Mačko Dràgàn

Journaliste punk-à-chat à Mouais et Télé Chez Moi

Nice

Sa biographie
29 ans. Prolétaire vagabond colérique d’ascendance balkanique internationalisé. Anarcho-taoïste tendance Pessoa. Diplômé en Histoire et Lettres. Ouvrier paysagiste. Travailleur précaire. Militant libertaire. Associatif tout-terrain (Pilule Rouge, Punk & Paillettes, Compagnie Nyima, Télé Chez Moi, Mouais, Rue Libre, Emmaüs-Roya DTC, etc.). Contact : mackodragan@gmail.com / plus d'écrits sur https://fr.calameo.com/accounts/6261580
Son blog
479 abonnés Ni égards ni patience. Le blog de Mačko Dràgàn
Ses éditions
1 / 3
Voir tous
  • Ah qu’il est bon de rire parfois

    Par
    Mais de qui et de quoi ? Car aujourd’hui on peut plus rien dire, Desproges il serait en prison, et à cause du « politiquement correct » on peut se moquer de personne ! Sauf que je crois que ceux qui se plaignent ainsi n’ont pas tout compris à l’humour. Et que leur problème est plutôt qu’ils ne veulent aucun partage de la parole publique avec celles et ceux qui font les frais de leurs blagues.
  • «J’écris contre la peur»

    Par
    Du mal à écrire, depuis quelques temps. Les appels au putsch et l’ambiance générale proto-fasciste me fatiguent un peu. La mairie va nous virer de notre appart'. Pas facile de lutter contre l’impression que tout est foutu. Cependant, allons-nous laisser les généraux gâteux, les éditorialistes de CNews, l’arc brun RN-LR-LREM et l’impuissance complice de la gauche bourgeoise nous pourrir la vie ?
  • Dé-domestiquons-nous, ou l’art de ne pas être gouvernés

    Par
    La forme-Etat autoritaire, les piteuses présidentielles à venir le prouvent, nous domine et ruine la démocratie. Est-ce une fatalité ? Non. Et des anthropologues comme James Scott l’ont montré. Alors, faisons revivre en nous les nomades, les cueilleurs, les pirates, en sollicitant le déjà-là des sociabilités quotidiennes, associatives, et de l’infinité de façons qu’il y a de ne pas être gouvernés.
  • Pour un nouveau régime des tox’

    Par
    Ce n’est pas une révélation : en ces temps troublés, les français picolent plus, mangent plus, fument plus, se droguent plus, se bourrent de médoc, se vautrent devant leurs écrans… bref : « La culture de l’intoxication » à son paroxysme. Mais pourquoi ennuie-t-on les fumeurs de shit, et pas les junkies de la FDJ, ou les défoncés au Xanax ? Qu’est-ce qui rend une addiction socialement acceptable ?
  • «No futur» dans leur monde, ou comment je suis devenu écopunk

    Par
    Si j’arbore une belle iroquoise bouclée, ce n’est pas juste par coquetterie. C’est aussi car, ado, j’ai découvert dans le punk tout ce dont je rêvais pour mon (no ?) futur : anarchie, antiracisme, féminisme, amitié, bière, envoyer chier en riant la société consumériste. Et écologie, donc. Car celle-ci est et restera un principe punk autogestionnaire, pas une étiquette politique opportuniste.
Voir tous
  • Édition Politique Fiction

    Balade dans Nice autogérée: lettre à une camarade du Rojava

    Par
    «Des plantes et des arbres poussent librement ici et là, la plupart comestibles. Le goudron a été enlevé. Je croise une amie en train de s’occuper des ruches. Je la salue en la checkant du coude. Une autre passe avec son troupeau de brebis fromagères, qu’elle emmène paître sur la colline du Château, où pas mal d’anciens de la ZAD ont installé un campement.. »
  • Édition Des livres et nous

    Un conte pandémique et subversif d’Ascanio Celestini

    Par
    « Il était une fois un petit pays. Un jour le petit pays fut frappé d’une grande épidémie ». Dans ce conte politique corrosif et brillant, de tonalité anarchiste, tiré de son merveilleux recueil « Discours à la nation », l’Italien Ascanio Celestini nous montrait déjà comment stopper la contagion : « La cause de l’épidémie, c’est vous, messieurs les présidents... »
  • Édition Mediapart des possibles

    A Seillans, «il y aura un avant et un après»

    Par
    Une histoire de maire, la suite - Radio Chez Moi © Tele Chez Moi
    Voici quelques temps, nous avions rendu visite à Loïs, paysan bio à Seillans, dans le Var, afin qu'il nous parle de son projet pour les municipales. Tandis que les élections approchent, et que sa liste citoyenne fait grand bruit dans son village, avec son programme basé sur l'écologie et la démocratie directe, nous sommes allés à nouveau à sa rencontre, dans sa ferme.
  • Édition Politique Fiction

    L’Enfer des porcs

    Par
    C’est l’histoire d’un marin, qui portera à jamais le poids de sa damnation. C’est une histoire qui parle de la prostitution des mineures. C’est l’histoire de la domination masculine. C’est l’histoire de l’Enfer. C’est l’histoire des monstres. Il n’y a pas d’oubli, et je ne sais pas s’il y a un pardon –encore faut-il le demander… (attention, récit éventuellement éprouvant)
  • Édition Politique Fiction

    La fourmi électrique

    Par
    «Je ne sais pas à quel moment j'ai glissé de l'autre côté»... C'est l'histoire d'une jeune personne qui travaille en hôpital psychiatrique, comme infirmière. Et qui est une femme, donc. Et qui est Noire. Et, à l'intersection de tout ça, à force de pressions, de violences, de refoulements, commence à poindre la folie...