Mačko Dràgàn
Journaliste punk-à-chat à Mouais, Télé Chez Moi, Streetpress...
Abonné·e de Mediapart

203 Billets

4 Éditions

Billet de blog 8 sept. 2020

Mačko Dràgàn
Journaliste punk-à-chat à Mouais, Télé Chez Moi, Streetpress...
Abonné·e de Mediapart

Liberté d’expression: la police n’est pas très très «Charlie»

C'est tombé hier: 12 mois avec sursis en tout pour mes potes Olivier, Delphine, Alec et Dany. Plus 400 euros de « dommage et intérêt » par policier, près de 5000 euros en tout. Tout ça pour quoi ? Pour des… slogans visant le syndicat d’extrême-droite Alliance, et les violences en général. Enfin, pardon : pour « outrage, violence et rébellion ». La police insulte, blesse et tue. Pas nos slogans.

Mačko Dràgàn
Journaliste punk-à-chat à Mouais, Télé Chez Moi, Streetpress...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Eh, oh ! Toi ! Le masque ! », « bouge pas », « T’as tes papiers ? », « qu’est-ce que tu fumes ? C’est pas une clope, ça ! », « pose tes mains sur le capot », « c’est quoi ça dans ton sac ? », « c’est bon, vas-y, casse-toi », « Ecoute-moi bien, sale arabe [noir, gitan, etc., rayez la mention inutile]. Tu prends ta voiture et tu vas te faire enculer ailleurs »

Ils ont le cœur sensible, nos policiers. Surtout ceux du syndicat Alliance, que des slogans comme celui-ci : « ils tirent au LBD, à bas les condés, ils tuent, ils blessent, à bas les CRS », émeuvent à vif. Notamment le mot « condé », ça, ça les touche, c’est l’un d’eux qui l’affirme dans un article de Nice-Matin par ailleurs exécrable (on y trouve des phrases comme : « ces citoyens-là tranchent avec le profil des prévenus qui les ont précédés » ; traduction : ils ne sont pas Noirs ou Arabes, mais bref) : ouvrez les guillemets, « on ne peut pas traiter impunément les policiers de condés », fermez les guillemets, tirez un mouchoir de votre poche, et écrasez-vous tendrement le coin de l’œil.

D’autant que les pauvres policiers n’avaient rien fait. Après tout, quand on est membre d’un syndicat d’extrême-droite proche ici de l’ex-skin néo-nazi Philippe Vardon, qui y a-t-il de mal à se pointer sans y avoir été invité à une manif, en l’occurrence celle du 9 mai 2019 ayant eu lieu à Nice en défense des services publics, et à faire bruyamment connaitre sa présence dans le cortège ?

Las ! Face au mécontentement de la horde de vils gauchos hostiles, il leur a fallu, bien malgré eux, se résoudre –avec amour ! - à interpeller violemment, avec plaquage au sol, coups et insultes, quelques manifestants ayant protesté contre cette intrusion. Au menu de la GAV ce jour-là : Alec et Dany, deux étudiants, Olivier, professeur d’Histoire en lycée, et Delphine, embarquée dans la foulée parce que pourquoi pas, tant qu’on y est. Et 5 mois plus tard, ces sans-cœurs ont enfin eu la peine qu’ils méritent. La décision a été rendue ce lundi soir à minuit : des mois de prison avec sursis, des milliers d’euros de dommages et intérêts.

« Dernière sommation ! », « chargez ! », « barre-toi, toi ! barre-toi ! », [bruits de coups donnés au sol. Cris de douleur], « arrête de bouger putain ! », « arrête de filmer ! arrête de filmer ! Putain viens-là toi ! » [Coups]…

Rappelons que nos amis émotifs en bleu ont de sérieuses, sonnantes et trébuchantes raisons d’avoir la larme facile : le juteux business de « l’outrage » fait la fortune à la fois des avocats spécialisés dans la question et des policiers ravis de se créer ainsi de confortables 13èmes mois en se comportant comme des abrutis et en se faisant verbalement « traiter » comme tels ; et tout ceci, aux frais du contribuable, bien sûr.

StreetPress : « Le système est bien rodé : un policier victime d’outrage peut, d’un simple appel téléphonique, déclencher une procédure qui sera à la charge de l’État […], une « protection fonctionnelle » (PF). C’est-à-dire, la prise en charge des frais d’avocats par le SGAP. En 2012, plus de 20.000 dossiers de demande de « PF » ont été effectués par la police, pour seulement 300 refus. Coût total cette année-là : 13,2 millions d’euros. En théorie, la demande doit être accompagnée d’un document signé par la hiérarchie du policier, validant le bien-fondé de la demande. Sauf que les auteurs du rapport [du ministère de l’intérieur] ont constaté « l’absence quasi générale de cet avis ».

« Bouge pas espèce de con, tu vas te faire mal avec les menotte », « enlève ta bague et ta boucle d’oreille, ou je te les enlève à la pince ! », « arrêtez de taper sur les murs de votre cellule bordel ! Qu’est-ce que tu veux toi ? T’es pas content ? T’iras aux chiottes quand on voudra ! »…

Donc voilà. Pour soutenir nos copaines, on va faire une cagnotte, ce qui revient à payer l’apéro au type qui vient de te casser la gueule. Sans passer par la justice, qui n’a a priori pas que ça à faire, les flics devraient tout bêtement nous faire les poches après nous avoir mis au sol à coups de tonfa, ça irait plus vite et ça coûterait moins cher. Quitte à avoir l’impression de se faire racketter par les gens censés nous protéger…

D’ailleurs, « protéger » … comment dire ? Dans les banlieues, le rôle « protecteur » de la police, s’il a jamais existé, n’est plus qu’un lointain souvenir, et quiconque vit dans ces quartiers ou a des potes qui y résident sait que les violences et injures y sont quotidiennes –j’en parlais la dernière fois avec mon pote F., condamné… pour s’être fait littéralement briser les doigts, la gueule et le bras, alors qu’il fumait une chicha tranquillement en bas de son immeuble, par des bacqueux en mal d’action.

Et pour les autres citoyens, ce n’est pas forcément mieux. Femmes, personnes racisées, LGBT+, et bon nombre de lambdas également, tous ont leur petite histoire d’abus de pouvoir, de vocabulaire ordurier, de coups, sans que jamais, si plainte il y a (c’est bien rare, car à quoi bon ?) elle n’aboutisse à quoi que ce soit d’autre qu’à une perte de temps et d’argent.

« Ma cochonne ! Je lui fais caca dessus et je lui étale sur tout le visage ! … », « Elle aurait dû rester sur le trottoir cette pute ! », « Toujours les mêmes qui bravent tous les interdits dans ce pays. Les gauchisses puants et immigrés qui ne fera même pas 1/10 du quart de ça chez eux ! Comme Trump ! Il a dit du plomb ! »…

En ce moment, nos grands médias se gargarisent, à l’occasion du procès des attentats à Charlie et à l’Hyper-Cacher, de l’amour tonitruant que notre pays entretient avec la « liberté d’expression » ; et j’aimerais leur demander : de quoi on parle ? Car pour le moment, ce que je vois autour de moi, dans la France d’aujourd’hui, me parait doté de vitesses aussi distantes que les pignons du vélo d’un coureur du tour de France.

Se faire traiter de « connards », avec mon pote Jules, en maraude durant le confinement, par des policiers auxquels nous avions demandé pourquoi ils ne portaient pas de masques (NB : maintenant, ils nous traitent de « connards » si c’est nous qui n’en portons pas, logique) : liberté d’expression. Les Unes islamophobes, Obono enchainée, Zemmour, Onfray, chier à la gueule des minorités ? Liberté d’expression. Le racisme et l’homophobie quotidiens de la police ? Liberté d’expression. Se faire insulter gratuitement dans la rue, en manif, de retour de soirée, partout : idem.

Par contre, interpeller cette même police sur sa violence : outrage. Protester contre l’impunité des violeurs : diffamation. Ne pas être d’accord, et le faire savoir : violence.

« Bougnoule », « négo », « sale feuj », « putain de romanos », « biques », « gris », « bamboula », « crouilles », « connards de gauchos », « cocos de merde », « pédé », « gouine », « salope », « pute », « connasse » …

Et pendant ce temps-là, l’extrême-droite, si bien représentée par notre police, prend ses aises, bien à l’abri. Il y a peu, la semaine dernière, par chez nous, il ont débarqué en bande, sur le parvis du campus de lettres, pour attaquer à coup de poings trois étudiante.s pacifiques du syndicat Solidaires, qui y tenaient un stand pour la rentrée. Mon pote Q. s’en est tiré avec un nez cassé.

Nul doute que cette atteinte à la liberté d’expression et à la liberté syndicale sera vivement et courageusement critiquée par nos grand amis démocrates du syndicat Alliance. Eux si sensibles, si émotifs, si « Charlie ».

« CRS = tendresse ! »

Salutations libertaires,

M.D.

Si vous avez aimé cet article et souhaiter défendre les médias indépendants, vous pouvez, pour un prix dérisoire, retrouvez mes articles et ceux des mes copaines en vous abonnant à Mouais : https://www.helloasso.com/associations/association-pour-la-reconnaissance-des-medias-alternatifs-arma/paiements/abonnement-mouais

C'est 24 pages de bonheur par mois pour 22 euros !

Sources :

https://www.streetpress.com/sujet/1412585688-le-business-des-outrages

https://www.bondyblog.fr/societe/police-justice/ecoute-moi-bien-sale-arabe-tu-prends-ta-voiture-et-tu-vas-te-faire-enculer-ailleurs/?fbclid=IwAR148bNKe0dtC0-p1Tr5J7m3LK88SzssK7f4HY2ZhAs-PrtaBA1notfxQSk

https://www.streetpress.com/sujet/1591288577-milliers-policiers-echangent-messages-racistes-groupe-facebook-racisme-violences-sexisme

https://www.interieur.gouv.fr/Publications/Rapports-de-l-IGA/Rapports-recents/Evolution-et-maitrise-des-depenses-de-contentieux-a-la-charge-du-Ministere-de-l-Interieur

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Europe
Poutine entérine l’annexion de quatre régions ukrainiennes
Après une allocution au Kremlin, le président russe a signé l’annexion des régions ukrainiennes de Kherson et de Zaporijjia, ainsi que des autoproclamées « Républiques » de Donetsk et de Louhansk. Et il a prévenu que la Russie protègerait ses terres « en utilisant toutes [ses] forces ».
par Laurent Geslin
Journal
Le renseignement de sources ouvertes, nouvel art de la guerre d’Ukraine
La collecte et l’analyse des traces numériques laissées par les combats qui font rage en Ukraine peuvent-elles avoir une incidence sur le déroulement du conflit ? La guerre du Golfe avait consacré la toute-puissance de la télévision, celle d’Ukraine confirme l’émergence de l’Open Source Intelligence (OSINT).
par Laurent Geslin
Journal — Migrations
Sur TikTok, les passeurs font miroiter l’Angleterre à des Albanais, qui s’entassent à Calais
Depuis le début de l’année, les Albanais sont particulièrement nombreux à tenter la traversée de la Manche pour rejoindre l’Angleterre, poussés par des réseaux de passeurs dont la propagande abreuve les réseaux sociaux. Une fois dans le nord de la France, beaucoup déchantent.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon
Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica