Passer le temps / ne pas péter les plombs

Jour 19 (ou plus?). Petit coup de mou. Alors, je me suis demandé des nouvelles à moi-même. Et je me suis répondu. Planète des singes, maraudes, complot des chats, vie en peignoir-pantoufles, frasques d'Estrosi et Lallement, revue de presse, concerts confinés, banderoles au balcon, mais aussi conseils de lecture, vidéos et musique... de quoi passer le temps. Sans (trop) péter les plombs.

Salut Macko, comment ça va ?

Alors déjà, tu vas m’appeler Philémon comme tout le monde et arrêter avec ce surnom ridicule. De un. De deux, il est vraiment pathétique d’en arriver à s’interviewer soi-même. Et sinon, tu n’es pas sans savoir que la chatte a commencé à avoir ses chaleurs hier soir, donc les prochains jours s’annoncent un petit peu rudes. D’autant que le frigo est vide, et que nous avons terminé les cubis de vin. Mon vieil ordinateur portable d’occasion passe ton temps à planter et redémarrer, je ne sais pas s’il tiendra jusqu’à la fin du confinement. Et puis, bon, là, presque trois semaines, ça commence à faire long, et il m’arrive quand même de me faire un petit peu chier, je dois dire...

Les maraudes, ça continue ?

Avec ma copine et deux potes a été foutus en quarantaine, on reprend dans quelques jours. Et à ce sujet, tant que j'y pense : il y a quelques jours, le maire de Nice, Christian Estrosi, a fait une vidéo pour remercier les bénévoles qui participent au maraudes. Notre maire qui toutes ces années a décimé le milieu associatif, nous a craché à la gueule, réprimés, s'est toujours fait fort d'envoyer ses flics traquer les toxs, les clodos et les artistes de rue, mène avec ferveur une politique urbaine anti-pauvres, a fait du quotidien des employés du CHU (où il est admin) un enfer managérial, et qui en plus s'est tapé le luxe de refiler le corona à tous les petits vieux de la région pendant sa campagne, bref notre maire sait qu'après le confinement il y aura à nouveau des élections, donc ils nous remercie pour nos maraudes bénévoles (c'est pratique, les bénévoles au grand cœur, hein, quand la merde qu'on a semé nous retombe sur la tête ?) auprès des plus démunis (dont une partie doivent ce dénuement à SA politique, lol) que nous faisons sans masques et sans gel parce qu'il a pas été foutu de nous en filer. Et bien moi, je l’emmerde. On ne sera jamais "main dans la main", comme il dit (très intelligemment, vu le contexte) dans sa vidéo -et ça n’'est pas uniquement par risque de contagion. Pour me remercier de mon bénévolat, la mairie va annuler notre expulsion, c'est bien ça ?

Calme toi. Sans colère, on a dit. Qu’est-ce que tu fous de tes journées ?

A ton avis ? Quand on ne fait pas les maraudes, entre deux courses et un jogging, je glande en peignoir pantoufle dans ma chambre qui pue le tabac et le renfermé. Je commence à perdre un peu la notion de temps, et le changement d’heure m’a complètement décalé. Ça fait une semaine que je suis persuadé qu’on est le jour suivant –enfin, je me comprends. Et puis le soir, après avoir hurlé « à bas la police, Macron à la potence » à 20h (c’est bien ça, non ?) c’est l’heure de l’apéro, à deux co-confiné.e.s ou avec les potes en visio. Toujours en peignoir. Je suis en train de fusionner avec lui, en mai il faudra me désincarcérer au pied de biche.

Il se passe pas mal de choses en ce moment. Il y a un coup de projecteur spécial que tu aurais envie de donner ?

Tout d’abord, une mention spéciale à Didier Lallement, qui est le véritable champion du moment. Déjà, avec les gilets jaunes et le rétamage de manifestantes la veille du 8 mars, il avait fait fort, mais là, il s’impose vraiment comme une enflure hors-catégorie. C’est un point Godwin à lui tout seul, il est assez incroyable. Mais sa prestation ne doit pas faire oublier le travail de la macronie en son entier, dont tous les membres semblent se demander à chaque seconde ce qu’ils pourraient bien faire pour passer pour des buses. Ils n’ont même pas été foutus de réquisitionner les cliniques, c’est quand même fou. Et j’ai également beaucoup apprécié l’idée de créer un site internet afin de venir en aide ceux qui ont du mal avec internet, info que j’ai dû relire six fois avant d’y croire.

Je suis également très soucieux de ce qui se passe avec les chats. Se demandant sans doute depuis quelques semaines pourquoi ces cons d’humains se sont soudainement mis à essayer de les imiter en passant leurs journées à bouffer et pioncer, il semble que, soupçonneux, ils aient décidé de passer à l’offensive. Une amie m’a signalé que, dans son village, « ils se transforment. Ils se déplacent en gang, on entend plus qu'eux. Ils prennent le contrôle ». Je lui ai répondu que, personnellement, ayant été jusqu’à présent très très collabo avec les félins, je peux m’attendre à une excellente situation dans leur société future.

Et j’ai évidemment été très ému par cet article du Point relatant l’enfer que traverse Brigitte Macron. Le récit des tourments de cette pauvre dame, séquestrée dans le 42 pièces cuisine de l'Elysée, fait froid dans le dos : « La Première dame ne sort guère plus. La plupart du temps, elle déjeune dans son bureau, sur la table de réunion, avec le conseiller présent. Lorsqu'ils sont plus nombreux, pour respecter le mètre de distance de chacun, ils changent de pièce. Plusieurs déjeuners se sont ainsi tenus dans le salon Paulin : la table y est plus grande. Le service à la française, où chacun pioche dans les plats, a été remplacé par le service à l'assiette, plus hygiénique. » Je pense lancer une cagnotte. Remplacer le service à la française par le service à l’assiette, on croit rêver.

Qu’est-ce que tu regardes, pour passer le temps ?

Comme beaucoup de monde je me suis dit que le confinement serait l’occasion de voir ou revoir des chef-d’œuvres du 7ème art, et comme beaucoup de monde en fait je ponce Youtube toute la journée. Sinon, il y a quelques jours, on s’est maté la nouvelle trilogie de la Planète des singes, et c’est franchement bien. Ça parle de la fin du genre humain. L’intro du 2ème opus, qui prend congé de l’humanité en quelques images de chaines d’info en continu à propos d’une pandémie mondiale due à une grippe infectieuse d’origine animale, m’a fait penser à quelque chose, mais quoi ? Côté Youtube, avec ma copine nous avons un cérémonial assez précis : le matin, les infos d’inter, pour préparer à manger, le Par Jupidémie de la veille, et pendant qu’on mange, le podcast d’Usul, Les Confinautes, puis la vidéo quotidienne de Pierre-Emmanuel Barré, puis, le cas échéant, la Nouvelle vie confinée des potes de Télé Chez Moi.  

Et côté musique ?

Avec les potes on a créé une page d’échange, « la musique adoucit les meurtres ». Y a un peu de tout, du punk, du jazz, de la soul, du punk, du rap, de l’électro. Cymande, Rage Against the machine, Avishai Cohen, Run the Jewels… On a un pote a donf sur des musiques chelous berlinoises et sur les groupes inconnus venus d’Angola et du Vietnam. Hier c’est parti en vrille, les plus âgés de la bande, que les jeunots de 90’s comme moi appelons très gentiment les ieuvs, ont tenté un putsh à base de synthé des années 80. Il a fallu purger la page et se promettre que plus jamais ça. J’écoute aussi les créations confinées des potes, comme ces concerts au balcon de Jules de Juga et cette chanson, « où sont les masques » de mon ami Jérome du collectif Main d’œuvre. Et évidemment je me fais un malin plaisir de ma passer en boucle les deux albums de mon copain rappeur Raf, aka, Zippo, que je trouvais très pessimiste dans le temps mais, bon, force m’est de reconnaitre qu’il n’avait pas tort, maintenant que la réalité ressemble à ses chansons.

Qu’est-ce que tu lis, en ce moment ?

Pas grand-chose, en vrai. Youtube me bouffe une bonne partie de mon temps. Un bouquin dégotté en fouillant dans les cartons de mon squat, et qui appartenait sans doute au père de mon coloc, qui était très branché ésotérisme. Ça s’appelle « le guide la France mystérieuse », et c’est une sorte de dictionnaire des fées, lieux magiques et bestioles incroyables. Le chat d’argent, par exemple, est un chat noir à qui l’on confie deux sacs, l’un empli d’or ou d’argent, l’autre vide, qui part on ne sait où, et qui revient avec le deuxième empli de la même somme qui avait été mise dans le premier. J’ai fait ça avec le mien, mais il ne veut pas partir, il est encore sur le palier, ce con. J’ai aussi relu l’excellente bédé « Sabordage », de mon ami Pluie Acide, aux éditions Même pas mal, dans laquelle j’apparais sous forme d’un réptilien anarchiste. Et puis toujours Roberto Bolaño, dont je feuillette l’anthologie poétique en espagnol, « la Universidad desconocida », et dont je conseille la lecture de TOUS les ouvrages. Sans compter, bien sûr, la quantité improbable de choses plus ou moins intéressantes que je lis sur FB (merci Raoult pour les engueulades que vous créez sur le monde « faut-il séparer l’homme du médicament ? », sans ça on n’aurait pu s’ennuyer), et les articles de mes petits camarades de Mouais.

D’autres conseils ?

Mon amie Lisie Philip, chorégraphe et danseuse, propose chaque jour sur sa page FB de merveilleuses création de danse contemporaine, et c’est très beau. Côté travaux pratique, on voit ici et là surgir des banderoles sur les balcons, et c’est très bien. Nous en avons-nous-même mis deux à notre fenêtre : une contre la casse de la fac (ma copine est étudiante), une autre sur laquelle j’ai marqué : « Confiné.e.s, pas cons finis. #confinons les macronistes à perpétuité. » J’espère que ceci va continuer à fleurir. Parce que merde, quoi.

Le mot de la fin ?

Vive la révolution, vive l’autogestion, vive l’écologie sociale et libertaire, à bas le capitalisme. Et sans rancune pour le pangolin.

Merci Macko. Prends soin de toi.

Mouais.

M.D.

PS : l'idée de l'auto-interview n'est pas de moi mais d'Ariane aka Tia Pantaï, chroniqueuse à Mouais.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.