Pour Noël, offrez-vous des films documentaires en accès libre !

Pour un Noël 100% anti-consumériste et respectueux de vos cellules grises, offrez-vous à vous-même ou à ceux que vous aimez les documentaires réalisés par Télé Chez Moi et Pilule Rouge. La démarche est simple : il vous suffit d'une couette, d'un ordinateur, d'un accès à internet et d'un chat (noir) sur les genoux.

Cela fait quelques mois maintenant qu'avec le collectif dont je fais partie, Pilule Rouge, j'ai la joie et l'honneur de travailler avec l'équipe de la web-tv citoyenne Télé Chez Moi, qui comprend, entre autres ami.e.s, David aka Bob à la prise de vue et au montage, et Steph aka Esteban au son, deux super-héros niçois des médias alternatifs. Une amitié solide et passionnelle, qui a donné lieu pour le moment à 4 documentaires (le 5ème est d'ores et déjà en cours de réalisation, et, spoiler, il parlera.. de sexualité égalitaire & libertaire), que je vous propose de découvrir pour les fêtes. Anarchistes, féministes, punks, zadistes, No Borders, danseuses de rue, chorégraphe, comédiens, clowns, ambulanciers.... Allez à la rencontre de la faune attachante qui compose la cour des miracles de Télé Chez Moi et Pilule Rouge.

Documentaire #1 : Arts de rue, voix sans issue ? (48 mn)

La rue, un espace public ? Un espace qui nous appartient ? On aimerait y croire. On aimerait que la rue reste ce lieu d’échanges, de rencontres, cet espace incontrôlable dans lequel les corps se croisent, se cherchent, s’évitent, s’affrontent ou s’embrassent, et où des artistes peuvent exercer librement leur métier, mêlés aux passants. Mais les temps ont changé. Il y a les promoteurs. Il y a l’État d’urgence, et la police veille…

Les rues ont donc été vidées. Cependant, une poignée de résistants s’obstinent à la faire vivre. Nous sommes allés à la rencontre de ces artistes de rue professionnels, danseur.se.s, clowns, musicien.ne.s, comédien.ne.s, qui, tou.te.s, à leur façon, tâchent de re-poétiser les lieux publics, et de faire du quotidien un moment ludique, un peu (voire même bien plus) subversif. Des paroles fortes, intimes, où elles et ils disent la réalité, parfois difficile, de leur métier, leur amour de la rue comme espace de liberté et d’expression, la richesse des rencontres, leur colère face à la répression. Une répression que connaissent eux aussi, depuis quelques mois, des artistes de rue inattendus, les gilets jaunes.

Arts de rue, voix sans issue ? - Télé Chez Moi et Pilule Rouge © Tele Chez Moi

Documentaire #2 : Arts de rue, deuxième volet : Ils sont la rue ! (18 mn)

Le 16 avril dernier, le collectif Pilule Rouge et Télé Chez Moi sortaient un documentaire (« Arts de rue, voix sans issue ? ») dans lequel des artistes de rue dressaient un bilan doux-amer de la situation à Nice, et en France plus généralement.

Des policiers zélés, soutenus par une mairie et une préfecture véloces, empêchent régulièrement toute représentation artistique non officielle. Le 27 octobre, le collectif Pilule Rouge a organisé Rue Libre ! Déambulation manifestive où public et artistes de rue se sont retrouvés sur des places niçoises pour chanter, danser avec une Batoucada, admirer des dessins à la craie, des jongleuses et jongleurs, ou découvrir « Le Roi Lear » de Shakespeare. Tout un programme hors des murs né d'une volonté commune et unitaire : la création sous toutes ses formes sans contraintes.

Ils sont la rue - Télé Chez Moi / Pilule Rouge / Mouais © Tele Chez Moi

Documentaire #3 : J'écris ton nom, libertaire (1 h 11 mn)

Les anarchistes. Qui sont-ils ? Que mangent-ils, que pensent-elles ? Où vivent-ils, à quoi rêvent-elles ? S’il est une famille politique méconnue, caricaturée, voire criminalisée, c’est bien la leur. On les imagine, comme dans les unes des journaux à sensation du XIXème siècle, en terroristes mal rasés lançant des bombes aux terrasses des cafés. On ne les perçoit qu’à travers ces images des jeunes gens encagoulés qui, vêtus de noir, au milieu des gaz lacrymogènes, lancent des pavés sur la police.

Il y a ça. Ce que l’on pense voir et savoir d’eux. Et ça fait peur ! Et il y a le reste : une galaxie de militant.e.s pacifistes et invisibles. « Y en a pas un sur cent, et pourtant, ils existent, les anarchistes ! », chantait Ferré. Les anars’, comme on les appelle, sont là, un peu partout, occupés à construire un monde libéré de toute forme d’autorité illégitime, luttant contre toutes les dominations. Sans dieu (quoique) et, surtout, sans maîtres. Féministes, écolos, no borders, zadistes, punks, femmes et hommes, jeunes et moins jeunes, de la vallée de la Roya jusqu’aux montagnes du Rojava, de Notre-Dame-des-Landes aux ruelles du Vieux Nice, ils et elles s’investissent dans la vie de la cité, loin des clichés qui continuent à les poursuivre.

J'écris ton nom, libertaire - Télé Chez Moi et Pilule Rouge - Version intégrale © Tele Chez Moi

Documentaire #4 : Transports sanitaires en déroute (32 mn)

La colère et le désespoir des personnels des urgences ont permis de donner une visibilité médiatique aux souffrances qu’ils endurent. Mais il est encore une catégorie de professionnels des hôpitaux publics qu’on ne voit pas, qu’on n’entend jamais, et dont la presse se désintéresse largement. Eux, elles, ce sont les personnes chargées des transports sanitaires. Les payes les plus basses de l’hôpital public. Un statut peu ou pas considéré, voire inexistant.

Ne tirez plus sur l’ambulance ! Pour ces forçats du transport sanitaire, il est difficile de parler au public. Fonctionnaires, ils sont soumis au devoir de réserve. Précarisés, ils risquent de voir leurs CDD non renouvelés s’ils déplaisent à la direction. Soumis à un management par la peur, ils doivent garder pour eux cette boule d’angoisse qui leur tord le ventre, tous les jours. Jusqu’au jour du burn-out, qui les laisse seuls face au sentiment de n’avoir pas su assumer l’immense responsabilité qui est celle de tou.te.s les hospitalier.e.s : apporter des soins de qualité pour tou.te.s. Nous avons donc voulu leur donner la parole. Ce ne fut pas facile, mais les langues se sont déliées. Elles et ils ont pu parler de la réalité de leur quotidien : les pressions, les brimades, le turn-over incessant, la solitude, la peur. Et l’envie de mener une mission de service public mise à mal par les logiques capitalistes.

Transports sanitaires en déroute - Télé Chez Moi et Pilule Rouge © Tele Chez Moi

Bon visionnage, et joyeuses fêtes ! Bonne grève générale !

MD

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.