Maison des journalistes

Un refuge pour journalistes exilés www.maisondesjournalistes.org

Paris - France

Sa biographie
La Maison des Journalistes (MDJ) est une association loi 1901, située à Paris qui accueille et accompagne des journalistes contraints de fuir leur pays pour avoir voulu pratiquer une information libre. Il s’agit d’un lieu de résidence provisoire pour ces exilés, professionnels de l’information, un endroit pour se reconstruire, pour faire respecter la liberté d’expression et la liberté de la presse.Pour en savoir plus : www.maisondesjournalistes.orgPour lire L'oeil de l'exilé, le journal en ligne de la MDJ : www.loeildelexile.org
Voir tous
  • Interview d'un "citizen journalist" syrien en exil

    Par
    copyright-hasan-afp-la-goutha-5
    Un bracelet aux couleurs de "l’Armée Syrienne Libre" au poignet, l’air détaché, Hasan ne parvient pas à se remémorer d’un seul journal «indépendant» en Syrie. «Je suis certain, en tous cas, qu’il n’y avait aucune couverture médiatique de ce qu’il se passait dans le pays.»
  • Les journalistes environnementaux : un climat hostile

    Par
    Forbidden Stories, plateforme destinée à sécuriser le travail des journalistes, a dévoilé son projet environnemental. Une enquête aux côtés de 30 médias sur le secteur minier, particulièrement répressif à l’égard des reporters. L’occasion de faire le point sur l’une des formes de journalisme les plus menacées ; le journalisme environnemental.
  • "En France, j'ai vu deux hommes s’embrasser. J’ai alors compris ce qu’est la liberté"

    Par
    D’un air timide, Mulham s’avance dans la pièce accompagnée de sa voix grave, sa chemise à carreaux et ses espadrilles bleues marines. 'Je me serai fait bien plus beau si j’avais su que j’allais être photographié!'
  • Etre une femme journaliste en exil

    Par
    A l’occasion de la Journée Mondiale de la Liberté de la Presse, la Maison des journalistes et Magnum Photos se sont associés pour l’exposition D’ICI. Le vernissage a été suivi d’une table ronde sur « la liberté de la presse, un enjeu rédactionnel et photographique ». L’opportunité pour Thelma Chikwanha et Rowaida Kanaan de se livrer sur leur condition de journaliste en exil.
  • LA LEÇON DU "PRINTEMPS ARABE" AVANT UN "HIVER EUROPÉEN" !

    Par
    copyrighy-zaher
    Dans mon roman « Métro Alep », publié dès 2016 en arabe à Beyrouth et qui a été nommé au Prix Littéraire d’Abou Dhabi en 2017, Sarah l’héroïne principale, part d’Alep pour visiter sa tante à Paris et se reposer un peu de la guerre. Sarah ne comptait pas rester en France, mais l’augmentation de la violence à Alep et la montée des courants radicaux islamiques la contraignent à rester.