Mačko Dràgàn
Journaliste punk-à-chat à Mouais, Télé Chez Moi, Streetpress...
Abonné·e de Mediapart

203 Billets

4 Éditions

Billet de blog 27 oct. 2021

Mačko Dràgàn
Journaliste punk-à-chat à Mouais, Télé Chez Moi, Streetpress...
Abonné·e de Mediapart

La minorité totalitaire

Notre pays vit sous la coupe d’une minorité hargneuse, disposant de relais influents, qui décide ce qu’on doit dire, qui dicte tous les débats, impose ses figures et « cancel » celles qui lui déplaisent, squatte les antennes et voit tous ses caprices portés à la une des journaux et sur les plateaux -et même jusque dans les universités. Et non, je ne parle pas des « woke »…

Mačko Dràgàn
Journaliste punk-à-chat à Mouais, Télé Chez Moi, Streetpress...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Le problème n’est pas, n’a jamais été les « 1 % ». Non, le problème — le verrou politique — ce sont les 10 % », a écrit Frédéric Lordon dans une analyse limpide de la sociologie de France Inter. Ces 10%, c’est ce qu’il nomme le bloc PFLB (PourFaireLeBourgeois), « qui, ne souffrant de rien, sans être richissimes, « y » [le système capitaliste autoritaire] croient dur comme fer ». A ceux-là, on peut ajouter 5 ou 10 autres pour cent, constitués des franges les plus irrémédiablement fascistoïde de notre société. Et voici donc, le petit bourgeois main dans la main du grand facho, la minorité totalitaire de gamins pourris-gâtés qui impose ses caprices au reste de la population, tout en hurlant qu’elle peut plus rien dire, tel un type qui calé dans ton canap’ après avoir marché sur la queue de ton chat, pioché une binouze dans ton frigo et mis Europe 1 à fond sur ta radio te demanderait ce que tu fous encore là.  

Cette minorité, on l’a encore vu très récemment tomber en pâmoison devant l’errance, bien à l’abri derrière son équipe télé et ses services de sécurité, d’un grand-bourgeois payé comme un pape à dire des conneries sur des plateaux peuplés de stars cocaïnées, et venu emmerder des pauvres prolos chez eux comme le dernier des malappris, au prétexte qu’avant d’être pété d’oseille, parce que je rappelle que ce meilleur employé du mois de Bolloré, dont le nom m’échappe, a quand même un patrimoine estimé à un certain nombre de millions d’euros, il a grandi dans ce quartier, comme si moi je revenais dans le village où je suis né pour dire à tout le monde vous êtes moches et ici ça pue.

Cette minorité, elle a il y a peu encore exprimé avec ferveur et fougue son mécontentement en raison d’un article du Monde qui titrait sur la « haine » du père d’une victime du Bataclan, au prétexte que ce brave homme insultait les autres victimes et a fait l’apologie de l’attentat de christchurch, perpétré par un taré d’extrême-droite biberonné à la pensée de Renaud Camus, et qui a fait rappelons-le 51 morts et 49 blessés. « Haineux », ce mot n’a pas plu à notre petite minorité qui l’a fait bruyamment savoir, et il a fallu changer le titre de l’article, un portrait par ailleurs très réussi, en : « la colère sans limite d’un père ».

Et c’est comme ça chaque jour, sur les chaines d’infos, les fils Twitter, à la radio, de polémique débile en polémique débile, avec entre les deux un débat à la con pour souffler un peu, on n’en peux plus, une poignée d’ahuris qui vivent comme un Pacman paranoïaque voyant partout des fantômes Hallal nous dit ce qu’on doit dire et penser, ce dont on doit parler, et nous, on veut pas en parler, on s’en fout, en fait, alors on attend que ça passe pour pouvoir enfin parler d’autre chose, genre, je sais pas, le fait qu’on en chie parce qu’on est pauvres et que le boulot nous tue, qu’on galère à se loger, qu’on crève. Et les non-papiers de Mamoudou ou le voile de Fatiha n’ont rien à voir avec tout ça alors ses non-papiers et son voile on aimerait bien qu’ils ne fassent pas l’objet d’un breaking news.

Alors j’aurai un message à faire passer au 10 + 10 % agités de la propagande médiatique tous azimuts : foutez-nous la paix. Franchement, là, on veut bien être gentils et vous tenir un peu le crachoir comme on tiendrait les cheveux d’une pote bourrée qui vomit en soirée, mais faut pas non plus trop en demander.

Vous êtes les premiers à vous foutre de la gueule des gauchistes « fragiles » qui passent leur temps à « pleurnicher », alors je vous renvoie le compliment : arrêtez vos pleurnicheries, et que y a trop d’Arabes, et que c’était mieux avant, et que t’as vu c’est un rappeur Noir qui veut faire la chanson de l’équipe de France, vous êtes bien émouvants à chialer sur votre monde perdu mais là, ça commence à faire de la peine.  

Grandissez, les gars (bon, et les meufs aussi bien sûr, mais j’ai l’impression qu’elles ne sont pas majoritaires dans vos rangs).  Je suis désolé de vous le dire, mais votre France à la papa ne reviendra pas, c’est terminé, « l’Histoire ne repasse pas les plats » ou alors c’est du congelé-décongelé et ça donne des gaz. Dans le monde futur, c’est con mais c’est comme ça, il va falloir vous y faire, il y aura des Noirs qui seront autre chose que vigile ou footballeur, des femmes qui seront autant si ce n’est plus payées que vous, des petits enfants qui seront très heureux avec leurs deux papas gays, des jeunes filles pas épilées et voilées marchant dans la rue en tenant la main de leur épouse végan, et si tout va bien et si on va encore plus loin tout ce petit monde vivra dans la joie dans un monde post-capitaliste libéré de tous les fanatismes, celui des psychopathes de Daech comme le vôtre, car désolé, mais ces fanatismes sont les mêmes, les deux facettes flippantes d’une même médaille rouillée.

Grandissez, et ouvrez les yeux. Votre nouveau messie, autour duquel gravite comme un essaim de mouches tout ce que pays compte de ras-du-bulbes nazillons adeptes du tir à balle réelle sur civils innocents, n’est qu’un petit escroc nul en tout, surtout en Histoire, une ex-victime de cour d’école bouffé par une aigreur de manche à balai bon qu’à se prendre des râteaux et qui se venge du temps où les filles allaient draguer le beau black de la cour du lycée pendant que lui-même se perçait ses boutons blancs.  

Et puis, vous savez quoi, puisque vous aimez tant le passé et les morts, votre France d’avant qui pue l’antimite là, allez y faire un tour, fabriquez-vous une DeLorean avec des morceaux de vos SUV qui puent, et retournez en 40 voir papy qui prie devant un portrait du maréchal. Avec un peu de chance vous vous planterez dans la date de votre machine à voyager dans le déni et, après y avoir erré longtemps, vous finirez tous dans l’intestin grêle d’un dinosaure, et nous, des milliers d’années plus tard on retrouvera vos petits os dans des merdes de T-Rex qu’on mettra dans les musée d’Histoire, ce qui vous fera au moins une occasion d’y foutre un pied, même fossilisé[i].

Et pendant que vous vous ferez grignoter dans le passé par des bestioles du jurassique venues venger tous les animaux décimés par vos potes du lobby de la chasse et des armes à feu, eh bien nous on dansera on baisera on fera de la musique dans une fête où il y a aura des gens de toutes les couleurs et de tous les genres, en se demandant quand même comment un jour des gens comme vous ont pu prendre autant la confiance, parce qu’on est quand même vachement plus nombreux. Et quand je dis « nous », je ne parle même pas de la gauche : je parle juste de la vaste galaxie des gens qui n’en ont rien à foutre de vos conneries.

Bon, en vrai, je m’énerve, mais je ne vous hais pas. J’ai pas mal de compassion pour une partie d’entre vous, ça doit pas être agréable de vivre dans vos têtes, constamment harcelés par des ennemis imaginaires. Et puis, je n’aime pas haïr, ça gâche le goût de la bière et c’est pas avec de la haine qu’on se construira un futur moins moche.

Allez, je vous en veux pas, mais on va parler d’autre chose que de vos délires. Et on va faire comme Ouest-France, tiens, on ne va plus donner d’importance à ces sondages imbéciles qui donnent faussement valeur statistique à vos errements de petite minorité si douée pour se faire gonfler artificiellement.

Le vivre-ensemble, ça existe, je vous jure. Tenez, hier, après une journée passée sur un chantier avec un pote Corse dont la femme est Algérienne, et ça se passe très bien, merci, je suis allé dans le quartier pop’ niçois de Notre-Dame, où les enfants jouaient au parc, et je me suis offert une coupe chez mon coiffeur-Rebeu (oui, c’est un métier à part entière) habituel, un jeune qui m’a refait l’iroquoise punk. On sentait qu’il était en désaccord avec ce genre de coiffure, et jusqu’au bout il m’a demandé « t’es sûr ? », mais il me l’a fait, avec talent et gentillesse, et ma crête n’a jamais été aussi belle.  

Salutations libertaires,

Mačko Dràgàn

Tiens je sais pas pourquoi tout ça m'a donné envie de re-re-revoir Dark City, chef d'oeuvre de Proyas avec la merveilleuse incroyable Jennifer Connelly

ABONNEZ-VOUS A MOUAIS : https://www.helloasso.com/associations/association-pour-la-reconnaissance-des-medias-alternatifs-arma/paiements/abonnement-mouais

[i] Certes je vais un peu loin mais n’est-ce que pas vous qui hurlez votre attachement à la liberté d’expression, dès le moment où celle-ci concerne votre liberté d’insulter ce qui ne vous plait pas ?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Lula se présente en apaiseur des années Bolsonaro
Dimanche 2 octobre, les Brésiliens choisissent entre Jair Bolsonaro et Lula da Silva. Après un mandat marqué par les violences et une politique favorable aux plus riches, l'ancien chef d’état affirme vouloir réconcilier le pays. Avec l’espoir de l’emporter dès le premier tour.
par François Bougon
Journal — Santé
En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicaux
Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet
Journal — France
Télémédecine : derrière « Sauv Life », le business contestable d’un médecin de l’AP-HP
Pour désengorger les urgences, le ministre de la santé pousse les « unités mobiles de télémédecine », officiellement opérées par une association, Sauv Life, qui envoie, via le 15, des infirmiers dotés de mallettes de télémédecine au chevet des patients. En coulisses, cette expérimentation soulève des questions sur le niveau du service rendu, le coût et les procédures de commande publique. Contre-enquête sur un chouchou des médias.
par Stéphanie Fontaine
Journal — Terrorisme
Une section informatique aveugle à ses propres alertes
Dans les deux années précédant la tuerie à la préfecture de police, les alertes se sont multipliées au sein de la « S21 », la section où travaillait Mickaël Harpon. Sans jamais que cela ne porte à conséquence pour le futur terroriste.
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol