Mačko Dràgàn
Journaliste punk-à-chat à Mouais et Télé Chez Moi
Abonné·e de Mediapart

194 Billets

3 Éditions

Billet de blog 5 févr. 2021

Il n'y aura jamais d'anarchistes à la tête de quoi que ce soit. Réponse à Ruffin

« On a des anarchistes à la tête de l’État. Ils installent un état d’anarchie qui rend le pays incapable d’agir. » (Ruffin, 3/02/2021) Bon. François, je t’ai défendu auprès de mes potes après tes propos sur les frontières, sur Amazon, mais là… j’aimerais demander pas seulement à toi, mais à toute la gauche : quand allez-vous enfin considérer avec un peu de respect la pensée libertaire ?

Mačko Dràgàn
Journaliste punk-à-chat à Mouais et Télé Chez Moi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le camarade Yannis Youlountas t’a déjà répondu, notamment avec cette phrase limpide : « trêve de sornettes : si les anarchistes étaient vraiment au sommet de l’État, il n’y aurait plus de sommet et il n’y aurait plus d’État », mais je ne résiste pas, étant en quelque sorte l’anar’ de service du club Mediapart, à la tentation d’en remettre une louche, et à me questionner de concert sur la nécessité qu’il y avait, comme ça, gratuitement, à jeter des crottes de nez sur tes camarades libertaires tranquillement assis au fond de la classe, et qui ne demandaient rien à personne.

« On a des anarchistes à la tête de l’État… Ils installent un état d’anarchie qui rend le pays incapable d’agir » … A vrai dire, je vois plus ou moins ce que tu as voulu exprimer dans cette phrase : par provocation, tu tendais à monter le paradoxe qui consiste à voir des dirigeants si épris de « la loi et l’ordre » se comporter comme si rien d’autre ne leur importait que leurs caprices de puissants : ni dieu, ni maître, sauf Geoffroy Roux de Bézieux, pourrait hurler Macron à son pupitre.

Sauf que ça, mon cher François, ce n’est pas l’anarchie : c’est le désordre causé par un pouvoir autocratique en roue libre. C’est le règne du Père Ubu, c’est le fait du prince comme seule logique du pouvoir, c’est tout ça, mais ça n’est pas l’anarchie –et quelqu’un comme toi, doté d’une solide culture politique, le sais pertinemment.

Parce que de quoi on parle ?

L’anarchie, je le rappelle brièvement, c’est ainsi que l’on désigne la pensée antiautoritaire, le refus d’une quelconque hiérarchie. Comme je l’ai écrit il y a de cela quelques temps à Onfray, un autre bonhomme qui n’a pas tout compris à l’anarchie, nous autres anar’, on ne hiérarchise rien. Et comme nous ne hiérarchisons pas les « races », nous sommes antiracistes. Comme nous ne hiérarchisons par les travailleurs et travailleuses, nous sommes anticapitalistes. Comme nous ne hiérarchisons pas les genres, nous sommes antisexistes. Comme nous ne hiérarchisons pas les espèces, nous sommes antispécistes. Comme nous ne hiérarchisons pas les peuples, nous sommes internationalistes. Comme nous ne hiérarchisons pas le vivant, nous sommes écologistes.

Cette pensée, vaste et profonde, je le rappelle également, était hégémonique à gauche, dans les mouvements ouvriers, à la fin du XIXème et au début du XXème siècle. Après un reflux dû à une intense répression, l’une des plus intenses qu’un mouvement d’émancipation ait eu à connaitre, elle a ressurgi autour des années 60 et 70, notamment dans le monde anglo-saxon avec des penseurs comme Murray Bookchin, et, plus tard encore, David Graeber, qui ont, avec bien d’autres, dessiné les contours d’un nouveau corpus de pensée, finement lié aux thématiques contemporaines les plus brûlantes : le féminisme (avec l’écoféminisme d’Ynestra King), l’anticolonialisme (avec l’anarcho-indigénisme), l’écologie (avec l’écologie sociale), la démocratie directe (avec le municipalisme libertaire)…

Toutes choses que les camarades du Rojava, après les zapatistes mexicains et bien d’autres encore de par le monde, ont tenté, dans l’indifférence générale –si ce n’est quand ils luttaient contre Daech- de rendre possible, créant pour les autres peuples du monde un horizon politique désirable.

C’est tout ça, l’anarchie, mon vieux François. Et toi, voilà que tu débarques et que tu nous compares à Macron, sachant que ce dernier est aussi anarchiste que je suis adepte des soirées Tourtel-Twist.

« Ils installent un état d’anarchie qui rend le pays incapable d’agir » … Mais voyons, François, tu sais pourtant très bien s’il y avait plus d’anarchistes aux postes-clefs, avec mandats révocatoires bien entendu, la vie serait plus belle, plus libre, plus respectueuse du vivant et des désirs de chacune et chacun, avec de la fête, des potes, des chats, de repas de quartier, des concerts sauvages ?

Sais-tu que s’il y avait plus d’anar’, si nous avions fait, dans cette crise sanitaire, le choix de l’autogestion et de la responsabilité individuelle, bien des problèmes auraient été résolus par des habitantes et habitants apte à trouver eux-mêmes comment rouvrir les lieux associatifs, les salles de spectacles, les établissements scolaires, les cafés, les bars, dans le respect des contraintes du bien-être collectif ?

Sais-tu que c’est la pensée autogestionnaire qui, lors du premier confinement, a permis à de nombreux quartiers du pays de continuer, grâce à l’entraide horizontale, de ne pas sombrer dans la famine et la misère ?  

Et vous tous et toutes, membres de la gauche « classique », avez-vous bien conscience que les anarchistes en ont marre, marre d’être considérés comme la cinquième roue du carrosse, marre de ne jamais être conviés à vos tables rondes, marre de voir nos idées jamais prises en compte, jamais discutées, marre de voir les mêmes clichés éculés repris à la fois par des médias qui ne nous demandent jamais notre avis et par des politiques qui devraient être de notre bord mais qui nous méprisent tout autant que les autres ?  

Les militants et militantes anarchistes comptent parmi celles et ceux qui subissent le plus de répression de la part du pouvoir. Classés comme « terroristes » à dé-radicaliser, au même titre que les djihadistes, nous devons souvent vivre dans l’ombre, peinant à rendre visibles nos luttes, pourtant nombreuses.

Ça commence vraiment à bien faire. Les anarchistes sont nombreux –sans doute même plus nombreux que les militants EELV, mais, vous allez me dire, c’est pas dur. Mais le reste de la gauche s’obstine à faire comme s’ils ne faisaient pas partie de la famille, à nous voir comme un parent pauvre, l’idiot de la famille, la vilaine sorcière qu’on invite pas à se pencher sur le berceau de la « convergence des luttes ».

Nous autres anar’, pensons-nous, nous sommes l’avenir. Selon nous, comme le formulait Bookchin, la pensée libertaire sera au XXIème siècle ce que le récit marxiste était au siècle précédent.

Donc, chiche, François, et tous les autres ? On discute ?

« Mais croyez-moi bientôt
Les flics auront du boulot,
Car tous les vagabonds
Parlent de révolution.
Un jour toutes nos chansons
Ouais vous désarmeront,
Il n'y aura plus qu'la folie,
La joie et l'anarchie
La joie et l'anarchie
La joie dans Paris » (et à Nice aussi !)

Mačko Dràgàn

Anarchiste écolo-punk

Journaliste au mensuel libertaire Mouais : https://www.helloasso.com/associations/association-pour-la-reconnaissance-des-medias-alternatifs-arma/paiements/abonnement-mouais

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Climat : militer dans l’urgence
Une quinzaine de départements français sont touchés par la sécheresse, dix ont déjà dépassé le seuil d’alerte. On en parle avec Simon Mittelberger, climatologue à Météo-France, Cécile Marchand d’Alternatiba et Les Amis de la Terre, et Julien Le Guet, du collectif Bassines non merci.
par À l’air libre
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon