L’ère des Praud

« C'est juste honteux ! » : Tu parlais de Meurice, mais tu as bien raison, Pascal ! C’est juste honteux que ton émission, « l’heure des pros », satellite médiatique du RN, du syndicat fascisant Alliance, de Génération Identitaire et de tout ce que ce pays compte de racistes, soit encore à l’antenne. Et y en a marre de voir des boubeauf (bourgeois beauf) comme toi nous raconter la vie.

Il n’y a pas très longtemps de ça, en grand amoureux de la liberté d’expression (enfin, à tout du moins de la tienne), tu n'as pas bronché lors du renvoi de l’humoriste Sébastien Thoen, qui avait commis l’outrage de se moquer de ton émission dans un sketch inoffensif qu’il serait difficile de tenir pour parodique, tant le modèle d’origine pousse loin l’auto-caricature –pour tout dire, ta version humoristique me semblait moins insupportable que toi, et à coup sûr bien plus attachante, puisque ce double avait au moins, lui, la décence et l’honnêteté de déclarer : « On ne connait pas mieux les sujets que vous, mais nous on est payés, c'est ça la différence. »

Et très bien payé, même. Mais ça, toi, comme tu es pudique, comme ta façon de parler aux femmes semble l’indiquer (on ne peut pas être aussi odieux sans dissimuler au fond de soi un cœur sensible –à moins que tu ne sois juste qu’on gros misogyne à côté de qui DSK, c’est Du Bellay, va savoir, même si je n'oserai le formuler ainsi), bref, comme tu es pudique, quand un jour fut évoqué en direct ton salaire de PDG dans le textile, qu’est-ce que tu as fait ? Eh bien tu as lancé la pub, parce que c’est gênant, quand on veut se faire se passer pour un pauvre prolo aviné venu déblatérer (gratuitement, au moins) ses conneries sur un tabouret de bar PMU après une dure journée de labeur, de trop faire savoir qu’on a sur son compte en banque l’équivalent d’un fond de pension qatari (OK j'exagère, mais c'est pas toi qui va me le reprocher), et qu’on est aussi loin de connaitre la réalité vraie du peuple que Darmanin les effets du shit.

Mais qu’à cela ne tienne ! Quoique fort bien payé, donc, pour dire tout haut ce que Robert Ménard pense pareil, mais souvent de façon moins excessive, tu t’es dernièrement ému que Guillaume Meurice, donc « quelqu'un qui est payé par des fonds publics, qui s'exprime sur une radio publique qui s'appelle France Inter », produise sur son temps libre un tweet moquant la police, à savoir voir la photo d’un Bisounours tenant une matraque, avec cette légende : « ACAB, AllCopsAreBisounours ».

« C'est juste honteux ! », t’es-tu donc écrié, parce que toi, les flics, ces flics qui lynchent des Noirs, qui tabassent des étudiantes, qui raflent et trainent au sol des migrants (mais bon ça pour toi c’était normal hein, comme tu l’as dit à l’époque : « Ce qui est amusant, c’est que ceux qui étaient très à gauche à Paris, les bobos, ils en peuvent plus aujourd’hui. Ils ont les migrants en bas de chez eux et ils se rendent compte que c’est l’enfer… Évidemment ! Évidemment qu’il y a des vols, etc. »), qui arrachent des mains et crèvent des yeux, qui revendiquent avec Alliance leur statut de milice proto-fasciste indépendante de l’État, cette bande joyeux lurons armés et testostéronés donc, eh bien c’est tes potes. Il ne se passe pas un seul jour sans que tu ne les invite à ton émission pour dire en gros qu’il faut renoncer à l’État de droit et aux libertés individuelles pour lutter contre les gaucho-zadistes islamo-mélanchono-séparatistes qui pillent, violent, tuent, saccagent et mangent des enfants, comme dirait Zemmour.

Quelle belle carrière, hein ? Comme chargé de com’ du FC Nantes tu étais nul, à tel point qu’il a fallu te débarquer parce que ça devenait gênant, mais comme employé de commerce de Le Pen et d’Alliance sur CNews et RTL aka Radio-Bière-Foot, tu fais des merveilles.

Il faut dire que tu y mets du tiens : balancer des chiffres au pifomètre, genre opiner quand ton pote Rioufol dit que 50% des jeunes musulmans des banlieues se revendiquent de l’État islamique, proposition de camps d'internement pour les fichés S, invitation à classer les antifas comme « groupuscule terroriste », soutien à l’utradroite putschiste pour faire face au climat de « guerre civile », et puis tout le reste, le racisme, l’islamophobie, le sexisme, les rengaines climato-sceptiques, tout ce qui tire vers le bas, quand je pense que pas mal de pote se sont pris des amendes et du sursis pour des slogans en manif, je dois avouer que j’envie un peu la liberté d’expression qu’on t’accorde. J’aurais dit le 8ème de ce que tu dis, mais en version de gauche, je serai déjà en taule depuis belle lurette, et pour longtemps.

Mais toi, avec 1200 plaintes au compteur auprès du CSA en 2018, et sans doute bien plus aujourd’hui, tu es toujours là. Et tu te permets même, du haut de ton trône de friqué intouchable, de demander à ce qu’on vire ceux dont la tête, les prises de positions ou l’humour ne te reviennent pas.  

Et nous, de notre côté, on ne peut même pas demander ta démission. Parce que tu as beau jouer « l’ami du peuple », celui qui murmure à l’oreille des taxis, des taxis, navré de te le dire, pour la plupart bien plus raffinés et cultivés que toi –tu me diras, c’est pas dur-, tu fais partie des puissants, des riches, des dominants, de ceux qui n’ont rien à prouver pour rester là où ils sont, tel le croisement monstrueux entre un aristo de l’ancien régime et un clone survitaminé de Jean-Marie Bigard.

Par contre, mon journal, c’est moi l’ai créé. Tu ne pourras donc pas demander à ce que j’en sois viré. Je permets donc ce petit plaisir : Pascal, tu es pour moi l’incarnation de ce que la pensée humaine a produit de pire, et je t’e*****e.

Il y a en a marre, marre des pachas thunés qui pérorent sur la vie, donnent leur avis rémunéré sur une société qu’ils ne connaissent que du haut de leurs 49 pièces cuisines climatisés avec domestiques, qui jugent nos vies de précaires sans jamais avoir connu la douleur de la brutalité policière quotidienne, des petits boulots mal payés, des violences du gouvernement autoritaire et de sa bureaucratie complice, de la galère à se nourrir, à nourrir ses enfants, à vivre tout simplement, loin de leurs postillons covidés de vendus au systèmes perclus dans l’univers confortable qu’ils se sont construits sur la main qui nous broie.

Allez, santé, Pascal. Les dinosaures médiatiques de ton espèce vont bien devoir se rendre compte un jour que leur ère est terminée.

Salutations libertaires,

Merci Meurice d’être ce qu’il est,

M.D.

Journaliste punk à chat à Mouais (abonnez-vous !)

Pour lire du Praud dans le (con)texte, je me réfère toujours à l’excellentissime Samuel Gontier : https://www.telerama.fr/ecrans/violences-policieres-les-forces-de-lordre-victimes-des-pieges-de-lextreme-gauche-6753349.php

PS : afin d'éviter des ennuis à Mediapart j'ai mis un coup de polish sur la version initiale

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.