Une 25ème journée pour la liberté de la presse sur le parvis de la démocratie

La Journée Mondiale de la Liberté de la Presse a pour but d’informer la population concernant les atteintes portées à la liberté de la presse, de sensibiliser les citoyens aux initiatives en faveur de cette liberté, mais elle sert également d’indice de mesure.

Proclamée le 3 mai 1993 par l'Assemblée Générale des Nations-Unies, cette journée est à l’origine une réponse à l'appel de journalistes africains qui, en 1991, établissaient la Déclaration de Windhoek sur l'indépendance et le pluralisme des médias.

Un rassemblement solidaire

"Les célébrations porteront sur les questions des médias et de la transparence du processus politique, de l’indépendance du système judiciaire et de ses connaissances en matière de médias, et de la responsabilité des institutions de l’État vis-à-vis du public. La journée sera aussi l’occasion d’examiner les défis actuels de la liberté de la presse en ligne." Indique le site de l'O.N.U.

Si l'événement principal, conjointement organisé par la République du Ghana, se déroule à Accra (Ghana), c'est aussi l'occasion d'un rassemblement à Paris. A l'appel du SNJ, CGT et CFDT Journalistes, une journée de solidarité s'installe sur le parvis de l'Hôtel de Ville.

Un moment d'expression

Présenté par Dominique Pradalié du SNJ, les prises de parole se succèdent. “La liberté de la presse ne se négocie pas” souligne Anthony Bellanger. Les différentes organisations laissent alors la place à des journalistes réfugiés du monde entier: algériens, syriens, turcs… Ce sont ces derniers qui appuient l’horreur qui sévit actuellement dans leur pays, aux portes de l’Europe. “La plus grande prison de journalistes du monde” regrette Beraat, journaliste réfugié.

JOURNÉE MONDIALE POUR LA LIBERTÉ DE LA PRESSE 2018 © mdjparis

A la faveur de cette date, les Nations Unies ont choisi le thème "Médias, Justice et état de droit: les contrepoids du pouvoir". Des enjeux de discussions enflammées, un mois après l'adoption de la loi Secret des Affaires par l'Assemblée Nationale.

Fabrice Arfi, représentant le collectif “Informer n’est pas un délit”, revient notamment sur cette loi qui menace directement le travail journalistique: “Le risque contenu c’est celui d’assujettir la liberté d’informer à un droit commercial. Tous ceux qui décident de faire du monde de l’entreprise leur zone de travail vont devoir se retrouver devant un magistrat qui va décider si l’intérêt commercial est atteint et ce, malgré l’intérêt public. Nous demandons seulement de limiter l’application du secret des affaires aux relations commerciales concurrentielles.”

Cette journée est, enfin, l'occasion de rendre hommage aux journalistes ayant perdu la vie dans l'exercice de leur profession: Shai Marai, Daphné Caruana Galizia, Jan Kuciak... C’est Laurent Richard qui s’exprime alors sur le projet significatif de Forbidden Stories. Un site qui sauvegarde l’information et le travail des journalistes et permet de ne jamais laisser mourir le message de ces derniers. “Si les meurtres se multiplient, c’est qu’ils se font dans l’impunité” conclue Dominique Pradalié.

Des journalistes réunis en mémoire de leurs confrères emprisonnés dans le monde, des citoyens rassemblés pour la liberté d’expression et, finalement, des êtres humains prenant la parole pour ceux que l’on a fait taire.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.