Maison des journalistes
Un refuge pour journalistes exilés www.maisondesjournalistes.org
Abonné·e de Mediapart

149 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 juil. 2018

Le Président d'urgence

L’Etat d’urgence qui dure depuis 2 ans va finir le 18 juillet si le Président Erdogan ne le prolonge pas. Même si l’Etat d’urgence disparaît de la Turquie, avec le nouveau pouvoir octroyé par son nouveau Président, la Turquie a un “Président d’urgence” ce qui est devenu une situation normale.

Maison des journalistes
Un refuge pour journalistes exilés www.maisondesjournalistes.org
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le Président de cette "Nouvelle Turquie" Recep Tayyip Erdogan a juré sur la Constitution puis est officiellement devenu "l'hyper président" de son pays. Mais est-il un dictateur, un démocrate ou entre les deux ?

Après son vœu à l’Assemblé Nationale, il a réalisé une grande cérémonie dans son palais. Pendant la cérémonie présidentielle, il a accueillie à peu prés 10.000 personnes et parmi eux, les leaders des pays comme la Somalie, le Soudan, le Pakistan, le Venézuela…

Dans son palais, le Président Erdogan, qui a gagné l’élection présidentielle avec 53% des votes le 24 Juin 2018, a aussi accueilli les leaders des groupes religieux. De plus, des artistes, des personnalités connues et des représentants de la société turque.

Une entrée digne d'un sultan

Quand Erdogan entre dans son palais (construit par lui et composé de 1.150 chambres), il est salué par 101 tirs artillerie. Cette cérémonie présidentielle animée par les soldats turcs qui historiquement chantaient pendant les guerres de l'Empire Ottoman afin de faire peur aux ennemies “Mehter Takımı”, ont cette fois-ci chanté pour le Président Erdogan.

Enfin, les soldats qui symbolisent toutes les anciennes armées l’armée de l’Etats turque étaient aussi présents avec leurs costumes traditionnels.

https://www.youtube.com/watch?v=abFDC2iYEOI

Un cadeau présidentiel: limoger 18.000 personnes grâce à une loi

Un jour avant cette cérémonie, l'hyper-président élu par son peuple, Erdogan, déclarait une nouvelle loi décret en utilisant l’Etat d’Urgence. Avec cette lois, il a limogé 18.000 fonctionnaires de l’Etat. Au menu des licenciements décidés par décret : soldats, polices, professeurs et académiciens.

La dernière prolongation de l’Etat d’urgence va finir le 18 Juillet. Pendant sa campagne électorale le Président Erdogan a annoncé la fin probable de l’Etat d’urgence. En effet, à quoi sert l'Etat d'urgence maintenant que le Président s'est donnée tous les pouvoirs au détriment de la démocratie grâce au décret.

1) La tête de pouvoir exécutif est Erdogan

En Turquie, il n'y a plus de premier ministre. En tant que Président, la tète du pouvoir exécutif se limite à Erdogan. Le Président va choisir ces ministres. Et le nouveau Président de la Turquie va choisir ses adjoints comme il veut.

Avant, le régime turque parlementaire avait comme en France un Conseil des ministres. Le Premier Ministre était à la tête de ce Conseil. Désormais, il y’avait plus de Conseil des ministres.

2) La nomination des hauts fonctionnaires à la main du Président

Erdogan a le droit de nominer les hautes fonctionnaires. Cela veut dire qu'il peut choisir les hauts juges ou les hauts procureurs, ou bien il peut licencier ce types de fonctionnaire comme il veut.

3) L’Etat d’urgence est toujours possible

Avec le nouveaux système, le Président a le droit de déclarer l’Etat d’urgence quand il veut. L’Assemblé Nationale a le pouvoir d’abroger.

4) Le pouvoir d’interpellation de l’Assemblé Nationale n’existe plus

L’Assemblé Nationale ne peut plus interpeller les ministres ou le Conseil des ministres. Mais le Président a le droit d’interpeller les ministres ou ses adjoints.

5) Il n'y a plus de questions parlementaires à l'oral

Dans le nouveau système, l’Assemblé Nationale turque ne peut plus poser les questions parlementaires verbales. Dans l’ancien système, les questions parlementaires écrites ont pu être poser aux députés ou aux ministres. Maintenant, les questions parlementaires écrites ne sont plus posées au Président, ni aux adjoints du Président.

6) Le budget de l’Etat

Erdogan va définir et proposer le budget de l’Etat à l’Assemblé Nationale. En tant que Président, il va définir les dépenses de l’Etat. Avant c’était le Conseil des ministres qui proposait le projet de loi a l’Assemblé Nationale. Comme dans les démocraties. A titre d'exemple, le nouveau ministre de l'Économie et des Finances est le beau-fils d'Erdogan.

Selon la mise en oeuvre du système présidentiel, les discussions autour de la “dictature” va continuer sous le régime d'Erdogan. Mais ce qui est acquis durablement, c'est son statut d'hyper président ou un "Président d’urgence" qui n’as plus besoin du pouvoir de l’Etat d’urgence pour exercer son emprise sur la démocratie turque.

Article de Beraat Gokkus le 10/07/2018 dans Liberté d’informer

Retrouvez notre webzine ici : https://www.oeil-maisondesjournalistes.fr 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN