Mačko Dràgàn
Journaliste punk-à-chat à Mouais et Télé Chez Moi
Abonné·e de Mediapart

197 Billets

3 Éditions

Billet de blog 10 avr. 2022

Le roi des cons

« Françaises, Français », comme aiment à dire les ordures que vous réélisez avec une constance dans la stupidité qui force l’admiration, je vous hais. Vous avez choisi comme maitres le pire de ce qui se présentait. Et envoyé au monde ce message : faites-nous confiance pour élire le roi des cons. Ce sera le (la ?) vôtre. Pas le mien.

Mačko Dràgàn
Journaliste punk-à-chat à Mouais et Télé Chez Moi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je vous hais, ouais. Je hais ce regard d’abrutis indifférents mais satisfaits dans leur égoïsme petit-bourgeois que j’ai pu voir dans les rues en rentrant chez moi après une journée de dimanche électoral passée chez des potes, à écouter de la musique comme les saloperies de feignasses improductives que nous sommes à tes yeux, peuple de France, au milieu d’une nuée de gosses de tous les âges, avec là des gens de toute condition des éleveuses de volailles des professeurs des éducatrices des paysagistes des chômeurs des RSAistes des tout ça des tous ces gens qui vont encore bien en chier pendant cinq ans.

Je vous hais, vous tous, je le dis pas en inclusif parce que vous aimez pas ça les point médiants, bande de cons. Je vous hais parce que c’est pas faute de vous hurler à la gueule depuis des années que la terre brûle que les gens crèvent du capitalisme dans nos rues sur vos paliers et que y a plus le temps mais que vous tout ce qui vous intéresse c’est vos sinistres petites vies médiocres de boutiquiers même pas heureux de vendre leur dignité au plus offrant, tout ce qui vous intéresse c’est qu’est-ce qu’il a dit le monsieur à la télé pour te rassurer sur le fait que les plus pauvres que toi le restent, et qu’est-ce qu’elle a dit la madame à la radio sur ces basanés qui se permettent de demander de vivre.

Je vous hais, vous me dégoutez. Je ne suis pas vous. Macron le chef d’entreprise qui vous parle et vous appréhende, mais il faut croire que hélas il a raison, comme l’équivalent des gens auquel on demande de manger leurs crottes de nez pour rigoler et qui le font parce qu’ils sont trop cons, ça vous va, le Pen la millionnaire fille-de militaire tortionnaire qui n’a pas ouvert sa gueule depuis six mois sauf sur Inter pour dire que c’est pas facile sa vie, ça vous va, les deux personnes que vous avez placé en tête de vos suffrage d’attardés ont été celles qui ont préféré ne rien dire et laisser faire, l’une fasciste, l’autre fascisant, mais ça vous va, pas un mot plus haut que l’autre, ça vous va, ils se foutent de vos gueules mais ça vous va, ils le font rarement, une fois de temps en temps, et puis c’est le jeu ma pauvre Lucette. Vous êtes des victimes de cour d’école qui vous réjouissez quand ça fait deux jours que votre bourreau vous a pas insulté en public et qui en plus viennent quémander des claques en rab.  

Je vous hais, à un tel point que j’en suis à vous souhaiter que le pire de ce que vous avez l’air de réclamer par les urnes vous arrive, parce que ouais, bande de cons, ce que veulent les deux tocards que vous avez désigné, ça répondra au bien-être d’une minorité d’entre vous, les plus friqués, les plus blancs, mais les autres, je vous souhaite de vous faire couper l’assurance-maladie, que vous vous retrouviez à crever de faim après avoir été virés de votre taf et radiés du chômage, que vous galériez avec un dos pété à bosser jusqu’à 65 ans, que vous flippiez de nourrir vos gosses parce que vous trouvez pas de boulot et que le RSA n’existe plus sauf sous condition d’aller faire 20 heures de bénévolat en mode transpalettes à l’usine à 5 heures du tam, mais y a personne pour faire garder les gosses, évidemment car toutes les meufs qui bossaient à la crèche sont en burn-out, elle est belle la vie dans votre monde, cet enfer j’espère que vous allez le vivre aussi et si vous pleurez parce que c’est dur et que vous n’en pouvez plus soyez certains que je ne vous tendrai pas la main.

Car dites-vous tout de même que les flash-ball pleine tête tir tendu les flics les gardes à vue les fins de mois à faire la manche pour bouffer les larmes les sacrifices à force de le demander pour les autres ça finira bien par vous arriver à vous aussi.

Je dis ça, à vous que je hais, mais en vrai, ça vous arrivera pas, tout ça, vous, qui avez voté pour cette honte, vous êtes sans doute pour la plupart ces mêmes vieux réac’ incrustés dans vos vies pourries pour lesquels on a perdu des mois de nos vies à rester confinés chez nous comme des cloportes pour préserver votre capacité à lever vos petits culs fripés pour aller voter pour les incompétents qui ont rendu ce cauchemar sanitaire possible, et qui continueront à bousiller la planète et referont la même en pire sitôt que votre connerie leur aura donné l’impression qu’aucun garde-fou n’existe à leur folie destructrice.

Et si vous ne faites pas partie de cette petite clique de privilégiés du turbo-capitalisme autoritaire et que vous avez quand même voté pour ça, ma foi qu’est-ce que vous voulez que je vous dise, à part maudire vos grands morts sur toutes les générations à venir, qui de toute façon ne seront sans doute pas très fournies puisque, comme vous êtes bien trop cons, peuple de France, tout est foutu.

J’ai la gerbe ; oui, vraiment, je vous hais. Je n’ai plus envie de vous respecter. J’ai envie, je dis pas que je le ferai, nous sommes ici entre gens de bonne tenue, mais j’ai envie, de dégrader votre mobilier urbain, de cracher sur vos drapeaux, de brûler tous vos symboles d’une république-mon-cul qui reconduit toujours ceux qui répandent en riant des litres d’acide sur l’avenir de nos gosses en échange d’une poignée de pognon, qui se foutent de notre misère et du fait qu’on crève en riant H24 sur les chaines d’infos, j’en ai marre de tout ça, 30 ans que je galère, 30 ans à vivre entouré par des cons dans une société qui ne marche pas et nous relègue toujours plus loin dans le caniveau, et 30 ans à voir des gens se prosterner devant ceux qui ont rendu ce caniveau chaque jour plus puant.

Moi, prolo métèque marginal dont la vie va se dégrader alors même que le mois dernier j’ai dû manger de la semoule pendant une semaine pour que mon chat puisse continuer à avoir de bonnes croquettes, parce que si lui mérite le meilleur ça n’est pas mon cas, je vous hais, et je pense que nous sommes un bon paquet, racisées, précaires, queer, immigrés, exploitées, tous et toutes les dominées, à vous haïr d’une puissance que vous n’imaginez même pas, et qui j’espère vous sautera à la gueule un jour ou l’autre –mais malheureusement pas maintenant, parce que maintenant, c’est l’idiocratie, et présentement le peuple le plus stupide du monde s’est amassé pour élire le roi des cons.

Ce sera le (la ? Si vraiment vous êtes cons à ce point) vôtre. Pas le mien.

Salutations libertaires aux autres.

Mačko Dràgàn

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
Devant la Cour suprême, le désarroi des militantes pro-avortement
Sept ans presque jour pour jour après la légalisation du mariage gay par la Cour suprême des États-Unis, celle-ci a décidé de revenir sur un autre droit : l’accès à l’avortement. Devant l’institution, à Washington, la tristesse des militants pro-IVG a côtoyé la joie des opposants.
par Alexis Buisson
Journal
IVG : le grand bond en arrière des États-Unis
La Cour suprême états-unienne, à majorité conservatrice, a abrogé vendredi l’arrêt « Roe v. Wade » par six voix pour et trois contre. Il y a près de 50 ans, il avait fait de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. Cette décision n’est pas le fruit du hasard. Le mouvement anti-IVG tente depuis plusieurs décennies de verrouiller le système judiciaire en faisant nommer des juges conservateurs à des postes clefs, notamment à la Cour Suprême.
par Patricia Neves
Journal — Parlement
Grossesse ou mandat : l’Assemblée ne laisse pas le choix aux femmes
Rien ou presque n’est prévu si une députée doit siéger enceinte à l’Assemblée nationale. Alors que la parité a fléchi au Palais-Bourbon, le voile pudique jeté sur l’arrivée d’un enfant pour une parlementaire interroge la place que l’on accorde aux femmes dans la vie politique.
par Mathilde Goanec
Journal
Personnes transgenres exclues de la PMA : le Conseil constitutionnel appelé à statuer
Si la loi de bioéthique a ouvert la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, elle a exclu les personnes transgenres. D’après nos informations, une association qui pointe une « atteinte à l’égalité » a obtenu que le Conseil constitutionnel examine le sujet mardi 28 juin.
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte d’étudiantes d’AgroParisTech
Ces étudiantes engagées dans la protection contre les violences sexuelles et sexistes dans leur école, réagissent à “Violences sexuelles : une enquête interne recense 17 cas de viol à AgroParisTech” publié par Le Monde, ainsi qu’aux articles écrits sur le même sujet à propos de Polytechnique et de CentraleSupélec.
par Etudiantes d'AgroParisTech
Billet de blog
Le Gouvernement se fait pourtant déjà juge, madame la Première ministre
La première ministre, Mme Elisabeth Borne, n'est pas « juge », dit-elle, lors d’un échange avec une riveraine, ce mercredi 15 juin 2022, l'interrogeant sur les nouvelles accusations visant M. Damien Abad, ministre des solidarités.
par La Plume de Simone
Billet de blog
« Promising Young Woman », une autre façon de montrer les violences sexuelles
Sorti en France en 2020, le film « Promising Young Woman » de la réalisatrice Emerald Fennell nous offre une autre façon de montrer les violences sexuelles au cinéma, leurs conséquences et les réponses de notre société. Avec une approche par le female gaze, la réalisatrice démonte un par un les mythes de la culture du viol. Un travail nécessaire.
par La Fille Renne
Billet de blog
« Lutter contre la culture du viol » Lettre à la Première ministre
Je suis bouleversée suite aux actualités concernant votre ministre accusé de viols et de l'inaction le concernant. Je suis moi-même une des 97 000 victimes de viol de l’année 2021. Je suis aussi et surtout une des 99 % de victimes dont l’agresseur restera impuni. Seule la justice a les clés pour décider ou non de sa culpabilité… Pourtant, vous ne pouvez pas faire comme si de rien n’était.
par jesuisunedes99pourcent