«Amour LibreS», un film documentaire à regarder confinés sous la couette

Ou : l'amour au temps du Corona... Aimons-nous confinés, et demandons-nous : ce serait quoi, une sexualité féministe et libertaire ? C'est la question que nous nous sommes posée dans ce documentaire. La tournée de projection ayant été annulée, nous vous le proposons en accès libre. A regarder sous la couette... en attendant que nos corps puissent exulter à nouveau à l'air libre.

Amour libreS - Télé Chez Moi & Pilule Rouge © Tele Chez Moi

Parce, oui, comme je le disais dans un précédent billet, il est nécessaire de parler d'autre chose.

« Qu’est-ce qu’être de gauche en matière de sexualité ? Qu’est-ce qu’être féministe quand il s’agit de cul ? » , se demande Martin Page dans son essai Au delà de la pénétration. C'est ce que nous explorons dans ce film documentaire, "film de cul" émancipateur, riche d'une vingtaine de témoignages. 

Nous avons fait un appel à témoignages. Et nous avons, tant la parole demande à se libérer, reçu de nombreuses réponses. Lesbiennes, gays, bis, transgenres, hétéros, a-sexuel.lle.s, polyamoureux.ses, etc., d'ici ou d'ailleurs, de toutes origines et de tout âge, potes proches ou inconnu.e.s, ils et elles ont témoigné des injonctions et oppressions qu’ils ressentent ou ont ressenti au niveau intime et quotidien, et sur la sexualité libérée dont ils et elles rêvent. Avec comme credo: "Baisera (ou ne baisera pas) bien qui baisera libéré.e." 

Nous avons recueilli 21 témoignages. Le plaisir, les sites de rencontre, le consentement, le couple, la violence, la drague, l'amour, le porno, le désir... Les sujets sont divers. Des témoignages émouvants, parfois crus, toujours pudiques. Drôles par moments, douloureux, bouleversant à d'autres. Et en appelant toujours une chatte une chatte. En n'écartant jamais les doutes, les souffrances et la violence. Mais avec toujours l'espoir d'un avenir qui serait fait de rencontres, d'amour, de plaisir et d'écoute. La promesse d’une nouvelle éthique démocratique et sexuelle, d’une nouvelle économie libidinale, libertaire, tendre et jouissive. Le tout narré par la belle voix off de Stéphane nous racontant l'histoire d'Ariane et Dionysos, et par les chansons de la Petite Dernière (où je joue de la guitare et chante), Aurore Illien et Nina Dotti.

Florilège de réactions à l'issue de l'avant-première (qui fut aussi la dernière) : 

"Merci pour la justesse de ce reportage, pour votre amour, pour votre partage. Merci pour la résilience ambiante. C'est beau. Viva." Anaïs

"Bravo et merci pour ce docul passionnant et émouvant. Il y a urgence à le diffuser le plus possible ! Love." Aurore

"Doc monstrueusement antifasciste. Merci Télé Chez Moi (David c'est le plus bo)." Alec

"Bravo à tous pour votre travail remarquable, dans le respect et l'intelligence." Aurore

"Pour que l'amour « libre et taire » devienne « libertaire »." Fanek

"J'ai admiré ces témoignages tellement vivants. Je suis chamboulée, il me faudra un temps de décantation. Merci pour votre générosité. Grâce à vous, je me sens plus vivante que jamais." Sabine

"Très beau docu, qui vient nous poser des questions fondamentales de liberté, de choix. Sommes-nous vraiment qui nous avons envie d'être ? Et avec le consentement des autres bien sûr !" Jimmy

"Parce que, par les temps qui courent, il faut apprendre à s'aimer, lentement, et à savoir se le dire." Marion

"Vive l'amour. Tout simplement. Aussi complexe que c'est. Merci de ces partages. A partager encore. En corps..." Rachel

"C'était pas la faute de ma jupe, c'était la faute du violeur." Anonyme

"Super documentaire. Bravo à l'équipe Télé Chez Moi, les témoignages étaient tous supers, continuez." Anonyme

"Quel beau doc ! Ça donne envie d'être amour libre, d'être sans entrave, être soi avec l'autre." Anonyme

Quelle vitalité ! C'était drôle, tendre, jamais vulgaire et j'ai admiré le courage de ceux et celles qui ont témoigné avec une belle générosité...Ça devrait être montré partout où c'est possible..." Sabine

Bande annonce Amour Libres © telechezmoi

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.