Mačko Dràgàn
Journaliste punk-à-chat à Mouais, Télé Chez Moi, Streetpress...
Abonné·e de Mediapart

203 Billets

4 Éditions

Billet de blog 14 juin 2017

Mačko Dràgàn
Journaliste punk-à-chat à Mouais, Télé Chez Moi, Streetpress...
Abonné·e de Mediapart

Le Parti Unique des 15% qui vont bien, une aberration "démocratique"

Un parti unique installé sur le socle des 15% de voix des plus nantis du pays. Quelle est donc cette étrange anomalie démocratique ?

Mačko Dràgàn
Journaliste punk-à-chat à Mouais, Télé Chez Moi, Streetpress...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans les domaines où l’on attend plus grand-chose, il faut savoir reconnaître leur mérite aux initiatives salutaires quand, par miracle, elles surviennent : et en l’espèce, la Une du Monde au lendemain des élections législatives est une belle pièce.

© Le Monde

Enfin, une infographie qui prend en compte la réalité des résultats du vote qui vient d'avoir lieu. Car la réalité, elle est là. La perspective peu réjouissante d’un parti unique tout-puissant (plus de 400 députés) à l’assemblée et posé là par la même portion congrue, c'est le moins qu'on puisse dire, du corps électoral que lors de la présidentielle : 15%. 15%. Les 15% de la France qui va bien, celle des CSP+ décidé à faire rouler la machine libérale à toute blinde jusqu’au mur –de toute façon, ce ne sont pas eux qui sont assis à la place du mort. Les 15% dans lesquels ont été piochés à la va-vite, pour être balargués dans toutes les circonscriptions, cette horde de candidats issus à 68% des classes supérieures, avec 20% de cadres du privé, 17% de chefs d’entreprise et, royalement, 0,2% d’ouvriers et 0,9% d’employés.

Des candidats venus remplacer, dans ce qui a été un véritable jeu de massacre, bon nombre de tenants des partis « historiques », et s’il n’est bien entendu pas désagréable d’avoir vu Guaino et Cambadélis tomber au combat, on se demande s’il y a bien lieu de se réjouir. Car d’une part on note que, d’une manière générale, les caciques de Les Républicains, par exemple, ont plutôt bien tenu le choc, de même que Manuel Valls, grâce à la bienveillance de LREM qui n’a présenté personne contre lui, et qu’en fait ceux qui ont fait les frais de la vague macroniste sont plutôt des « jeunes » de la politique : Yade, Lamy, Hamon, etc. D’autre part, et nombreux sont les commentateurs à l’avoir souligné, car la « nouveauté » en politique, pas plus que l’ancienneté, n’est en soi synonyme ni d’honnêteté –Mediapart l’a déjà montré pour un certain nombre des nouveaux venus LREM- ni de compétence. Et sur ce dernier point, il y a tout lieu de croire que les exégètes enthousiastes de cette armée de « bizuth », comme dirait Mélenchon, vont rapidement déchanter.

Ces gens, ces soldats-zombies du macronisme dont l’unique fonction sera de dire « oui » à tout ce que proposera l’Uber-président, ont été posés là à la faveur d’à peine 15% des voix. Mais Macron est content. Il sourit de toutes ses dents. Il a son armée, et pour lui, le combat pour une France plus patronale, plus libérale, plus managériale, plus ubérisée, plus start-upisée, plus démerde-toi-tout-seul-pour-t’en-sortirisée, plus Pierre-Gattazisée, plus Merkelisée, plus Etat-d’urgencisée, peut commencer. Jusqu’au fond du trou. A ceux qui n’avaient pas encore compris que les institutions de la Vème République n’étaient que médiocrement démocratiques, cette seconde salve du putsch électoral macroniste devrait achever de les convaincre. Notre modèle est en bout de course, et Macron, le bourgeois royaliste ultra-libéral, est son fossoyeur.

Quand plus de la moitié des citoyens d'un pays ne cautionne plus le fonctionnement de ses institutions, et n'en a plus rien à foutre du Machin posé à la tête du pays, les "gagnants" se devraient d'avoir la victoire modeste, et leur premier impératif serait de dire : "Bon très bien, nous avons profité de cette gangrène du système démocratique pour nous imposer, qu'est-ce que vous voulez, c'est le jeu, mais nous ne sommes pas non plus idiots, alors maintenant, rideau : on casse tout et on recommence". Car ce serait ça, faire une vraie "Révolution" (rappelez-vous, c'est le titre de votre torchon autobiographique à la sauce Marc Levy), monsieur Macron. Et vous ne vous en sortirez pas avec la vieille promesse d'introduire "un petit peu de proportionnelle".  

Seul point positif, la main tendue de la France Insoumise aux Frondeurs, Communistes et Écologistes (en gros, tout ceux qui soutiennent la nécessité d'un changement d'institutions) passés au second tour, même s’il aurait fallu y songer plus tôt. Et l’espoir de voir bientôt les rues remplies, puisque, au point où nous nous en sommes rendus, il ne nous reste que ça, et des milliers, des millions de gens qui-ne-vont-pas-bien unis sur les boulevards pour dire : ras-le-cul. 

Paris il n'y a pas si longtemps

que tu as vu le cortège fait à Jaurès

et le torrent Sacco-Vanzetti

Paris tes carrefours frémissent encore de toutes leurs narines

Tes pavés sont toujours prêts à jaillir en l'air

Tes arbres à barrer la route aux soldats…

(et oui, c'est Front rouge, poème polémique et ultra-violent d'Aragon, mais que voulez-vous...)

M.D.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Derrière le triomphe annoncé de l’extrême droite, des élections aux multiples enjeux
Dimanche, les Italiens votent pour renouveler leur Parlement. Une élection décisive qui conclut une campagne morne mais pourrait porter l’extrême droite au pouvoir. Tour d’horizon des programmes et des enjeux. 
par Romaric Godin
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal — Moyen-Orient
L’Arabie saoudite soudoie des stars des réseaux sociaux pour attirer les touristes
Le royaume entend préparer l’après-pétrole grâce aux revenus du tourisme. Pour faire la promotion des trésors touristiques saoudiens, des influenceurs des quatre coins du monde affluent par avions entiers. Avec un objectif : montrer par leurs publications Instagram que le pays s’est ouvert. 
par Yunnes Abzouz
Journal — Écologie
Trois ans après Lubrizol, Rouen confie aux entreprises la prévention des risques industriels
Trois ans après l’accident de l’usine chimique, la métropole normande a mandaté une association d’industriels pour étudier les attentes de la population et former les élus. Une association de victimes dénonce un « McKinsey » de la pollution.
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste
Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB
Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez