Mačko Dràgàn

Journaliste punk-à-chat à Mouais, Télé Chez Moi, Streetpress...

Nice

Sa biographie
29 ans. Prolétaire vagabond colérique d’ascendance balkanique internationalisé. Anarcho-taoïste tendance Pessoa. Diplômé en Histoire et Lettres. Ouvrier paysagiste. Travailleur précaire. Militant libertaire. Associatif tout-terrain (Pilule Rouge, Punk & Paillettes, Compagnie Nyima, Télé Chez Moi, Mouais, Rue Libre, Emmaüs-Roya DTC, etc.). Contact : mackodragan@gmail.com / plus d'écrits sur https://fr.calameo.com/accounts/6261580
Son blog
632 abonnés Ni égards ni patience. Le blog de Mačko Dràgàn
Ses éditions
1 / 4
Voir tous
  • Suis-je un « boomer » ?

    Par
    Littéralement, non puisque je n’ai que 29 ans. Mais le terme désigne de façon plus large les personnes restées bloquées sur un logiciel de pensée un peu daté. Et ça, je ne suis pas à l’abri. Mais je sais que je peux me remettre en question. Et vous ? Est-ce que vous êtes prêts à reconnaître que les jeunes générations militantes, parfois reloues pour nous d’accord, ont peut-être raison ?
  • Mangez vos morts (et pas nos vies)

    Par
    La façon que vous avez de vous foutre de nos gueules ne connaît plus aucune limite. Vous passez votre vie à vous plaindre et à insulter ceux qui luttent pour changer les choses, et dès qu’on vous le fait remarquer vous poussez des grands cris. Mais comme a dit l’abbé Pierre : «les premiers violents, les provocateurs, c’est vous !» Alors oui, mangez vos morts, et vive la grève générale.
  • Ouvrir les yeux sur le fascisme qui vient

    Par
    Un peu partout, « la loi et l’ordre » s’imposent, sous une forme directement inspirée des années 40 comme Italie, ou de façon plus insidieuse, comme chez nous. De L’écofascisme au post-fascisme en passant par l’autoritarisme policier ultra-libéral, c’est cinquante nuances de brun. Et il va falloir commencer à sérieusement s’en inquiéter, si on ne veut pas voir nos gosses grandir au son des bottes.
  • Je m’en fous (?)

    Par
    Elle est pas top, cette rentrée. Et l’hiver sous pénurie ne s’annonce pas radieux non plus. Mais je ne sais pas, je dois être en dépression, parce que je m’en fous. Je m’en fous de tout. Des polémiques, des grands cris, des médias aux ordres, de Macron. J’ai juste envie de me barrer. D’aller hiverner avec les marmottes. A moins que…
  • Ne plus être les seconds rôles du film catastrophe

    Par
    Souvent, on me traite de « bobo » sur les réseaux. Mais ce terme ne veut plus rien dire, car maintenant le « bobo » c'est juste l'altruiste, même s'il est pauvre. Le second rôle qui vit autrement. Et qui, dans le film catastrophe bas budget qui se joue, commence à en avoir gros de se faire insulter. Notre mode de vie est celui de l'avenir. Ne vous en déplaise. Les seconds rôles vaincront.
Voir tous
  • Édition Mega-canicule en France : témoignez !

    Fait chaud, merde

    Par
    Oui, pas très subtil comme titre. Mais une fois transformé en flaque, la subtilité, on n’a plus un endroit où se la mettre. Je rentre de chantier, j’ai chaud à en crever. Alors je vais juste hurler ma haine contre ces tarés qui ont fait qu’on en arrive là, et qui vont devoir le payer, comme dans Mad Max, et je le dis : contre les fortes chaleurs, hydratez-vous, ZAD partout, et tous à poil.
  • Édition Politique Fiction

    Balade dans Nice autogérée: lettre à une camarade du Rojava

    Par
    «Des plantes et des arbres poussent librement ici et là, la plupart comestibles. Le goudron a été enlevé. Je croise une amie en train de s’occuper des ruches. Je la salue en la checkant du coude. Une autre passe avec son troupeau de brebis fromagères, qu’elle emmène paître sur la colline du Château, où pas mal d’anciens de la ZAD ont installé un campement.. »
  • Édition Des livres et nous

    Un conte pandémique et subversif d’Ascanio Celestini

    Par
    « Il était une fois un petit pays. Un jour le petit pays fut frappé d’une grande épidémie ». Dans ce conte politique corrosif et brillant, de tonalité anarchiste, tiré de son merveilleux recueil « Discours à la nation », l’Italien Ascanio Celestini nous montrait déjà comment stopper la contagion : « La cause de l’épidémie, c’est vous, messieurs les présidents... »
  • Édition Mediapart des possibles

    A Seillans, «il y aura un avant et un après»

    Par
    Une histoire de maire, la suite - Radio Chez Moi © Tele Chez Moi
    Voici quelques temps, nous avions rendu visite à Loïs, paysan bio à Seillans, dans le Var, afin qu'il nous parle de son projet pour les municipales. Tandis que les élections approchent, et que sa liste citoyenne fait grand bruit dans son village, avec son programme basé sur l'écologie et la démocratie directe, nous sommes allés à nouveau à sa rencontre, dans sa ferme.
  • Édition Politique Fiction

    L’Enfer des porcs

    Par
    C’est l’histoire d’un marin, qui portera à jamais le poids de sa damnation. C’est une histoire qui parle de la prostitution des mineures. C’est l’histoire de la domination masculine. C’est l’histoire de l’Enfer. C’est l’histoire des monstres. Il n’y a pas d’oubli, et je ne sais pas s’il y a un pardon –encore faut-il le demander… (attention, récit éventuellement éprouvant)