Mačko Dràgàn
Journaliste punk-à-chat à Mouais et Télé Chez Moi
Abonné·e de Mediapart

183 Billets

3 Éditions

Billet de blog 11 déc. 2019

Une histoire de maire

A Seillans, dans le Var, Loïs, exploitant agricole, a décidé de se présenter aux Municipales de 2020, avec un programme où la culture, le partage et l'horizontalité du pouvoir priment avant tout. Ce militant associatif et paysan, se confie autour de ce projet passionnant et prometteur au micro de Radio Chez Moi.

Mačko Dràgàn
Journaliste punk-à-chat à Mouais et Télé Chez Moi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C’est l’histoire d’un mec, qui m’a appelé un beau matin. Nous nous connaissions de loin : j’ai fréquenté les concerts qu’il organisait dans le temps, et j’ai fait mon collège et mon lycée avec Fanny, qui est aujourd’hui sa femme, et avec qui il a eu deux enfants. Il s’appelle Loïs, il est éleveur de chèvres (mais pas que), et s’il m’a appelé ce jour-là, c’est pour me dire qu’il se présentait, tout à fait sérieusement, aux élections municipales de son village, en 2020. C’est donc l’histoire d’un mec que nous sommes allés voir chez lui, avec mon grand ami Esteban, de Radio Chez Moi, et qui souhaite marcher sur les pas de Coluche et d'autres, sur les chemins de la démocratie réelle, à échelle locale.

Ce village, c’est Seillans (à ne pas confondre avec Saillans, connu elle aussi pour son expérience de « liste citoyenne »). Une petite bourgade varoise, collée (hélas) à l’énorme camp militaire de Canjuers, et dans laquelle j’ai moi-même vécu, étant enfant. On y trouve tout ce qui fait les joies de la ruralité : ses petits exploitants, ses artisans, ses quelques prolétaires immigrés discrètement logés dans des logements HLM, son puissant lobby des chasseurs de sanglier, ses grandes entreprises présentes ici comme des seigneurs sur des terres féodales, son manque de transparence dans l’attribution des contrats publics, et son maire aux rênes de l’agglomération depuis 20 ans. Une vraie carte postale.

C’est l’histoire d’un mec, qui fait du fromage de chèvre, et garde à ses côtés, dans sa ferme, les bêtes (il les connait toutes par leurs noms) qui ne peuvent plus produire (« elles m’ont fait vivre, donc je considère qu’elles ont le droit de mourir en paix, de vieillesse » -le gouvernement ferait bien de s’inspirer de ces propos pour sa réforme des retraites) …. C’est l’histoire d’un mec, qui dit qu’il ne peut pas assumer de voir ce monde partir en grumeaux sans rien faire, et qui ne veut pas que ses deux enfants lui demandent, une fois grand, comment ça se fait qu’il ne se soit pas battu pour changer les choses.

C’est l’histoire d’un mec qui pense que la démocratie et l’écologie à échelle locale sont le début d’une solution au problème.

Vous pouvez l’écouter ici (ça dire 15 minutes) :

Une histoire de maire - Radio Chez Moi © Tele Chez Moi

Une émission de Radio Chez Moi. Montage son : Esteban. Interview : Esteban et Philémon « Macko » Dràgàn. 

Merci à Loïs et Fanny pour l'accueil adorable dans leur ferme !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Karl Laske, Marine Turchi et Sébastien Bourdon
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B