Mačko Dràgàn

La Roldos - Quito - Equateur

Sa biographie
27 ans. Militant pessimiste, Insoumis critique et anarchiste pragmatique. Prolétaire colérique d’ascendance balkanique. Vagabond chronique. Diplômé en Histoire et Lettres. Ouvrier paysagiste occasionnel. Travailleur bénévole ponctuel auprès des enfants du monde entier. Habitué des minimas sociaux et des petits boulots. Disciple de Fernando Pessoa.
Voir tous
  • Renouer avec la nature: réflexions d'un jardinier

    Par
    Alors que Paris s'apprête à accueillir "One Planet Summit", une nouvelle abomination destinée à nous faire croire qu'écologie et capitalisme ne sont pas incompatibles, petites réflexions, inspirées par mon travail de jardinier et par les poèmes de Fernando Pessoa, sur les rapports que notre société entretient avec la nature.
  • Drame des migrants en Libye: nos dirigeants ouvrent le bal des faux-culs

    Par
    La semaine passée, nos dirigeants ont appris une terrible nouvelle : les migrants, du côté de la Libye, sont soumis à des traitements atroces. Or, cela fait des années que la France pratique une politique migratoire inhumaine et répressive. N’y aurait-il pas un lien entre ces deux faits, messieurs les faux-culs du gouvernement ?
  • "Eux" et "nous". Attaque d’une mosquée en Egypte, 305 morts : on s’en fout, ou bien ?

    Par
    Cela faisait longtemps que l’on savait qu’à la logique du mort-kilomètre, venait bien souvent s’ajouter la mort-tête-du-client. L’attaque meurtrière d’une mosquée au Sinaï nous en donne à nouveau confirmation. 305 morts, 128 blessés, et Demorand n’a pas jugé bon de leur consacrer sa matinale sur Inter. Étonnant, non ? Petite analyse de la rhétorique du "eux" et du "nous".
  • «Délit de solidarité» dans la Roya. Raphaël, 19 ans: un procès exemplaire

    Par
    Le procès du jeune Raphaël a eu lieu ce lundi à Nice. Il s’est conclu par une peine de trois mois de prison avec sursis. Sa faute ? Avoir pris quatre personnes (noires, certes) sans domicile fixe dans sa voiture, afin de les mettre à l’abri. Mais, bien sûr, le «délit de solidarité» n'existe plus depuis décembre 2012. Donc, tout va bien. Mais alors, pourquoi ai-je envie de vomir ?
  • Des racines politiques du fondamentalisme religieux.

    Par
    " Je chie sur toutes les religions" disent-ils… et ils ont torts d’en être si fiers. Tant il est vrai que faire aveu de son intolérance n’est pas la meilleure façon de favoriser la concorde. Un papier islamo-gauchiste en diable, ou il sera question de djihadisme et d'inquisition, et qui va tenter de remettre un peu le débat sur pied.