ». Mais oui, putain, ils osent : tous ces bourgeois (dont, malgré son état de décomposition avancée et ses allures de sac poubelle non recyclé, Houellebecq fait bel et bien partie) se réclament de la « vie réelle », supposément décrite par le menu dans les pages de « Anéantir », où pourtant je ne vois, moi, que les obsessions dégueulasses propres aux testicules-cravates qui dirigent notre société, tout en voyant ce pouvoir progressivement leur échapper, et dont la peur de l’inconnu confine à la psychiatrie.

« Vie réelle » ? Mon cul, ces gens-là ne connaissent rien à la vie réelle. Perclus dans leurs bunkers physiques et mentaux où ils ressassent leurs psychoses paranoïdes, ils ne connaissent pas nos quotidiens ; ils ne sont pas là quand, au matin, je prends un petit café au PMU avant de partir au chantier ; ils ne sont pas là quand je suis dans ces files d’attente odieuses des administration où les prolos viennent à la chaine se faire humilier ; ils ne sont pas là chaque soir quand je marche dans mon quartier, saluant et discutant avec toutes celles et ceux qui l’habitent, de la serveuse au sans-abri ; ils ne sont pas là quand, tous les jours, à cause d’eux, à cause de leurs caprices, de leur pouvoir dément sur nos vies, de leurs narcissisme destructeur, nous on en bave, nous on en chie.

Mais surtout, ils ne connaissent rien à la beauté de la vie, de nos vies, en tous les cas, qui ne ressemblent en rien à cette recension écœurante d’un vieux monde déjà mort sur laquelle se pignole une presse unanime.

Houellebecq a tort, Houellebecq ment. Café brûlant à l’aube, larme qui sèche sur la joue d’un gosse soudain heureux, petits matins rouges et bleus, fourrure d’un chat frémissant sous les doigts tendus, parfum du creux d’un cou après une nuit complice, courage d’un ami face à ses propres cauchemars, d’un inconnu face à ses propres doutes, de n’importe qui face à ses multiples démons, tout ce qui pousse une lèvre vers une autre lèvre, une main vers une autre main, des yeux vers un détail que personne n’avait jamais remarqué et qui tout d’un coup, grâce à ce regard, se met à exister, et lutte quotidienne pour que nos existences soient bien plus qu’une sordide accumulation de douleurs : la voilà, la vie. Parce que la vie, c’est aussi, c’est surtout, construire quelque chose avec les gens qui nous entourent.

Amour, humour, beauté et joie de vivre, bordel de dieu, je m'en fous de passer pour un hippie, et je le dis : ça a existé, ça existe, ça existera toujours, et ça existera plus encore quand nous auront fini de lire ce monde à travers le regard de ceux qui l’anéantissent.   

Et sur ce, il ne me reste plus qu’à vous souhaiter une bonne nouvelle année, quoique que ce genre de choses soit désormais un peu risible. La pandémie permanente s’installe, le mur s’approche et, comme dans Don’t Look Up, les dirigeants regardent ailleurs, mais néanmoins, une chose est sûre : l’avenir appartient à celles et ceux qui luttent, pas à ceux qui moisissent. Et n’oublions pas, tel Simon Tanner, héros de Robert Walser (toujours cité par Mona Chollet), qu’il « est bien agréable d’avoir en réserve, en arrière-garde quasiment, quelque chose qu’on aime bien. C’est comme si on possédait une maison, un endroit à soi chez quelqu’un, une retraite, un lieu magique, puisque décidément je ne peux pas vivre sans un peu de magie sous la main. »

Salutations libertaires,

Mačko Dràgàn

(Vous aurez noté que j’écris moins sur ce blog depuis quelques temps, me consacrant plus au journal Mouais ; je vous conseille donc de vous y abonner afin d’y retrouver moult de mes articles et reportages ainsi que ceux des copaines, c’est à peine 30 euros par an pour 24 pages couleur de bonheur pas mois, et nous avons très beaucoup besoin de votre soutien, le lien pour s’abonner est ici https://www.helloasso.com/associations/association-pour-la-reconnaissance-des-medias-alternatifs-arma/paiements/abonnement-mouais)

Et pour oublier la puanteur de Houellebecq, je ne saurais trop conseiller un des plus jolis films qui soient : Moonrise Kingdom, de Wes Anderson

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier